Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Aller mieux

 | 
Lise Demailly
, 
Nadia Garnoussi

Première partie. Penser les dynamiques de l’« aller mieux »

Se rétablir par l’écriture

Olivier Martin

Texte intégral

1Atteint de schizophrénie paranoïde, j’ai 45 ans et j’expérimente depuis des années une thérapie écrite qui me permet de gérer mes symptômes sans l’aide d’aucun médicament, tout en obtenant une amélioration constante de mon état. Je présenterai dans un premier temps mon parcours, puis j’aborderai mes déductions sur les changements profonds déclenchés par le travail auto-thérapeutique.

L’apparition de la maladie

2Aussi loin que je puisse me souvenir, j’ai souffert de troubles discrets depuis la petite enfance ; parfois, je détruisais sans raison apparente des objets d’une certaine valeur, sans garder aucun souvenir de mes forfaits. J’éprouvais également de la tristesse et des souffrances qui n’ont fait que s’amplifier avec le temps. Mes troubles psychotiques se sont révélés en 1988, suite à l’hébergement d’un jeune fugueur. J’ai développé un délire paranoïaque au cours duquel j’ai séquestré ma mère et ma sœur, pensant qu’un danger imminent allait frapper notre famille. Lorsque les pompiers sont intervenus, je me suis rendu sans résistance. J’étais à l’époque déscolarisé depuis plusieurs mois, menant une vie sans perspective d’avenir, et ne fréquentant que les marginaux fumeurs de cannabis de ma ville. Je commençais aussi à commettre des actes gratuits de petite délinquance.

3Au cours de mon hospitalisation, je me souviens clairement qu’il y eut un avant et un après la prise des traitements. Avant l’administration d’Haldol (le seul médicament psychotrope avec lequel j’ai été traité), j’étais très angoissé, délirant, mais capable de vigilance ; après, j’ai certes observé une baisse significative de l’anxiété et de la paranoïa, mais également une perte totale de contrôle sur mon comportement, ainsi qu’une intensification de mes idées délirantes. C’est simple, avec le traitement, j’avais oublié que j’étais dans un hôpital, et les scénarii les plus délirants me sont passés par la tête. Je me souviens avoir agi et pensé comme un automate dont le mécanisme aurait été déréglé.

4D’abord rebelle et pris d’envies de vouloir fuir le service en guettant les entrées et les sorties, je me suis finalement dit que je devais être au bon endroit pour que les personnes qui s’occupaient de moi découvrent ce qui m’avait amené à être interné. Progressivement, je compris que le personnel médical de l’époque se souciait plus de la prise de mon traitement que de chercher les causes de mon état délirant, alors que j’avais l’intime conviction qu’il devait nécessairement y avoir des raisons. Je me souviens néanmoins d’une question qui fut posée : « Est-il malade parce qu’il fume du cannabis ou est-ce qu’il fume parce qu’il est malade ? ». Autrement dit, ma paranoïa n’était-elle que passagère, ou bien étais-je en train de développer une maladie chronique ? Je décidais de faire profil bas pour quitter le plus vite possible le service de psychiatrie.

5À ma sortie de l’hôpital, où j’y étais resté un mois, j’ai été confronté aux considérables effets secondaires du traitement. Mes angoisses et mes souffrances avaient augmenté, et j’étais devenu incapable de me concentrer au point de ne pouvoir effectuer les gestes quotidiens les plus simples comme ceux de poser des couverts sur une table. Les dyskinésies liées au neuroleptique me faisaient perdre l’équilibre, ou causaient des rotations involontaires de la tête.

6Quelque temps après, je profitais de la visite d’un ami pour reprendre la prise de stupéfiant. Je fis une rechute six mois après ma sortie d’hôpital pour une bouffée délirante, malgré l’arrêt de ma consommation de cannabis. J’échouai ensuite dans une tentative de scolarisation, où, comme j’étais désorienté et dans un état hallucinatoire, le stress me fit perdre connaissance en plein cours. Je recommençais à nouveau de fumer, cette fois-ci avec des amis souffrant également de troubles mentaux, et soignés dans le même service que j’avais fréquenté.

