Version classiqueVersion mobile

Passeport pour les médias de demain

 | 
Jean-Michel Saillant

Point de synthèse VII. La notion d’hypertexte

Texte intégral

  • 1 Rosnay, 1986, p. 52.

… « L’imprimerie n’a pas d’avenir, car personne ne sait lire » cite Rosnay1 relatant une prédiction d’un clerc du XVe siècle.

A. La notion de l’Hypertexte

  • 2 Hyper » est pris au sens mathématique, c’est-à-dire de « texte » à « n » dimensions, non accessible (...)
  • 3 Cf. « L’Hypertexte, une nouvelle approche de l’information », in Documentaliste, mars-avril 1989, p (...)
  • 4 In Bulletin Bibliothèque de France, Tome 34, n° 2-3, 1989.

1• L’Hypertexte2 est une méthode d’organisation de l’information qui procède par association d’idées en forgeant un réseau vivant de liens entre les données3. Ce qui fait écrire à Michel Melot comme titre d’un article : « Nous sommes tous des illettrés ou l’avenir de la lecture »4. A la géographie de la page du livre, succède l’océanographie du texte du créateur.

  • 5 Yann Garret, SVM, juillet 1988, p. 49.

… « En brisant le carcan de l’écriture linéaire des tables et des index, l’Hypertexte ouvre à l’informatique des chemins de traverse, plus courts et combien plus agréables »5.

  • 6 Lévy, septembre 1990, p. 30. Pour une approche de l’hypertexte, cf. Hypertexte & Information docume (...)

2• Plus précisément, six grands principes situent cette nouvelle donne. 1) Le principe de métamorphose : le réseau est sans cesse en construction et en renégociation. 2) Le principe d’hétérogénéité : on y trouve tous les supports possibles de transmission des messages. 3) Le principe de multiplicité et d’emboîtement des échelles : l’organisation est fractale, c’est-à-dire que n’importe quel nœud peut être à l’origine de parcours différents dans le champ de la connaissance. 4) Le principe d’extériorité : le réseau ne possède pas d’unité organique et peut facilement se mouvoir. 5) Le principe de topologie : dans ce système, il n’y a pas de chemin tracé d’avance, tout est en construction. 6) Le principe de mobilité des centres : le réseau n’a pas de centre ou bien n’importe quel élément peut être un centre6.

  • 7 Lévy, septembre 1990, p. 38.
  • 8 Laufer, mars 1992, p. 3-4.

… « Techniquement, un Hypertexte est un ensemble de nœuds connectés par des liens. Les nœuds peuvent être des mots, des pages, des images, des graphiques ou parties de graphiques, des séquences sonores, des documents complexes qui peuvent être des Hypertextes eux-mêmes »7.
« Le texte propose au lecteur un parcours fixe. L’hypertexte permet au lecteur, en réponse à ses demandes, de constituer progressivement à l’écran un assemblage fugace d’éléments textuels. Le lecteur se déplace en désignant à l’aide d’un pointeur situé dans l’élément où il se trouve le lien activable qui déclenche l’affichage du ou des éléments souhaités. L’existence d’un lien lui est montrée par une caractéristique physique de la zone qui le contient »8.

  • 9 Escarpit, 1988, p. 149 ; cf. aussi Revue Autrement, série Mutations, avril 1991, p. 23 pour la « le (...)
  • 10 Tiré de la plante aquatique de deux à quatre mètres de haut.
  • 11 Un catalogue est « une série ordonnée de références ou d’inscriptions enregistrant les pièces d’une (...)
  • 12 Une nouvelle bibliothèque « Biblioteca Alexandrins » doit être à partir du 26 juillet 1995, « la ré (...)
  • 13 Cf. pour son histoire, Autrement, 1991, p. 81.
  • 14 Ordonnance de Montpellier.
  • 15 « La Bibliothèque nationale compte près de 15 millions d’estampes et de photographies, plus de 10,5 (...)
  • 16 Historiquement, l’IST vient, en France, de la nécessité lors de la première guerre mondiale, de la (...)
  • 17 Mise en place par les Chambres de Commerce et d’industrie.
  • 18 Tel 33 83 50 46 64 , décision du directeur général du CNRS, Serge Feneuille (1988) ; décision polit (...)
  • 19 Cf. LM931013, p. 16, monde.
  • 20 Avec une montée jusqu’à 100 MégasBits par seconde.
  • 21 Jakobiak, 1988, p. 59 ; Jakobiak, 1991 p. 39 et p. 83. Un exemple de SIAD est ORACLE créé en 1977 p (...)

