Version classiqueVersion mobile

Aux sources de la précarité

 | 
Marc Leleux

Première partie. La Grande Peur ouvrière

Introduction première partie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

En 1848, Les conditions d’existence des populations ouvrières du Nord apparaissent pour le moins fragiles et difficiles. L’offre de travail est aléatoire et nul n’est assuré de pouvoir, même à court terme, garantir ses moyens de subsistance par une activité régulière. La pénurie du travail est donc, à ce titre, éprouvée comme un fléau qui, à la faveur des rythmes industriels ou saisonniers, accapare les pensées de l’ouvrier. Il est clair, en effet que, comme l’exprime déjà en 1840 Eugène Buret, il existe deux causes de l’indigence qui ne sont pas imputables aux ouvriers ; il s’agit de l’incapacité et de la privation de travail.1 Lorsque le travail manque, cela est donc nécessairement synonyme de misère ou, pour mieux dire, d’une misère encore plus grande et plus profonde. Analysant à son tour le phénomène, André Gueslin en conclut de même que « le premier stigmate de l’exclusion d...

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search