Version classiqueVersion mobile

Les fondateurs de l’école républicaine

 | 
Jérôme Krop

Troisième partie. Relations sociales et autonomisation du champ de l’enseignement primaire

Chapitre VIII. Conflictualité du quotidien et développement du syndicalisme

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’instituteur est le détenteur d’une autorité pédagogique, qui, selon Eugène Cuissart au début des années 1880, est une « délégation de l’autorité paternelle1 », et provient aussi de l’attribution par l’État d’un droit à l’exercice d’une forme de violence symbolique. Cette autorité, reposant sur des connaissances certifiées par les brevets de capacité et des compétences spécifiques, est confortée par un discours public légitimant le pouvoir symbolique de l’enseignant. Elle est particulièrement forte au XIXe siècle, à tel point que la comparaison du maître d’école et du sous-officier est, à cette époque, dans l’ordre des choses, quand est définie l’autorité qu’exercent ces deux personnages2. Le pouvoir symbolique accordé aux enseignants est également justifié par l’autorité que les instituteurs et institutrices subissent eux-mêmes. En effet, le fonctionnement de l’institution scolaire repose sur une rigoureuse obéissance aux règlements et aux directives de leur hiérarchie, née du bes...

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search