Version classiqueVersion mobile

E-révolutions et révolutions

 | 
Jean-Jacques Lavenue

Partie 3. Résistances et passage à l’acte

Hacktivistes, droit et démocratie

Gilles J. Guglielmi

Résumé

Les hackers se situent ailleurs, au-delà ou au-dessus de la démocratie, tout en reconnaissant la validité et la positivité de celle-ci, ce pour quoi ils mettent un point d’honneur à la soutenir. Toutefois, la nature même de leurs actions, ainsi que l’identité de leur communauté, les conduisent à considérer le droit au mieux comme une contrainte à contourner, au pire comme un des éléments de la superstructure sociale auxquels ils n’adhèrent pas. Leur refus du conformisme dans un contexte libertarien peut être perçu comme déniant toute pertinence au droit. La contradiction des normes juridiques en vigueur par le principe même du hacking peut aussi être revendiquée comme un espace particulier de la contestation démocratique.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Les mœurs, c’est les hommes ; mais la loi, c’est la raison d’un pays. Les mœurs, qui n’ont souvent pas de raison, l’emportent sur la loi. »
Honoré de Balzac, Œuvres complètes, Éditions Houssiaux, 1874, tome 12, p. 376.

Au sens strict, un hacker est un utilisateur d’outils informatiques qui manipule un système de traitement de données conçu et commercialisé pour être utilisé tel quel, ou plus rarement un composant physique d’un matériel informatique, dans le but de le comprendre dans son intégralité, d’en déceler les défauts et de l’améliorer. Le simple fait de lire, et plus précisément d’arriver à lire, des paquets de données appartenant à un système (notamment par des analyseurs de paquets ou des logiciels générateurs de clés) se réalise le plus souvent en violation du droit, soit du contrat liant l’acquéreur du système à son diffuseur, soit du droit pénal.

Il apparaît immédiatement que le rapport entre hacking et droit pourrait se limiter à celui de la délinquance privée, industrie...

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search