Version classiqueVersion mobile

Le tourisme sportif

 | 
Claude Sobry

Conclusion

Texte intégral

1Le domaine du tourisme sportif semble à la fois bien vaste et encore passablement mal exploré. On a pu constater à la lecture des différentes contributions à cet ouvrage que chaque auteur ou presque s’est efforcé de définir le champ dans lequel il s’inscrivait. On a pu noter également combien les différents domaines demeurent imbriqués : l’écologie est en lien avec les jeux des acteurs, l’économique ne peut être séparé du sociologique, de l’environnemental et, bien entendu, du politique. On perçoit encore le poids de l’histoire et des coutumes. Que le tourisme golfique se soit développé de part et d’autres de la Manche n’est pas neutre, que les habitudes de pêche diffèrent d’une région du monde à l’autre non plus.

2On a pu constater également combien ce secteur qui, certes, n’est pas nouveau mais connaît une vigoureuse croissance depuis quelques années après une période de retour à un tourisme plus passif, plus sédentaire, constitue un enjeu socio-économique important pour bien des régions. Qu’un problème vienne à se poser, tel les algues en Bretagne, et c’est tout un ensemble de secteurs d’activités et l’implication, voire la responsabilité, d’acteurs et de niveaux décisionnels nombreux qui sont mis en action ou en cause. Le poids des décisions à le fois d’un secteur privé entreprenant, à la recherche de nouveaux créneaux d’activité et de profit, et d’un secteur public parfois dépassé ou en proie à des atermoiement concernant des décisions politiquement difficiles, des groupes de pression qui partent à la défense de certains sites de manière récurrente, année après année, saisons après saisons, des interdictions qui tombent lorsque tout est fini, tous ces éléments font sentir combien le tourisme sportif se trouve au point de rencontre d’intérêts multiples et contradictoires. Le poids économique qu’il représente, le nombre d’emplois qu’il génère sont devenus non négligeables et, de ce fait, toute décision pouvant contrevenir à ce type d’intérêts n’est prise qu’en tout dernier ressort, au risque d’hypothéquer la croissance durable.

3Enfin, on ne saurait trop souligner la discrétion du secteur sportif qui a, globalement, abandonné ce domaine aux acteurs du tourisme. Sauf dans de rares cas, le secteur sportif refuse ici encore de pénétrer le secteur marchand et d’agir non plus seulement en acteur social, mais aussi en acteur économique, ce qui n’est pas sans créer quelques difficultés, les intérêts des uns et des autres pouvant parfois s’opposer.

4Dans l’ensemble des contributions on ressent très intensément l’importance de la dimension humaine de l’activité touristico-sportive. Détente, plaisir de la découverte de l’autre, d’un autre environnement, épanouissement physique et intellectuel, mais aussi conflits, risques, confrontation à un environnement parfois fragile, parfois agressif, etc. on retrouve tout ce qui fait à la fois l’intérêt du tourisme et celui du sport de loisir.

5Secteur socio-économique non négligeable bien que difficile à cerner et à définir, le tourisme sportif méritait qu’on lui consacre un ouvrage en langue française, les anglo-saxon s’étant déjà penché sur le sujet comme sur tout ce qui touche au tourisme avec beaucoup plus d’attention que ne le font les spécialistes du pays leader mondial en terme d’accueil de touristes. Sans doute toutes les dimensions n’ont-elles pas été abordées et bien des questions demeurent en suspens. Au moins aura-t-il peut-être l’avantage d’avoir ouvert une réflexion et une voie de recherches.

© Presses universitaires du Septentrion, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search