Version classiqueVersion mobile

Le rapport à l'écriture

 | 
Christine Barré-De Miniac

Première partie. Les modes de fonctionnement des scripteurs

Chapitre 1. Les aspects cliniques et psycho-affectifs

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’écriture est une activité qui mobilise autant qu’elle révèle l’individu dans sa dimension affective et singulière. Écrire c’est, d’une certaine manière, se dire, se dévoiler : dévoiler ses émotions, ses sentiments, ses désirs ou ses conflits. Et affirmer qu’écrire c’est se dire, c’est situer le rapport à l’écriture du côté de ce qui fait la singularité de chaque scripteur, de ce qui lui est propre, qui le distingue des autres. C’est aussi désigner le mouvement qui, en amont, conduit le sujet à s’emparer de l’écriture pour exprimer cette singularité, ou tout au moins à désirer le faire, désir mené ou non à son terme.

L’écriture comme expression, « révélation » de soi dans son identité propre est source de fascination. Cette fascination pour l’écriture dans son lien avec le plus intime de l’être est repérable dans des domaines tout à fait différents. Elle est présente par exemple dans l’écriture automatique des surréalistes, sorte de dictée de l’inconscient, tenant de la transparence...

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search