3• Cette novation dans l’approche de la connaissance s’illustre dans un premier temps par la recherche documentaire. La bibliothèque d’Alexandrie, fondée par le roi Ptolémée Sôter, en 290 avant Jésus-Christ9 contenait plus de 700 000 rouleaux de papyrus10. Dès lors il devenait difficile d’interroger, même à travers un catalogue11 une pareille mémoire. Callimaque de Cyrène (310 235) a été un des premiers organisateurs de cette bibliothèque incendiée en 640 après Jésus-Christ. Les pinakes (tableaux) de Callimaque ont été une tentative pour classer les livres non d’après leurs caractéristiques physiques mais d’après leur contenu. Ainsi naît la bibliographie proprement dite12. La Bibliothèque Nationale13, en France, a pour origine la « librairie » de Charles V (1364- 1380). Elle a été enrichie pour Louis XII. François 1er crée en 153714 le Dépôt légal, c’est-à-dire l’obligation de déposer à la Bibliothèque royale un exemplaire de tout ouvrage imprimé en France. Elle est réellement développée à partir du XVIIe siècle par Gabriel Naudé (1600-1653), bibliothécaire au service de Mazarin – il publie en 1627 à Paris un « advis pour dresser une bibliothèque » –. Le principe réside dans l’établissement de listes critiques et analytiques15. Aujourd’hui, on parle, non plus de Recherche documentaire ni d’information documentaire (ID), mais d’IST (Information Scientifique et Technique)16, institutionnalisée par la DBMIST (Direction des Bibliothèques, des Musées, et de l’information Scientifique et Technique) et son satellite le SUNIST (Serveur Universitaire National de l’information Scientifique et Technique (démantelé en 1990)) sans oublier les ARIST (Agence Régionale de l’information Scientifique et Technique)17. Le CNRS crée le 15 novembre 1989 à Nancy l’INIST, l’Institut de l’information Scientifique et Technique, premier centre européen intégré d’information scientifique18. Le 5 février 1991, les ministères français de l’Education, des Postes et Télécommunications, de la Recherche et de la Technologie signent un protocole d’accord pour la mise en œuvre de « RENATER » (REseau NAtional de Télécommunications)19, un vaste réseau de transmissions des données de recherche avec une capacité de 2 MégasBits par seconde20 (2 millions d’informations binaires par seconde contre 64 000 pour Numéris). Enfin, on assiste depuis quelques années à la mise en place d’un programme mondial patronné par l’UNESCO pour renforcer et coordonner la coopération mondiale dans le domaine de l’information technique en insistant sur la disponibilité et l’accessibilité de l’information, la connectabilité et la compatibilité des systèmes d’information, une sélectivité et une flexibilité plus grande dans le traitement de l’information. • Cette novation dans la recherche documentaire s’illustre par une liaison de plus en plus étroite entre recherche documentaire et décision. On assiste à la connexion information-décision avec notamment les SIAD, les Systèmes Interactifs d’Aide à la Décision, qui dans l’utilisation des micro-ordinateurs sont l’avenir des « Tableurs » des années 1990 : sélectionner l’information critique dans les flots d’information produits par la veille technologique, c’est-à-dire « l’observation et l’analyse de l’environnement suivies de la diffusion bien ciblée des informations sélectionnées et traitées utiles à la prise de décision stratégique »21.

B. L’histoire de l’Hypertexte

  • 22 Lévy, septembre 1990, p. 32.

4• L’idée de l’Hypertexte a été énoncée pour la première fois par Vannevar Bush en 1945 dans un article « As We may think » de la revue Atlantic City22. Bush constate que la plupart des systèmes d’indexation et d’organisation des informations en usage dans la communauté scientifique sont artificiels dans la mesure où chaque « item » n’y est classé que sous une seule rubrique et le rangement y est hiérarchique. Or, l’esprit humain ne semble pas fonctionner ainsi mais plutôt par association.

  • 23 Lévy, septembre 1990, p. 32.

… « Il saute d’une représentation à l’autre le long d’un réseau enchevêtré, trace des pistes bifurquantes, trame une toile infiniment plus compliquée »23.

  • 24 L’indexation est « l’opération par laquelle on choisit les termes les plus appropriées pour représe (...)

5C’est pourquoi Vannevar Bush imagine un dispositif appelé « Memex » (Memory Extender) pour mécaniser le rangement et la sélection par association à côté du principe de l’indexation classique24.

  • 25 Garret, 1988, p. 50.

