Version classiqueVersion mobile

Pas d’Animaux

 | 
Annabelle Marie
, 
Jean-Louis Cornille

I. Les animaux nous parlent

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Alors que de nombreuses civilisations vivent ou ont vécu sur une base de coexistence avec les traces animales (au point qu’il n’existe à leurs yeux qu’un seul Tout-monde, défini par la Relation), la société occidentale, au moins depuis Descartes, s’est résolument écartée des animaux, les excluant au titre de bêtes, et ne tolérant leur présence qu’en situation domestique ou alimentaire. Il y a certes de bonnes raisons pour lesquelles un être rationnel se doit d’exclure l’animal ou s’en garder. L’animal inquiète en ce qu’il nous confronte au tout autre et fait vaciller notre identité. Ce que « chaque animal peut nous communiquer, pour peu que nous sachions en « décider » dans l’obscurité du désir, c’est la profondeur la plus insaisissable du monde réel : sa contingence, son mouvement, son anarchie », affirme Georges Bataille1, qui s’en explique ainsi : « La bête est pour nous l’un des signes les plus puissants de l’inexplicable », ce qu’il appelle l’hétérogène, et qu’il illustre en év...

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search