Version classiqueVersion mobile

Aux sources de la précarité

 | 
Marc Leleux

Deuxième partie. Réactions et mobilisations ouvrières

Chapitre 4. De la machine à l’étranger : la recherche de coupables

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

À une misère qui ne s’attache plus à des événements inhérents aux conditions naturelles, climatiques ou autres, il convient de trouver des coupables. Dans un milieu en voie de prolétarisation, c’est-à-dire où, dans le processus industriel, la machine tend de plus en plus à prendre le pas sur l’ouvrier de métier, il est clair que le machinisme remet en cause toute l’organisation de la société. Il impose peu à peu la victoire de la grande concentration industrielle, mais surtout, il permet de produire davantage, plus vite et avec un nombre d’ouvriers plus limité. Les machines sont donc à la fois l’élément qui contraint les ouvriers à la prolétarisation et, par leur extension, une menace permanente pesant sur l’activité ouvrière. La machine devient alors pour le travailleur, « la représentation visible, concrète de la puissance qui le domine, (…) l’oppresseur le plus immédiat, le plu...

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search