… « Un memex (écrit Bush) est une sorte de bibliothèque et de fichiers mécanisés. C’est un dispositif, dans lequel un individu stocke ses livres, ses enregistrements, toutes les informations qu’il reçoit, automatisé de telle manière qu’il puisse compulser l’ensemble avec le maximum de rapidité et de liberté »25.

  • 26 Cf. Sciences et Avenir, avril 1993, p. 52.
  • 27 Cf. InfoPc, octobre 1991, p. 212.

6• Douglas Engelbart, spécialiste des radars, a l’objectif d’électroniser le projet de Bush. Il travaille à l’intégration des écrans aux ordinateurs et au traitement graphique. Ses recherches se dirigent vers ce qu’on appelle aujourd’hui l’interactivité. C’est ainsi que, de son laboratoire du Stanford Research Institute, vont sortir le traitement de texte, la souris (US Patent n 3.541.541)26, le multi fenêtrage, le processeur d’idées, la messagerie électronique. Il crée en 1969, pour relever le défi de Bush, le système « NLS » (N-Line System) : un traitement de texte doublé d’une messagerie électronique permettant une communication en temps réel entre plusieurs utilisateurs. Ce système NLS intéresse aujourd’hui l’armée américaine qui le nomme « Augment ». Les droits de commercialisation sont cédés à la société canadienne Tym Share, absorbée par le constructeur d’avions McDonnel-Douglas chez lequel Engelbart (son propre laboratoire ferme en 1978) poursuit maintenant ses travaux. La conséquence fondamentale de ces recherches est la formation de jeunes chercheurs informatiques qui rejoignent en particulier le Palo Alto Research Center (PARC) de Xerox créé en 1970 où sera réalisée la programmation « orientée objet »27.

  • 28 Son œuvre tient en deux ouvrages : 1) Computer Li : The Dream Machines, un livre double dont la pre (...)
  • 29 SVM, n° 77, p. 190.

7• Théodore Nelson est un philosophe (né en 1936) touche à tout qui, en 1976, était l’un des associés d’une petite société : « The Itty Bitty Machine Corp » qui vendait des ordinateurs en kit28. Il introduit le terme d’Hypertexte en 1963 pour exprimer l’idée d’écriture/lecture non linéaire sur un système informatique. En 1967, il participe au sein d’une équipe de recherche de l’Université de Brown à la création d’une première ébauche d’un hypertexte (Hypertext Editing System). Il construit un système appelé XANADU (nom emprunté à un poème de Coleridge écrit en 1816)29 : une base de données planétaire fondée sur le concept d’hypertexte dont la réalité s’accroît depuis que la société Autodesk, éditeur d’Autocad à San Francisco a décidé d’en financer le développement.

  • 30 SVM, n° 77, p. 191.

… « Cette idée m’est venue en octobre novembre 1960 alors que je suivais un cours d’initiation à l’informatique qui, au début devait m’aider à écrire mes livres de philosophie. Je cherchais un moyen de créer, sans contrainte, un document, à partir d’un vaste ensemble d’idées de tous types, non structurées, non séquentielles, exprimées sur des supports aussi divers qu’un film, une bande magnétique ou un morceau de papier. Par exemple, je voulais pouvoir écrire un paragraphe présentant des portes derrière chacune desquelles un lecteur puisse découvrir encore beaucoup d’informations qui n’apparaissent pas immédiatement à la lecture du paragraphe »30 .

8XANADU est donc un système informatique littéraire global, fondé sur le modèle de l’Hypertexte tel qu’il est développé aujourd’hui par les ingénieurs d’Autodesk. Il s’agit en fait d’une vaste hyperbase de données multimédia, « distribuées », fondée sur un réseau mondial de machines. Le projet est commercialement prêt pour 1995.

C. Les premières applications

  • 31 John Sculley en avant propos de l’ouvrage de D. Goodman, Hypercard Hypertalk, éd. Dunod 1988 ; pour (...)

… « L’Hypermédia est la distribution d’information sous des formes qui vont au-delà des traditionnelles listes ou états de sortie des bases de données. Plus spécifiquement, cela signifie que vous n’avez pas besoin de suivre un schéma d’organisation prédéterminé pour chercher de l’information »31.

  • 32 Cf. la présentation de C. Plaisant-Swenn in Sutter (mars 1990, p. 99) qui ne mésestime pas que si « (...)
  • 33 SVM, mai 1991, p. 130 ; Laufer, mars 1992, p. 65.

