Version classiqueVersion mobile

L’Allemagne change !

 | 
Hans Stark
, 
Nele Katharina Wissmann

Partie 3 : Mutations géographiques

Le fédéralisme : frein ou moteur pour l’Allemagne dans un monde globalisé ?

Jérôme Vaillant

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

En raison de l’intégration progressive de l’Europe et des conséquences de la globalisation mais suite aussi à la crise économique et financière, la question a été posée en Allemagne de savoir si sa structure fédérale représentait un avantage pour le pays et son économie ou un frein et, le cas échéant, quelles réformes s’imposaient.1 En 2005, le président fédéral lui-même, à l’époque Horst Köhler, avait déclaré que « l’ordre fédératif allemand dans son état actuel [était] dépassé », ce qui n’avait pas manqué de surprendre puisque la Constitution allemande – la Loi fondamentale (LF) – en fait par définition un « État fédéral démocratique et social » (art. 20(1) LF) et que cet ordre est immuable puisque, s’il peut être amélioré dans ses pratiques, il ne peut être modifié dans son essence (art. 79(3) LF). Deux types de reproches étaient alors adressés au système fédéral : il induisait un processus législatif lourd, susceptible de provoquer des blocages quand le Conseil fédéral (Bundesra...

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search