Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Paris-Bordeaux en train

 | 
Hubert Bonin
, 
Christophe Bouneau

Chapitre 6. Sud-Express contre Drapeau, ou le dilemme de l’artère Paris-Bordeaux

Étienne Auphan

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Sur l’ensemble des grandes lignes du réseau national, on peut affirmer que l’après-guerre prend fin au milieu des années 1950. En l’occurrence, sur l’axe principal du Sud-ouest, c’est en 1955 que le train le plus représentatif de cette artère, le Sud-Express, voit sa marche nettement accélérée au point de devenir « le train le plus rapide du monde sur un aussi long parcours », effectuant les 816 km du parcours Paris-Hendaye à 111 km/h de moyenne (7h23) et les 581 km du trajet Paris – Bordeaux à 116 km/h (5 heures). À cette époque, le Sud-Express est d’abord un train international. Ce caractère international est manifeste aux deux extrémités du parcours : au sud, à la frontière espagnole (Irun) ou il est en correspondance forcée avec le train espagnol vers Madrid et Lisbonne en raison du changement d’écartement ; mais également au nord à Paris où des mesures particulières sont prises pour assurer une correspondance rapide (40 à 45 minutes) avec les trains vers Dortmund et Amsterdam à...

Auteur

Professeur émérite de géographie, Université de Paris-Sorbonne

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540