Version classiqueVersion mobile

Pas d’Animaux

 | 
Annabelle Marie
, 
Jean-Louis Cornille

Pense-Bêtes

On nous promet un monde ravagé, dénaturé et comme désanimalisé, c’est-à-dire déshumanisé à défaut d’animaux : chaque jour des bêtes grandes et petites sont un peu plus menacées d’extinction ; des espèces entières disparaissent par manque d’espace suite aux activités débordantes des trappeurs trop-humains. Pas d’animaux ? Bientôt n’existeront plus que quelques pas dans le sable, ou dans la neige, des traces de pattes qui déjà vont s’effaçant. Dans un tel monde post-animal, le vivant ne trouverait ainsi plus à se reproduire que dans l’imaginaire : la littérature, à son corps défendant, est en passe de devenir parc naturel, réserve, zoo, arche, archive, voire laboratoire de dissection d’espèces de moins en moins diversifiées et tout sauf exotiques. Ce peu de pas d’animaux survivra-t-il sur nos pages, ou pas ? Mais dans un univers dépourvu d’orangs-outans comme d’abeilles, qui ne se repeuple que de chiens errants, sans doute ce dernier refuge des livres aussi aura-t-il tôt fait de disparaître. Dans le temps qui nous est compté, suivons donc au sein d’une petite meute de livres qui s’écrivent de nos jours en français d’ailleurs qu’en France les menues traces muettes qu’y laissent les bêtes, dessinant par-là un espace d’expérimentation qu’on pourrait qualifier de « francofaune » – en riant quelque peu, puisqu’on dit que cela nous est propre. Empreintes et emprunts y font bon ménage.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Je suis une bête, un nègre », A. Rimbaud.

On dit que cette littérature francophone, telle qu’elle s’est « développée » à partir des anciennes colonies françaises, en Afrique, dans les Antilles et dans l’Océan Indien, a été marquée par deux moments forts d’affranchissement à l’égard de la métropole : l’un, dans les années quarante, avec la négritude ; l’autre, plus récemment, avec l’essor de la créolité. Il serait cependant simpliste de croire que ce désir d’indépendance littéraire s’est en entier trouvé réalisé aujourd’hui. Loin de s’être complètement libérée de ses attaches premières, cette littérature dite postcoloniale demeure à l’heure actuelle toujours hantée par ses anciens « modèles français » : un certain degré de dépendance s’y laisse en effet repérer, dont témoigne la fréquence des thèmes du parasitage et de l’hospitalité, de l’hybridité aussi. Tout en proclamant leur autonomie, ces textes restent fortement tributaires d’un lourd héritage français qu’en même temps ils réf...

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search