9• Le logiciel ZOG, développé en 1972 à l’Université de Carnegie-Melton (Etats-Unis), est un système d’interface homme machine, doté d’une énorme base de données et basé sur la sélection « menus ». En 1981, il donne naissance à KMS (Knowledge Management System). Le logiciel « Hyperties » (Hypertext Interactive Encyclopedia System), développé à partir de 1983 pour le « Human Computer Interaction Laboratory » de l’Université du Maryland vise à fournir une aide pour, notamment la réalisation de manuels, de catalogues, des bornes interactives incluant textes, sons, images32. Le logiciel « InterMédia », développé dès 1985 par une équipe de Brown University (Norman Meyrowitz) est avant tout un outil destiné à la recherche universitaire dans la mesure où il permet à l’utilisateur de « jongler » avec des sources différentes de documents, faire des recherches automatiques dans des dictionnaires, etc... Le logiciel « Guide » pour le micro-ordinateur d’IBM PC, conçu par un professeur d’informatique britannique, notamment à l’université de Canterbury (Peter Brown) et édité par la société américano-écossaise OWL (Office Workstation Limited) marque en 1986 l’application grand public de l’utilisation de cette notion33.

  • 34 Garret, 1988, p. 52.

… « A l’intérieur d’un texte réalisé avec Guide, n’importe quel mot ou groupe de mots peut être défini comme un bouton. Cela signifie qu’en plaçant le curseur au dessus de la zone ainsi déterminée, le logiciel déclenche une action précise »34.

  • 35 Lévy, septembre 1990, p. 32-36.
  • 36 Ct. une approche « magazine » in SVM, mars 1992, p. 69 ; peut alors commencer une édition multimédi (...)

10• Le logiciel Hyperdoc, réalisé en France par un ancien pilote de l’Aéronavale, Hugues de Pouqueville (société GECI, Groupe d’Etudes et Conseils en Ingénierie), est conçu pour manipuler d’énormes quantités de documents sur les disques optiques WORM ou CD-ROM. On assiste donc à la commercialisation de produits à base d’hypertexte ; Pierre Lévy décrit deux applications spécifiques en mécanique et littérature35. L’electronic bookshelf de MicroSoft est « grand public » ; cette « étagère à livres électroniques » désigne un ensemble de 12 CD-ROM constituant la culture générale de l’Américain moyen, comprenant une encyclopédie, des morceaux choisis des auteurs classiques et de nombreux extraits d’ouvrages dans le domaine des sciences sociales36.

  • 37 Dans la lignée du logiciel « NoteCards », prévu pour des ordinateurs puissants, appelés « stations (...)
  • 38 Cf. J.L. Le Breton, « HyperCard, la troisième dimension », in L’ordinateur individuel, octobre 1987

11• Le logiciel HyperCard37 d’Apple, créé par Bill Atkinson, marque en 1987 le développement grand public de cette nouvelle approche de navigation dans l’information38.

  • 39 Garret, 1988, p. 53.
  • 40 Bill Atkinson in Goodman, 1988, pxxxIII.

… « Une application HyperCard repose sur l’idée de pile : il s’agit d’un ensemble de cartes, de la taille de l’écran du Macintosh, empilées à l’infini dans un ordre indifférent. Chaque carte de la pile peut recevoir du texte et des images, et être reliée à n’importe quelle autre carte de n’importe quelle autre pile, par un processus très simple : il suffit de coller sur la carte de départ un objet appelé bouton, en fait, une zone librement redimensionable qui se superpose de manière transparente à n’importe quel élément visualisable, qui indique à HyperCard la carte de destination, et le tour est joué »39
« HyperCard est avant tout un outil de partage de l’information »40.

  • 41 « Dans un programme traditionnel, l’unité élémentaire est l’instruction. Programmer, c’est donc écr (...)
  • 42 « Informatique et Formation : réflexions à partir d’Hypercard d’Apple » G. Gauthier, in Education P (...)

12HyperCard est un logiciel qui permet à chacun de classer les informations, de les retrouver, de les utiliser. Il repose sur les concepts de piles et de cartes. Une carte est tout à fait semblable à une « fiche bristol » que l’on utilise dans un fichier manuel. Une pile est un regroupement de cartes. En 1990, la taille maximale d’une pile est de 4096 mégas octets et peut contenir 16 millions de cartes. Un langage de programmation (Hypertalk) proche de l’anglais courant permet de faire opérer par l’ordinateur à peu près n’importe quelle opération à l’intérieur d’une carte, entre des cartes d’une même pile, entre plusieurs piles. Sa particularité, dans le cadre de la programmation « objet »41, réside dans la possibilité continuelle de modifier son travail permettant à quiconque d’enrichir ses propres demandes et de réaliser ainsi ses propres applications. HyperCard fournit à l’honnête Homme du 20e siècle un instrument personnel, simple, évolutif, puissant du traitement de l’information42.

