Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

E-révolutions et révolutions

 | 
Jean-Jacques Lavenue

Partie 4. De quelques perspectives démocratiques du numérique

« Merci à Twitter » : fondements et limites empiriques de la croyance en une révolution 2.0

Jean-Gabriel Contamin

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Merci à Twitter, à ceux qui ont inventé Internet, à Al Jazeera : les Égyptiens n’oublieront jamais le rôle que vous avez joué en soutenant la révolution ».
(Tweet en arabe après la démission du président Moubarak, février 2011)1

Il serait bien sûr très réducteur de se contenter d’un tweet pour mettre au jour les représentations de l’ensemble de celles et ceux qui ont participé à ce que d’aucuns ont nommé une « révolution » dans un certain nombre de pays arabes2. Si l’on en use toutefois ici, c’est que ce tweet semble très illustratif d’une représentation qui s’est largement diffusée, tant chez certains acteurs de ces mobilisations que chez certains de leurs commentateurs, chez les simples spectateurs, mais aussi chez un certain nombre d’acteurs politiques et institutionnels : la croyance dans la capacité des médias, et tout particulièrement, des « nouveaux » médias, à faire émerger des mobilisations radicales.

C’est en effet cette même croyance qu’on retrouve dans les propos d’autres...

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540