Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

E-révolutions et révolutions

 | 
Jean-Jacques Lavenue

Partie 4. De quelques perspectives démocratiques du numérique

« Merci à Twitter » : fondements et limites empiriques de la croyance en une révolution 2.0

Jean-Gabriel Contamin

Pueden acceder a los formatos HTML, PDF y ePub los usuarios de bibliotecas e instituciones que lo hayan adquirido en el marco de OpenEdition Freemium for Books. La obra podrá ser comprada de igual modo en formato PDF y ePub en los sitios web de nuestras librerias asociadas. Si la edición papel se encuentra disponible, tendrá enlaces a disposición para dirigirse a las librerías desde esta página.

Extracto del texto

« Merci à Twitter, à ceux qui ont inventé Internet, à Al Jazeera : les Égyptiens n’oublieront jamais le rôle que vous avez joué en soutenant la révolution ».
(Tweet en arabe après la démission du président Moubarak, février 2011)1

Il serait bien sûr très réducteur de se contenter d’un tweet pour mettre au jour les représentations de l’ensemble de celles et ceux qui ont participé à ce que d’aucuns ont nommé une « révolution » dans un certain nombre de pays arabes2. Si l’on en use toutefois ici, c’est que ce tweet semble très illustratif d’une représentation qui s’est largement diffusée, tant chez certains acteurs de ces mobilisations que chez certains de leurs commentateurs, chez les simples spectateurs, mais aussi chez un certain nombre d’acteurs politiques et institutionnels : la croyance dans la capacité des médias, et tout particulièrement, des « nouveaux » médias, à faire émerger des mobilisations radicales.

C’est en effet cette même croyance qu’on retrouve dans les propos d’autres...

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540