Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Penser et pratiquer l’histoire du temps présent

 | 
Emmanuel Droit
, 
Hélène Miard-Delacroix
, 
Frank Reichherzer

Partie I : Les sources de l’histoire du temps présent

« Le silence n’est pas nécessairement oubli ». Écrire l’histoire des expulsés intégrés en Allemagne orientale (1945-2013)

Claire Trojan

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans « l’ère du témoin », Annette Wieviorka faisait remarquer que « le témoignage, surtout quand il se trouve intégré à un mouvement de masse, exprime, autant que l’expérience individuelle, le ou les discours que la société tient, au moment où le témoin conte son histoire, sur les événements que le témoin a traversés »1, autrement dit, il dit les événements « avec les mots de son époque2 ».

Si l’historien du temps présent est aujourd’hui plus que familier avec cette difficulté, plus les discours tenus sur l’événement narré sont nombreux, plus le témoignage révèle un enchevêtrement de mémoires et des temporalités qu’il s’agit de démêler et analyser. Le concept du « handicap de l’a posteriori3 » des sources orales évolue vers « des a posteriori », au gré des évolutions mémorielles induites par la succession voire la concurrence de plusieurs mémoires officielles4 dont certaines évoluent jusqu’à devenir une mémoire collective. Comme l’évoquait Alfred Grosser en 1995 : « Une mémoire colle...

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540