7Sollicité par un patient, je décidais de fréquenter un groupe évangéliste dirigé par un couple de pasteurs américains. Suite à ma conversion, mon comportement et mes motivations ont alors totalement changé. Je décidais de définitivement abandonner la consommation de cannabis et je cherchais activement un travail. Je réussis à trouver un emploi d’apprenti plombier chauffagiste auprès d’un patron qui travaillait avec son frère. Très impliqué dans la vie du groupe évangéliste, les exigences de sanctification, la culpabilisation à outrance, les conduites manipulatoires, la menace de la fin du monde, m’ont stressé au point de déclencher pour la première fois des hallucinations auditives et des soupçons de persécution. Sur un important chantier, j’ai entendu des voix, et eu des hallucinations visuelles, à cause du stress. Pris de panique, j’ai quitté mon travail sans explication. Peu de temps après, je donnais ma démission. J’ai ensuite occupé un emploi de vendeur extérieur dans une enseigne de vente de matériaux pour le bâtiment. Me sentant de plus en plus mal après avoir passé deux ans au sein du groupe évangéliste, j’ai décidé de m’éloigner géographiquement de la secte et du milieu de la drogue pour m’installer en Normandie. Je m’isolais au maximum, toute interaction sociale déclenchant des symptômes qui s’étaient aggravés.

8Malgré tout, je refusais l’idée d’être malade, ce qui m’arrivait n’était pour moi qu’une banale épreuve divine, réservée aux croyants. Ma mère me proposa alors la lecture d’un livre L’enfant sous terreur d’Alice Miller (1986), qui fut une révélation. Parce que ce livre parle des conséquences psychologiques durables de la maltraitance pendant la vie infantile, j’ai fini par penser à relier mes souffrances présentes avec ce que j’avais vécu dans l’enfance. A. Miller étant résolument du côté de la victime qui souffre, j’ai ressenti un immense soulagement d’avoir là une alliée qui pouvait prendre mes souffrances en considération. Grâce aux arguments développés dans ce livre, je pris conscience que j’avais été un enfant maltraité, et que par volonté de protéger les miens ainsi que moi-même, j’avais refusé d’admettre l’impact néfaste de leurs mauvais comportements dans ma psyché. Le refoulement de tout ce que j’avais subi avait vraisemblablement pris la forme d’une psychose. Cette simple prise de conscience me permit de retrouver la mémoire de quelques actes de malveillance de la part de mes proches. Un autre livre d’A. Miller parle d’une méthode de thérapie écrite qu’elle faisait suivre à des patients atteints de dépression chronique, dans un centre en Suisse qu’elle dirigeait avec un médecin. Il était question de faire “L’état des lieux” par écrit, et exprimer de manière descriptive tout ce qu’on pouvait ressentir sur le moment présent, dans le but de soulager ses souffrances. Je décidais immédiatement de commencer ce travail, car s’il y avait une possibilité d’améliorer mon état par une psychothérapie, je voulais l’essayer.

9La première étape des changements qui s’opérèrent en moi commencèrent d’abord par admettre la réalité de mes troubles mentaux. J’acceptais de prendre rendez-vous avec un médecin qui établit le diagnostic de schizophrénie paranoïde, dont il était, selon lui, illusoire d’espérer une quelconque guérison. Ce fut un choc considérable, je pensais seulement avoir des troubles nerveux bénins ne nécessitant pas même qu’un médecin y prête la moindre considération. Je refusais néanmoins les médicaments, estimant que la prise en charge de mes symptômes par une thérapie écrite était suffisante.

Une tentative thérapeutique : la thérapie des quatre pas revisitée

10La thérapie qu’A. Miller propose dans ses écrits est dérivée de la thérapie des « quatre pas » de J. Konrad Stettbacher, qui est une variante de la thérapie primale d’Arthur Janov. Stettbacher considère l’individu comme étant un tout depuis l’embryon, que sa santé dépend de la période de vie appelée vie primale, laquelle inclut la vie fœtale, la période périnatale et la première année qui suit la naissance, et que toute atteinte à son intégrité durant les phases critiques de son développement aura une répercussion tout au long de sa vie. La thérapie des quatre pas vise à découvrir avec un thérapeute ce qui déclenche les troubles psychiques pour en retrouver les acteurs et les auteurs. 1er pas : le patient décrit le dernier événement du quotidien où son handicap s’est manifesté ; 2e pas : le patient laisse libre cours à ses sentiments au point que parfois ceux-ci l’amènent à évoquer spontanément un épisode ou une personne de son passé ; 3e pas : le patient reconsidère les réactions qu’il a eues lors de l’événement ; 4e pas : le patient tire parti de sa découverte de la façon la plus concrète possible, en interpellant à voix haute la personne issue de son passé.

