Version classiqueVersion mobile

Panser l'erreur à l'école

 | 
Yves Reuter

Chapitre 2 : La pensée traditionnelle de l’erreur : mise en débat

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« L’erreur est donc ambiguë lorsqu’on la regarde rapidement de l’extérieur. L’erreur sur l’erreur est alors possible. » (Lavorel, 1982, p. 227)

Je souhaite maintenant soumettre au débat la manière classique de penser l’erreur telle que je viens de la décrire dans le chapitre précédent. La discussion portera aussi bien sur les fondements et sur les assertions de cette approche que sur ce qu’elle permet ou non d’éclairer, sans négliger les effets sur les élèves que produisent les pratiques scolaires qui l’actualisent.

1. Un poids considérable… qui perturbe la vision

J’ai évoqué dans le chapitre précédent le poids considérable de l’erreur dans les discours sur l’école. Il me semble que ce poids déséquilibre la vision des phénomènes tout en imposant une perspective pour le moins discutable, celle d’une opposition aussi figée que floue entre l’école du passé et l’école actuelle.

1.1. L’occultation d’une partie de la réalité

Ce que les discours récurrents et permanents sur l’erreur occultent, ...

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search