Le premier Congrès sur la notion d’HyperTexte date de 1987 à l’Université de Caroline du Nord. Le premier Congrès européen date de 1990 à Versailles.

  • 43 Pour une présentation de l’état du matériel en 1993, cf. la revue Multimédia, février 1993, p. 39.
  • 44 En 1992, naît la revue Multimédia, l’intégration informatique textes, sons et images ; cf. Le multi (...)
  • 45 A TF1 par exemple, le poste de travail informatisé véhicule des séquences vidéo visibles dans une f (...)
  • 46 InfoPc, décembre 1991, p. 25 ; L’ordinateur individuel, février 1992, p. 21 pour la présentation du (...)
  • 47 Langage de commandes numériques destiné à assurer les liaisons entre différents « instruments », cf (...)
  • 48 Cf. pour une présentation, SVM, juin 1992, p. 64. Pour une approche de l’offre naissante en ordinat (...)
  • 49 Univers Mac, juillet 199,1 p. 10 ; Décision Micro, 3 juin 1991, p. 8 ; « QuickTime constitue une vé (...)
  • 50 Cf. une approche de l’offre naissante pour les cartes d’acquisition vidéo pour PC, InfoPc, février  (...)
  • 51 Cf. pour une approche, S KM Mac, mai 1993, p. 137.
  • 52 Cf. Golden, avril-mai 1992, p. 92 ; Décision Micro, 2 mars 1992, p. 50 ; « QuickTime préfigure ce q (...)
  • 53 Cf. Univers Mac, avril 1992, p. 109.

13• Le multimédia utilise la possibilité de lier le son, le texte, l’image43. Le Multimédia est un concept apparu en micro informatique vers les années 198644. Il considère l’ordinateur comme un outil qui pourrait parler, écouter, lire, filmer, projeter, rechercher dans des encyclopédies et bases de données, mélanger des informations d’origines variées. La création d’applications multimédias est la réunion en 1991 du concept analogique pour la vidéo et du concept numérique pour l’informatique en attendant la numérisation de la totalité de la chaîne du message45. De nombreuses « cartes » permettent à des micro-ordinateurs de visualiser des images fixes ou des images animées46. Déjà se profile une sorte « d’espéranto » de l’écriture multimédia, un peu à la norme « Midi »47 pour la musique, de la part de Kaleida, une filiale commune entre IBM et Apple, le langage MediaScript, conçu pour fonctionner non seulement sous MacOS, mais aussi sous DOS et OS/2 et Windows48. Le système QuickTime d’Apple, lancé en 1991, est un ensemble d’outils logiciels permettant de gérer des données dynamiques comme la vidéo numérique (la VAO, Vidéo Assistée par Ordinateur), les animations ou le son49. On peut dès lors placer, par exemple, une image dans une application. Avec MacWrite II ou Word 5.1 ou WordPerfect 2.1, l’image apparaît au sein d’une page de texte et un clic suffit à lancer l’animation, son et image. Ainsi s’ouvrent une multitude de créations nouvelles associant le texte, le son, l’image et nécessitant ce nouveau média qu’est l’ordinateur50. QuickTime est une extension du système 7 d’Apple. De même que « QuickDraw » était un ensemble de programmes logés dans une mémoire morte gérant l’affichage des textes et des images fixes à l’écran, « QuickTime » gère et contrôle toutes les données basées sur le temps, c’est-à-dire qui se modifient en fonction du temps. Et de même que QuickDraw avait défini le format PICT pour les images fixes, QuickTime définit le format MOOVIE (film) pour les images animées51. L’architecture de QuickTime comprend le « Component Manager » et « l’Image Compression Manager » ; pour l’utilisateur, l’utilitaire « SimplePlayer » permet de jouer, d’éditer des films, l’utilitaire « Convert To Movie » transforme des animations, des images fixes en films, l’utilitaire « Pict Compresser » assure la compression d’images PICT selon la norme JPEG52. La société Adobe, par exemple commerciale dès 1992, un « éditeur » QuickTime (Première ») permettant de réaliser facilement des films à base d’images fixes, de séquences animées, de vidéo et de son53. Le 10 novembre 1992, Apple a présenté une version Windows de Quicktime tandis que Microsoft présente à la même période « Video for Windows » !

  • 54 Cf. Multimédia, février 1993, p. 11.

Dès 1992, existe au Québec, un système de vidéo accessible sur demande à domicile, permettant d’avoir accès à des bibliothèques d’émissions et utilisant les lignes téléphoniques grâce à des protocoles de compression54.

