Version classiqueVersion mobile

Penser et pratiquer l’histoire du temps présent

 | 
Emmanuel Droit
, 
Hélène Miard-Delacroix
, 
Frank Reichherzer

Partie III : Temps présent et sciences sociales

Je suis constructiviste et c’est tant mieux ! Réflexion sur le positionnement des historiens par rapport au temps présent

Kristina Kütt
Traduction de Valérie Dubslaff

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« L’histoire c’est […][quand] nous interprétons des événements du passé pour les besoins du présent. C’est ainsi que l’histoire prend son sens »1. J’emprunte cette phrase à un ouvrage de Jörg Baberowski qui a accompagné la réflexion que je menais au début de mes études sur ma propre discipline. Mais plus je m’intéressais à la connaissance historique en soi, même indépendamment de mes études, plus il me semblait difficile de trouver des réponses adéquates aux questions que je me posais. Est-il vraiment envisageable de comprendre notre société actuelle, de dire des choses sur son passé sans révéler quoi que ce soit de notre présent – présent dans lequel nous nous trouvons, nous historiens et historiennes ? En quoi peut-on véritablement dire que l’histoire du temps présent est bel et bien déjà cela : de l’histoire ? Comment un historien peut et doit-il se positionner face à son objet d’étude et face aux répercussions de cet objet sur le présent s’il décrit un processus historique encor...

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search