Version classiqueVersion mobile

L’Allemagne change !

 | 
Hans Stark
, 
Nele Katharina Wissmann

Partie 2 : Mutations sociétales

Islam, judaïsme et identité nationale en Allemagne : défis et nouvelles perspectives

Nele Katharina Wissmann

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

En tant qu’État sécularisé, l’Allemagne a développé le concept de « neutralité positive », dans un contexte où le christianisme est la religion majoritaire, avec 24,17 millions de fidèles au sein de l’Église catholique romaine, et 23,26 millions au sein des Églises réformées1. Les Églises et l’État sont fondamentalement séparés, le second exerçant son autorité sur la vie civile tout en respectant l’autorité spirituelle des communautés religieuses. Définie par la Loi fondamentale, la liberté de religion garantit et délimite à la fois les droits des croyants. D’une certaine manière, la présence en Allemagne de deux autres religions, l’islam, qui compte environ 4 millions de fidèles2, et le judaïsme, qui réunit une communauté d’environ 101 000 membres3, met à l’épreuve le concept de neutralité positive.

Ces chiffres montrent à eux seuls que les défis posés respectivement par les religions musulmane et juive en Allemagne, s’ils présentent des points communs, ne sauraient être mis sur le ...

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search