11A. Miller proposera de faire cette thérapie par écrit dans un centre spécialisé en Suisse pour personnes souffrant de dépression. Je décidais alors de pratiquer tout seul ce travail, me contentant des deux premiers pas de la thérapie, en écrivant sur tout ce qui pouvait me contrarier ou me tourmenter. Dans un premier temps, j’ai passé des journées entières à écrire, cherchant sans répit une échappatoire à mes troubles. J’éprouvais le besoin de continuer, car le seul fait d’écrire me procurait un soulagement. Au bout d’un an environ, estimant que mes progrès n’étaient pas probants, j’ai décidé de décrire sous la forme d’une interrogation l’ensemble de mes troubles. Je commence maintenant toujours par une formule de ce genre : « Je ne comprends pas pourquoi je commets l’erreur de ». Des effets étonnants se firent sentir immédiatement ; des événements du passé, des visualisations de l’influence de mes proches me parvinrent de manière précise et en grand nombre. Cette formulation me permit d’aborder des problèmes que je n’aurais jamais développés sous forme narrative, et je pouvais changer à volonté le sujet de ma phrase, selon les visualisations qui se présentaient.

12J’ai d’abord découvert tous les événements traumatisants depuis ma petite enfance, et après épuisement de ces souvenirs, je me suis trouvé confronté à des éléments beaucoup plus difficiles à gérer, comme les influences négatives du comportement de mes proches, qui surgissaient sous forme d’images mentales partielles, réapparaissant sous différents aspects, et résistant fortement à toute remise en question. Cependant, chaque mise en défaut de mes troubles, par l’intermédiaire de l’écrit, a systématiquement induit une modification plus ou moins importante de ces perceptions, et m’a permis de libérer toujours davantage de ressources pour l’analyse. Tout a fini par se passer comme décrit dans le processus thérapeutique des quatre pas : expression libre du ressenti et distanciation avec les symptômes, que je pouvais réduire en une seule phase. Chaque découverte de nouveaux éléments est pénible, mais inévitable. Comme l’a écrit J. K. Stettbacher « Si le fait de souffrir peut avoir un sens, alors je ne le vois qu’en tant que contribution à la résolution de la souffrance […] ». En quelque sorte, la souffrance psychique doit être un signal d’alerte pour remonter à la source de ce qui ne va pas. Si je voulais continuer à aller mieux, il fallait que je continue à chercher ce qui va mal, quoiqu’il m’en coûte. Mon travail d’écriture s’étant toujours accompagné de la diminution de mes symptômes, j’en ai donc déduit que ceux-ci étaient principalement la conséquence de souffrances chroniques refoulées.

13Depuis 1999, j’ai une activité dans la rénovation de bâtiments ; de cette manière, je peux allier librement travail et thérapie écrite. J’ai été régulièrement suivi depuis 2005 au CAMP de ma région. Les entretiens avec les médecins me permettent de vérifier l’évolution réelle de mon état.

14Désireux de savoir ce qui pouvait bien se produire lorsque j’écrivais, j’ai cherché des explications au phénomène dont j’étais le témoin.

Un début d’explications grâce aux neurosciences

15Dans un premier temps, j’ai pensé que la formulation écrite de mon interrogation induisait un mécanisme automatique de déni du système nerveux, qui envoyait une information contredisant l’erreur, en donnant à ma conscience une information sur ce qui déclenche le symptôme. Le subconscient (l’instance première responsable des fonctions vitales du corps), s’adresserait alors directement à la conscience en court-circuitant l’inconscient (constitué du contenu refoulé de la conscience), jouant ici le rôle d’instance parasitant les signaux. Il faut supposer, pour que cela soit vrai, l’existence de ces trois instances, conscience, inconscient, et subconscient, qui ne sont là que des suppositions de ma part. Mais les récentes découvertes en neurosciences ouvrent des perspectives plus intéressantes encore.

