Version classiqueVersion mobile

Lettres de Milena Jesenská 1938-1944

 | 
Milena Jesenská

Les lettres1

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Hebdomadaire
Přítomnost
Rédaction
[Škrdlovice, juillet 1938]
(traduit de l’allemand)

Rien qu’un mauvais moment, Willi, un seul ?

Je ne suis pas partie dimanche. Je n’ai pas pu. J’ai attendu le soir, que tu sois rentré chez toi. Je t’ai fait demander de m’appeler, même tard dans la nuit. Après, toute la nuit, j’ai attendu ton coup de téléphone. Mais lundi, j’ai été obligée de partir. J’ai appelé chez toi à six heures et demie – on m’a dit que tu étais absent, et que le courrier, tout comme le message dans lequel je te demandais de m’appeler, étaient toujours dans ta boîte aux lettres. Une demi-heure après, j’étais dans le train – malade pour de bon. Je n’ai rien vu du tout. Je ne sais pas s’il y a du soleil, s’il y a des fleurs. J’étais complétement aveugle, sourde et muette, misérable comme je l’ai rarement été dans ma vie. Puis je me suis rappelé qu’autrefois, quand je croyais ne voir aucune issue, ni derrière moi, ni devant moi, j’avais toujours une solution : marcher sur la route. Marc...

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search