Notes

1 Rosnay, 1986, p. 52.

2 Hyper » est pris au sens mathématique, c’est-à-dire de « texte » à « n » dimensions, non accessible directement à nos sens en tant que tels.

3 Cf. « L’Hypertexte, une nouvelle approche de l’information », in Documentaliste, mars-avril 1989, par Jacques Chaumier et Eric Sutter.

4 In Bulletin Bibliothèque de France, Tome 34, n° 2-3, 1989.

5 Yann Garret, SVM, juillet 1988, p. 49.

6 Lévy, septembre 1990, p. 30. Pour une approche de l’hypertexte, cf. Hypertexte & Information documentaire, Eric Sutter, ADBS, mars 1990 ; cf. aussi Texte, Hypertexte, Hypermédia, Roger Laufer et Domenico Scavetto, Puf, Que sais-je, mars 1992.

7 Lévy, septembre 1990, p. 38.

8 Laufer, mars 1992, p. 3-4.

9 Escarpit, 1988, p. 149 ; cf. aussi Revue Autrement, série Mutations, avril 1991, p. 23 pour la « leçon de son histoire ».

10 Tiré de la plante aquatique de deux à quatre mètres de haut.

11 Un catalogue est « une série ordonnée de références ou d’inscriptions enregistrant les pièces d’une collection » in Blanquet, 1990, p. 193.

12 Une nouvelle bibliothèque « Biblioteca Alexandrins » doit être à partir du 26 juillet 1995, « la référence en ce qui concerne la période gréco-romaine » in LM930520, p. 6, fouille.

13 Cf. pour son histoire, Autrement, 1991, p. 81.

14 Ordonnance de Montpellier.

15 « La Bibliothèque nationale compte près de 15 millions d’estampes et de photographies, plus de 10,5 millions de livres, 3 millions de documents variés concernant les arts du spectacle, 1,5 million de pièces musicales, 1,1 million de documents sonores et audiovisuelles, 650 000 cartes et plans, 350 000 collections de périodiques, 350 000 manuscrits, plus de 300 000 monnaies, médailles et objets divers » in LM910724, p. 10, puces ; l’informatisation de ses fichiers dans les bases « BN-Opale » pour les écrits et « BN-Opaline » pour les documents de la phonothèque, de l’audiovisuel et les estampes permettra une consultation grand public par Minitel. « Les bibliothèques sont les puits où l’on trouve l’information. Demain, celle-ci jaillira d’un robinet. Les merveilles de la technologie permettront qu’elle soit fraîche, pertinente, et que l’on puisse agir sur elle. Aujourd’hui prisonnière dans l’imprimé, elle sera libérée grâce aux réseaux de communication. », Denis Varloot, in « Du robinet à la fiole » in Documentaliste, janvier 1991, p. 3 ; cf. la réponse de François Lapelerie, in Documentaliste, juillet 1991, p. 177 « De la fiole au goutte à goutte ».

16 Historiquement, l’IST vient, en France, de la nécessité lors de la première guerre mondiale, de la coopération interalliée, et est à l’origine d’une nouvelle profession : le documentaliste. Le manuel de Guinchat et Menou et Blanquet (1990) introduit ainsi la notion d’IST : « Tout rapport humain, toute activité supposent un mode de communication. Toute connaissance commence pour une information sur ce qui se passe, se dit, se fait, se pense. Cela détermine la nature et la qualité des relations humaines depuis toujours. Mais notre temps est caractérisé par l’ampleur que prend le phénomène, par l’échelle à laquelle il se déploie, par l’attention qu’on lui porte. A la communication inter personnelle s’est ajoutée la communication de masse, caractérisée par la quantité des informations transmises et par l’importance du public atteint. Véhiculée par les médias – presse, radio, télévision –, l’information ainsi transmise échappe au contrôle direct de 16. (Suite) – l’ utilisateur qui ne peut ni la vérifier, ni la transformer, ni y répondre immédiatement. Entre ces deux modes extrêmes de communication : de personne à personne et directement, d’une part, de public à média indirect, d’autre part, fonctionnent, dans tous les domaines de l’activité humaine une série d’institutions investies du pouvoir et du devoir de communiquer un savoir : famille, système d’enseignement, systèmes professionnels, administration, etc. Entre toutes, certaines se sont spécialisées dans le traitement fonctionnel de l’information scientifique et technique, de la source à son utilisateur » p. 17. Le concept d’IST, pour Robert Estivals, semble avoir été crée en 1952 pour désigner « l’institut National Soviétique pour l’information scientifique et technique (VINITI) » ; in Revue de Bibliologie, n° 35, 4e trimestre 1991, p. 6 ; cf. les documents du congrès de l’Association Internationale de Bibliologie, Alger, 22-25 novembre 1992.