16Un article de Sciences et vie (2005) fait état du fonctionnement de la matière blanche du cerveau – composée d’oligodendrocytes et d’astrocytes – qui a longtemps été ignoré des scientifiques. Ces neurones à fonctionnement chimique jouent un rôle crucial dans la régulation des flux de données en s’immisçant dans les connexions des neurones électriques, et en leur fournissant l’énergie nécessaire à leur fonctionnement. Ce sont ces cellules qui permettent l’émergence des processus conscients, et elles représentent 50 % de la masse cérébrale. Mon travail étant basé sur la prise de conscience d’éléments refoulés responsables de mes troubles mentaux, j’imagine facilement que la pratique régulière de ma thérapie a eu pour conséquence d’améliorer le fonctionnement de mon psychisme en agissant sur la plasticité cérébrale des communications nerveuses. La production astrocytaire est bel et bien présente, grâce à l’apprentissage d’une nouvelle aptitude : en effet, avant que je commence ma thérapie écrite, je n’avais pas cette capacité de visualiser les comportements de mes proches en lien avec ma maladie mentale, capacité qui me permet de ne plus faire la confusion entre les acteurs et les auteurs de mes problèmes psychiques.

17Je me suis demandé aussi pourquoi les formes interrogatives systématiquement appliquées à l’ensemble de mes interrogations ainsi qu’à mes troubles avaient-elles eu de tels effets. Ces phrases sont de ce genre : « Je ne comprends pas pourquoi je commets l’erreur d’être aussi ombrageux que mon père », ou bien, « R.G. Ne comprend pas pourquoi il commet l’erreur d’apprécier être materné tel un enfant » (R.G. étant les initiales de mon grand-père), ou encore, « Je ne comprends pas pourquoi je commets l’erreur de stresser chaque fois que je réussis quelque chose ».

18Il a été récemment découvert (Sciences et vie, 2012) l’existence de réseaux de calculs statistiques de type bayésien dans le cerveau, basé sur l’erreur de prédiction. Il s’agit de calculs simples simples, mais puissants par leur optimisation, qui permettent d’appréhender des événements complexes en présence d’informations partielles.

19Chaque cerveau fait en permanence des calculs statistiques pour prédire ce qui va arriver, en fonction des événements vécus et observés par le passé. C’est ce qu’il a été impossible de prédire qui va être retenu et enregistré, afin d’optimiser la base de données. Pour résumer à l’extrême, les calculs bayésiens que font nos cerveaux nous permettent d’apprendre en diminuant notre ignorance grâce à nos erreurs. Ce système nous permet, depuis le début de notre vie, de construire de la cohérence à partir d’une base de données vierge de toute expérience. Les scientifiques dans ce domaine de recherche pensent que l’ensemble du système nerveux est une structure bayésienne hiérarchisée, dont la pensée est la partie supérieure.

20J’ai pu obtenir auprès de Chloé Farrer, chargée de recherche au CNRS, un article de Nat Rev Neurosci (Fletcher, Frith, 2009) concernant une étude sur le fonctionnement des réseaux bayésiens chez les schizophrènes. Il est établi que la surproduction de dopamine (neuromédiateur de la récompense, de l’apprentissage, et du plaisir) observée chez les schizophrènes induit un dysfonctionnement des réseaux bayésiens, les empêchant de détecter leurs erreurs d’interprétation. Les schizophrènes ont donc tendance à rester enfermés dans leurs impressions premières et leurs croyances, que rien ne peut les en dissuader, d’être considérées comme erronées. Cette déficience des réseaux bayésiens handicape fortement les patients dans le domaine de l’apprentissage, de la mise à distance de leurs symptômes, et prend une part active dans l’élaboration de leurs idées délirantes. La prise de traitements médicaux diminuant cette surproduction de dopamine est le seul moyen connu à ce jour pour réduire les symptômes.

21La résurgence d’un nombre considérable de souffrances au cours de ma thérapie me fait dire que la présence de cette surproduction de dopamine est une façon pour mon système nerveux de compenser un état endogène douloureux inconscient. Je suppose que le cerveau, qui a absolument besoin d’un certain niveau de bien-être ou de récompense pour fonctionner, peut aller jusqu’à s’enfermer dans de fausses interprétations.

