Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Panser l'erreur à l'école

 | 
Yves Reuter

Chapitre 1 : La pensée traditionnelle de l’erreur

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans ce chapitre, je vais m’attacher à préciser les caractéristiques de la pensée socialement dominante sur l’erreur et sur le traitement de l’erreur dans les fonctionnements « classiques » de l’école française. J’en retiendrai six principales : le poids considérable, la naturalisation, le statut négatif et incident, les deux fonctions essentielles (évaluer et confirmer), le statut d’évidence de la causalité et la gestion « répulsive ». J’essaierai encore de montrer sur quelles représentations s’appuie la pensée traditionnelle de l’erreur.

1. Un poids considérable

Ce qui ne peut manquer de frapper l’analyste, au moins en première approche, c’est le poids considérable accordé à l’erreur aussi bien dans les discours sociaux sur l’école que dans les discours scolaires, eux-mêmes. En d’autres termes, dès qu’on parle de l’école, en son sein ou hors d’elle, il est question d’erreur.

1.1. Des discours partagés, récurrents et permanents

On pourrait donc parler, sans prendre trop de risques, de ...

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540