Version classiqueVersion mobile

L’internationalisation des productions cinématographiques et audiovisuelles

 | 
Claude Forest

A – Paroles de producteurs

120 ans de Gaumont

Nicolas Seydoux

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

120 ans. Quelles réflexions m’inspirent 120 ans d’existence ? Gaumont n’a pas inventé le cinématographe, Gaumont n’a pas produit le premier film ; Gaumont est née l’année du premier film et de sa première présentation. D’autres sociétés existent avant Gaumont : Lumière, Méliès… Elles ont disparu. La durée est un élément clé du succès, car face aux difficultés, il faut savoir persévérer. Gaumont a traversé des crises, celles propres au cinéma comme celles du pays, nombreuses, dramatiques et variées pendant plus d’un siècle. La spécificité de Gaumont est d’être la doyenne mondiale des sociétés de cinéma.

Je distinguerai trois époques au cours de cette longue période : la première, de 1895 aux années 1945-1955, celle pendant laquelle le cinéma détient le monopole de l’image animée. La seconde commence avec l’arrivée du téléviseur dans tous les foyers au cours de laquelle s’instaure un duopole. La troisième, qui débute il y a quelque vingt ans, avec l’explosion des mini-écrans. Celle-ci ...

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search