Version classiqueVersion mobile

Aux sources de la précarité

 | 
Marc Leleux

Première partie. La Grande Peur ouvrière

Chapitre 1. La révélation de 1848

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les crises classiques de type « Ancien Régime » avaient été liées avant tout aux périodes de mauvaises récoltes dont l’origine est à rechercher dans un accident climatique aux « conséquences démultipliées par les faibles capacités de stockage. »1 Ernest Labrousse en a approfondi l’analyse dans son étude sur le mouvement des prix en France au XVIIIsiècle,2 les qualifiant de crises de subsistance « à antécédents agricoles. »3 Cependant, si la fin du XIXsiècle voit apparaître la crise contemporaine dite de « surproduction », Ernest Labrousse, suivi en cela par Maurice Levy-Leboyer et François Bourguignon4 considère que la crise qui atteint la France entre 1846 et 1851 est l’exemple type de la « crise intermédiaire », combinant des aspects agricoles et de sous-consommation industrielle anciens à une crise spéculative et financière. L’apparence qui s’en dégage est en fait celle de deux crises successives, « l’une qui s’est précisée dès 1845, a atteint son paroxysme en 1846-1847 pour ...

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search