Version classiqueVersion mobile

Pas d’Animaux

 | 
Annabelle Marie
, 
Jean-Louis Cornille

Filières

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La littérature, qu’elle soit menée en français ou en d’autres langues, n’a pas attendu que les philosophes, assez récemment, reviennent sur le geste radical que l’on prête à Descartes pour contester la discontinuité entre l’homme et l’animal, et de tout temps se sont manifestés des expériences de ce que Jean-François Louette propose d’appeler « canisme », et qui consiste à « adopter le point de vue d’un chien », voire à « lui donner la parole »1. Sur ce plan, on n’est pas loin d’affirmer que le modèle canin à s’être imposé le plus durablement en littérature francophone est à coup sûr celui du « bon chien », tel que Baudelaire l’a représenté dans le dernier de ses Petits poèmes en prose. C’est le chien bâtard, le chien perdu sans collier, courageux et fidèle, dont Nodier avait déjà brossé le portrait dans Le Chien de Brisquette.

On se souviendra d’abord du premier roman du mauricien J.M.G. Le Clézio, Le procès-verbal2. Ce roman pourrait d’ailleurs être un conte : « Il était une petite...

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search