17 Mise en place par les Chambres de Commerce et d’industrie.

18 Tel 33 83 50 46 64 , décision du directeur général du CNRS, Serge Feneuille (1988) ; décision politique de Laurent Fabius d’avril 1984 ; un décret du 19 janvier 1993 (JO du 19 janvier, p. 969) officialise un Haut Conseil et un Comité de coordination de l’information scientifique et technique. Il est possible de recevoir sur son micro-ordinateur via NUMERIS, les articles des périodiques sélectionnés (cf. le projet « FOUDRE » in Documentaliste, novembre 1989, p. 239).

19 Cf. LM931013, p. 16, monde.

20 Avec une montée jusqu’à 100 MégasBits par seconde.

21 Jakobiak, 1988, p. 59 ; Jakobiak, 1991 p. 39 et p. 83. Un exemple de SIAD est ORACLE créé en 1977 par Oracle Corporation aux Etats-Unis (Larry Elisson) qui possède une portabilité permettant son utilisation sur des gros et micros ordinateurs. Oracle utilise un langage unique de manipulation de données, le SQL (Structured Query Langage) (pour une approche magazine des serveurs SQL, cf. Décision Micro, 9 mars 1992, p. 42), langage non procédural utilisable par les non informaticiens et constituant l’unique interface de gestion de la base ; cf. Jakobiak, 1991, p. 117. Il est intéressant de constater combien cette veille technologique apparaît novatrice en Europe par exemple alors qu’elle fait partie de la normalité pour les entreprises japonaises. Il y a au sein de l’entreprise des circuits qui recueillent l’information, qui sont chargés de la faire connaître à l’intérieur de l’organisation par l’intermédiaire de séminaires, puis par le « suivi » de l’utilisation de l’information transmise. L’information est considérée comme un « objet » qu’il faut recueillir, qu’il faut distribuer, qu’il faut utiliser, exactement comme une matière première. En Europe, au contraire, l’information est souvent considérée comme un « pouvoir », qu’on garde pour soi ; au Japon, le pouvoir est de distribuer l’information ; cf. l’Annexe 2 « La veille des japonais » in Lainée, 1991, p. 125.

22 Lévy, septembre 1990, p. 32.

23 Lévy, septembre 1990, p. 32.

24 L’indexation est « l’opération par laquelle on choisit les termes les plus appropriées pour représenter le contenu d’un document » in Blanquet, 1990, p. 171.

25 Garret, 1988, p. 50.

26 Cf. Sciences et Avenir, avril 1993, p. 52.

27 Cf. InfoPc, octobre 1991, p. 212.

28 Son œuvre tient en deux ouvrages : 1) Computer Li : The Dream Machines, un livre double dont la première édition date de 1974. 2) Le second ouvrage (1980) Literary Machines est centré sur le projet XANADU.

29 SVM, n° 77, p. 190.

30 SVM, n° 77, p. 191.

31 John Sculley en avant propos de l’ouvrage de D. Goodman, Hypercard Hypertalk, éd. Dunod 1988 ; pour une présentation internationale, cf. Le Courrier International, 19 février 1992, p. 20-24, « le multimédia aujourd’hui, c’est comme le cinéma en 1910 ».

32 Cf. la présentation de C. Plaisant-Swenn in Sutter (mars 1990, p. 99) qui ne mésestime pas que si « l’hypertexte est une aide nouvelle pour la recherche d’information... il existe un réel danger d’hyperchaos… Il ne suffit pas de couper l’information en morceaux, puis de créer des liens pour que la recherche d’information soit efficace et attractive » ! Cf. « L’interface utilisateur d’un système Hypermédia : l’exemple d’Hyperties » par Catherine Plaisant-Swen, in Bulletin du CID, 3e trimestre 1989, n° 34-35, p. 99.

33 SVM, mai 1991, p. 130 ; Laufer, mars 1992, p. 65.

34 Garret, 1988, p. 52.

35 Lévy, septembre 1990, p. 32-36.

36 Ct. une approche « magazine » in SVM, mars 1992, p. 69 ; peut alors commencer une édition multimédia d’œuvres, cf. par exemple les « Expanded Books », in Golden, mai 1993, p. 153. Le logiciel « Toolkit Expanded Book » est un générateur de livres électroniques basé sur HyperCard ; cf. SVM Mac, juin 1993, p. 40 ; la société Microsoft prend le contrôle de la société « Continuum Productions », spécialisée dans la constitution d’une banque de données culturelles, fondée en 1989 par Bill Gates, et qui est le support pour l’explosion grand public de biens culturels numérisés ; in Libération 930810, p. 11, microsoft.

