Version classiqueVersion mobile

Pas d’Animaux

 | 
Annabelle Marie
, 
Jean-Louis Cornille

II. Jeter sa langue au chien

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Devant la raréfaction des espèces animales et l’accélération de leur traitement industriel, la question des droits des animaux occupe ainsi de nos jours tout un pan de la philosophie aussi bien française qu’anglo-saxonne : d’Elisabeth de Fontenay à Elisabeth Costello, en passant par Jacques Derrida, les publications sont innombrables, dans lesquelles est remise en question la discontinuité classique entre humains et animaux1. La littérature, qui a toujours affiché sa fascination pour les animaux, des plus fabuleux au plus quotidiens, lui a aussitôt emboîté le pas dans la réflexion : on songera par exemple à The Lives of Animals, de J.M. Coetzee2, dans lequel l’auteur sud-africain s’en prend à son tour à la conception rationaliste qui fait de l’animal une simple mécanique dépourvue d’âme. Mais c’est dans son roman Disgrâce, surtout, que Coetzee affiche sa compassion pour l’animal. Paradoxalement, c’est en même temps la violence du rapport racial propre à l’Afrique du Sud qu’il choisi...

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search