Version classiqueVersion mobile

Lettres de Milena Jesenská 1938-1944

 | 
Milena Jesenská

C’était un feu vivant

Alena Wagnerová
Traduction de Hélène Belletto-Sussel

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans l’espace culturel d’Amérique et d’Europe occidentale, ce sont les Lettres à Milena, de Franz Kafka, qui ont fait la célébrité de Milena Jesenská – « Milena ». Il a fallu des décennies pour que, sortie de l’ombre de Kafka, elle devienne une personne à part entière, une personnalité enfin reconnue, liée aux perturbations de l’histoire culturelle du XXsiècle en Europe centrale.

Pour Franz Kafka, Milena était beaucoup plus qu’une destinataire ; il s’agissait pour lui d’un tout autre type de rencontre, la rencontre de deux êtres qui se reconnaissaient au plus profond de leur existence : « Elle est un feu vivant comme je n’en ai encore jamais vu […] En outre extrêmement délicate, courageuse, intelligente […] »1, écrit-il à Max Brod dans une lettre de 1920. Et lorsqu’il lut les articles qu’elle publiait dans la revue Tribuna2, il compara son écriture à celle de Božena Němcová3, un classique de la littérature tchèque : « La seule musique que je connaisse dans la langue tchèque […] est...

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search