22À la lecture de l’article, j’ai compris ce que ma formulation interrogative pouvait déclencher. En mettant l’accent par le questionnement sur mes erreurs interprétatives et celles de mes proches, je force mes réseaux bayésiens à détecter les erreurs de prédiction, et donc à fonctionner normalement. Comme il existe une procédure d’optimisation du calcul statistique à chaque événement inattendu – la prise de conscience de mon erreur d’interprétation étant l’événement inattendu – mon système nerveux est contraint d’intégrer la nouvelle donnée et peut se restructurer en apprenant par la remise en question du symptôme. C’est en mettant en défaut la mécanique déterministe de ma maladie, que je sors progressivement de mes états phobiques et délirants.

23Dans ses cours au collège de France sur le cerveau statistique (2012), Stanislas Dehaenne, fait état de la surprise des scientifiques lorsqu’ils ont observé dans le cerveau des malades mentaux beaucoup de circuits cognitifs impliqués dans les troubles psychiques. En effet, on pouvait croire que les états délirants étaient à la base, la conséquence d’un déficit cognitif déclenchant les affabulations. Or il n’en est rien, ce qui est observé au scanner est beaucoup plus complexe que prévu ; les troubles psychiques sont plutôt le résultat d’un accaparement des processus cognitifs par la maladie, ce que j’ai pu constater dans mon travail de thérapie.

24Certaines études font état de causes génétiques dans l’apparition de la schizophrénie. De récentes découvertes sur le génome ont établi que 95 % de celui-ci est programmable, et s’exprime selon les stimulations environnementales. De plus, des expériences ont prouvé qu’une partie du vécu et des aptitudes est transmise (que ce soit chez l’homme ou l’animal) d’une génération à l’autre grâce à ces mécanismes programmables de l’ADN, appelés épigénétiques. Je vois dans l’existence de cette grande proximité entre le système nerveux et l’ADN, une corrélation avec mes hypothèses sur les origines de ma schizophrénie.

Conclusion

25Au cours de mon auto-thérapie, j’ai dû lutter contre la présence d’un amoncellement de comportements maladifs issus de mes deux familles, dont l’histoire est marquée sur plusieurs générations par la déviance et la maltraitance. Je soupçonne que tous ces accidents non résolus de l’histoire familiale m’ont été transmis, que les névroses, les tendances schizophréniques et psychopathiques se sont renforcées ou ont été déclenchées par l’interaction avec mes proches, créant en amont des fragilités structurelles. Les traumatismes, par un effet de levier, ainsi que la prise régulière de stupéfiants – qui a perturbé l’équilibre chimique de mon cerveau – ont durablement déclenché une dissociation chronique de mon fonctionnement neurologique.

26Mon travail de thérapie écrite me permet d’explorer les mécanismes virtuels de mon inconscient, et de mettre un visage familier sur chacun de mes symptômes. C’est parce que les bases mêmes de ma personnalité sont à revoir du fait de mon hérédité, que je mets autant de temps à guérir. Malgré 230 cahiers écrits, je souffre toujours de troubles schizophréniques, mais qui n’ont rien à voir avec ceux que j’avais en 1995, où ma vie était un cauchemar. Ma pathologie est aujourd’hui supportable, et malgré les limites de la résilience, puisqu’il me faut impérativement écrire pour aller mieux, j’espère bien continuer à progresser autant que je le pourrai.

Bibliographie

Miller A., L’enfant sous terreur, Aubier, 1986.

Sciences et vie, « Nous avons un deuxième cerveau », novembre 2005. 13 p.

Sciences et vie, « La formule qui décrypte le monde », 2012, 1142(10), p. 48-55.

Fletcher P. C., Frith C. D., “Perceiving is believing : a Bayesian approach to explaining the positive symptoms of schizophrenia”, Nat Rev Neurosci, 2009, 10(1), p. 48-58.

Dehaene S., « Le cerveau statisticien : la révolution bayésienne en sciences cognitives », Psychologie cognitive expérimentale, Collège de France, 2012.

Auteur

Ex-usager de la psychiatrie (Caen)

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

Offert par