Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les concessions hydroélectriques dans le grand Sud-Ouest

 | 
Hubert Bonin

Troisième partie. À l’apogée de la deuxième révolution industrielle (1945-2001)

Chapitre 6. Les formes et effets de la cohabitation avec Edf (seconde moitié des années 1940)

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Alors que de grands groupes publics se constituent dans l’énergie (Edf et Gdf, mais aussi Elf-Erap et Compagnie française des pétroles-Total pour le pétrole et le gaz naturel) et servent quelque peu de modèle à la nouvelle économie mixte qui entreprend l’aventure modernisatrice des Trente Glorieuses1, il peut sembler a posteriori saugrenu que leur consœur Sncf ait pu conserver son propre équipement hydro-électrique… La tendance est en effet au « monopole », à la « rationalisation », au nom de l’efficacité compétitive au sein de l’Europe de l’Ouest, voire de la mouvance transatlantique, avec des groupes publics, mixtes ou privés qui sont consacrés « champions nationaux » dans leur branche d’activité.

Il convient par conséquent de déterminer pourquoi la Sncf conserve ses concessions hydro-électriques, dans quel environnement économique et juridique celles-ci évoluent ; il faut aussi préciser si le champ d’obtention de nouvelles concessions s’est fermé à l’entreprise ferroviaire ; enfin...

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540