Version classiqueVersion mobile

Aux sources de la précarité

 | 
Marc Leleux

Deuxième partie. Réactions et mobilisations ouvrières

Chapitre 6. Premiers essais d’organisation des sans-travail

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

C’est dans les années 1880, alors que la France souffre des à-coups de la dépression économique dont la première conséquence est un accroissement du chômage, qu’apparaissent les premiers mouvements organisés, et non plus spontanés, d’ouvriers sans travail. La grève n’est plus pour eux un moyen de pression envisageable. C’est donc par l’organisation de manifestations et de meetings, parfois tenus sur la voie publique, que s’expriment, pour l’essentiel, leurs revendications. Michelle Perrot a ainsi relevé pour toute la France 48 manifestations de sans-travail entre 1883 et 1889,1 dont la majorité ont lieu à Paris ou dans la France du nord. Leur importance est très variée, mais globalement, et compte tenu de l’étendue du chômage, elles sont assez faiblement mobilisatrices, ce qui montre que si « l’insécurité de l’emploi reste le stigmate et la hantise de la condition ouvrière, (…) les crises engendrent la peur plus que la révolte. »2 En effet, les cortèges de sans-travail sont la plupa...

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search