Version classiqueVersion mobile

Les fondateurs de l’école républicaine

 | 
Jérôme Krop

Troisième partie. Relations sociales et autonomisation du champ de l’enseignement primaire

Chapitre VII. Citoyenneté et vie publique

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Au milieu du XIXe siècle, les représentations classiques de l’instituteur républicain montrent souvent le corps enseignant des écoles publiques comme un groupe fortement politisé de contestataires virulents. À l’époque de la IIe République, à partir de l’automne 1848, la vindicte du parti de l’Ordre s’est déployée contre les instituteurs après l’insurrection ouvrière de juin 1848. En plaçant le corps enseignant primaire sous la tutelle des préfets, la loi Parieu du 19 janvier 1850 facilite la répression, avant même le coup d’État du 2 décembre 1851. Ces représentations de l’instituteur républicain engagé politiquement réapparaissent dans les premières décennies de la IIIe République, faisant des maîtres des experts de la politique de clocher, dreyfusards et agents électoraux du radicalisme, avant de constituer un gros bataillon du militantisme socialiste dans les années qui précèdent la Première Guerre mondiale. Après les élections de 1898, marquées par une poussée du vote en faveur...

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search