37 Dans la lignée du logiciel « NoteCards », prévu pour des ordinateurs puissants, appelés « stations de travail ».

38 Cf. J.L. Le Breton, « HyperCard, la troisième dimension », in L’ordinateur individuel, octobre 1987.

39 Garret, 1988, p. 53.

40 Bill Atkinson in Goodman, 1988, pxxxIII.

41 « Dans un programme traditionnel, l’unité élémentaire est l’instruction. Programmer, c’est donc écrire, les unes à la suite des autres, des instructions qui, ensemble, forment le programme. Plus un programme fait des choses complexes, et plus le nombre d’instructions qui le composent est élevé : plusieurs centaines, puis plusieurs milliers d’instructions élémentaires. Devenir un programmeur professionnel, c’est savoir fragmenter un gros programme en plusieurs petits, nommés sous-programmes. Dans la programmation par objet, on part de l’entité, ou objet, que l’on manipule : une fenêtre, un menu, une zone de texte peuvent être considérés comme ayant une existence autonome, indépendante du langage et du but du programme. Ce que l’on peut faire sur de tels objets est déterminé par leur nature. Programmer par objet, c’est donc décider ce qui se passe pour chaque objet quand une action lui est appliquée. A chaque objet est donc liée une série de petits sous programmes décrivant chaque action possible » in SVM, juin 1991, p. 61.

42 « Informatique et Formation : réflexions à partir d’Hypercard d’Apple » G. Gauthier, in Education Permanente, n° 93/94.

43 Pour une présentation de l’état du matériel en 1993, cf. la revue Multimédia, février 1993, p. 39.

44 En 1992, naît la revue Multimédia, l’intégration informatique textes, sons et images ; cf. Le multimédia, Jean-Marc Herellier, Sybex, 1993.

45 A TF1 par exemple, le poste de travail informatisé véhicule des séquences vidéo visibles dans une fenêtre d’une application en cours d’exécution ; de même se créent pour les grandes entreprises des applications de formation et de communication interne utilisant toutes les ressources de la transmissions des messages ; cf. InfoPc, juillet 1991, p. 184 ; Golden, octobre-novembre 1992, p. 140 ; Sciences et Avenir, octobre 1992, p. 72 ; Télécoms & Réseaux, décembre 1992, p. 25. Le CDTV (Commodore Dynamic Total Vision) de Commodore est le premier appa- 45. (Suite) – reil grand public spécialement orienté multi médias : 540 méga octets de capacité maximale avec un son monophonique.

46 InfoPc, décembre 1991, p. 25 ; L’ordinateur individuel, février 1992, p. 21 pour la présentation du premier portable Toshiba (le T6400 DXC) qualifié de « multimédia ».

47 Langage de commandes numériques destiné à assurer les liaisons entre différents « instruments », cf. SVM, septembre 1992, p. 150.

48 Cf. pour une présentation, SVM, juin 1992, p. 64. Pour une approche de l’offre naissante en ordinateur PC multimédia, cf. InfoPc, février 1992, p. 139 ; avec notamment l’instauration d’une norme « MPC » (Multimédia PC), recommandation définie par Microsoft en novembre 1990 (cf. Kaplan, 1993, p. 88) et la norme « Ultimédia », définie par IBM ; cf. pour un panorama, InfoPc, mai 1993, P- 139-

49 Univers Mac, juillet 199,1 p. 10 ; Décision Micro, 3 juin 1991, p. 8 ; « QuickTime constitue une véritable révolution dans l’approche des données dynamiques car il investit tout le champ de la micro informatique » ; c’est une extension système chargée de l’affichage et de l’édition des séquences, de la compression des séquences et des images fixes, du pilotage de matériels couplant le son et l’image.

50 Cf. une approche de l’offre naissante pour les cartes d’acquisition vidéo pour PC, InfoPc, février 1992, p. 171.

51 Cf. pour une approche, S KM Mac, mai 1993, p. 137.

52 Cf. Golden, avril-mai 1992, p. 92 ; Décision Micro, 2 mars 1992, p. 50 ; « QuickTime préfigure ce qui seront à la fin du siècle les nouvelles interfaces, homme/machine ». Pour une approche traditionnelle de la vidéo et de l’ordinateur, cf. Vidéo & Micro informatique, Freidman, Secaz, Teisseire, Dunod, 1991.

53 Cf. Univers Mac, avril 1992, p. 109.

54 Cf. Multimédia, février 1993, p. 11.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search