Version classiqueVersion mobile

Penser et pratiquer l’histoire du temps présent

 | 
Emmanuel Droit
, 
Hélène Miard-Delacroix
, 
Frank Reichherzer

Partie III : Temps présent et sciences sociales

L’Homo Oeconomicus du temps présent. L’histoire du temps présent à l’épreuve des concepts issus de l’économie

Wiebke Glässer
Traduction de Emmanuel Droit

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’histoire du temps présent : une histoire sui temporis

Au cours des soixante dernières années, la notion d’histoire du temps présent a été largement débattue au sein de la recherche historique. Depuis la définition originelle proposée par Hans Rothfels qui la circonscrivait en 1953 à « l’époque des contemporains et leur analyse scientifique »1, de nombreuses conceptions ont vu le jour. Néanmoins et en dépit de l’essor considérable qu’a connu la recherche en histoire du temps présent, il n’existe aujourd’hui aucun consensus sur les limites chronologiques, le contenu thématique et les méthodes de cette sous-discipline historique2. La plupart du temps, les définitions émises articulent la périodisation de l’histoire du temps présent à certains événements. En adoptant un point de vue comparé, on se rend compte que le choix des bornes chronologiques diffère d’un pays à un autre en fonction des traditions historiographies nationales3 et, même au sein d’un espace national, ces limites font...

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search