Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cinémas libertaires

 | 
Nicole Brenez
, 
Isabelle Marinone

VIII. Front de l’histoire, de la documentation et de l’information

Entretien avec Bernard Baissat

Isabelle Marinone

Texte intégral

Écoutez May Picqueray de Bernard Baissat, 1984.

Écoutez May Picqueray de Bernard Baissat,           1984.

1Bernard Baissat naît en 1943 en Tunisie, puis sa famille s’installe en France, à Manosque. Il s’intéresse aux langues et aux arts. Passionné par les langues étrangères et les arts, Baissat rencontre le métier de journaliste à travers le père d'une de ses correspondantes italiennes. Intéressé par la réalisation d'enquêtes, il travaille quelques temps pour une revue italienne d'art, La Sonda. Après des études d’italien et de Lettres Modernes, il obtient un poste d’enseignant à Draguignan, qu’il abandonne rapidement pour entrer à la télévision française. D’abord journaliste stagiaire à Dijon, il se retrouve ensuite à Paris dans les studios de l’ORTF où il apprend le métier d’assistant-réalisateur. Baissat part en 1968 à l’étranger pour réaliser son service civil dans la coopération. Envoyé au Niger, il décide après son service de rester sur le continent africain. Il passe alors par la Côte d’Ivoire puis par le Liban dans les télévisions locales et devient réalisateur. Co-créateur de l’émission « Mosaïque », de retour en France en 1976, il s’attache à la réalisation de documentaires. Bernard Baissat s’intéresse au peintre anarchiste puis communiste André Claudot, objet de son premier film engagé. L’historien Jean Maitron l’aide dans cette tache. Au cours des années 80, Baissat poursuit sa galerie de « portraits » cinématographiés d’anarchistes, de socialistes ou encore de pacifistes. Les films Écoutez May Picqueray, Écoutez Jeanne Humbert, Mouna, Robert Jospin ou encore André Bosinger font entrer Baissat dans le milieu libertaire qui l’apprécie pour son engagement et son travail de mémoire anarchiste. Devenu formateur à l’INA et à l’École Normale Supérieure, Bernard Baissat continue de tourner des documentaires pédagogiques et engagés. (I.M.)

2

Comment s’est déroulée ta jeunesse, ta vie avant d’entrer dans le journalisme ?

3

Avant même d’entrer dans le journalisme, j’étais en contact avec un journaliste italien qui s’appelait Antonio Bevilacqua. Il était le père de ma correspondante italienne lorsque je faisais mes études d’Italien. J’ai été touché par le « virus » de l’italien à l’âge de quatorze ans. À l’époque, encore jeune, je voyageais tout seul dans les trains de l’Europe. Je me suis retrouvé rapidement chez ma correspondante Sandra, à Sora, dans la province de Frosinone. Son père voulait presque m’adopter, car il avait deux filles et pas de garçon. Lui, était à la fois enseignant et journaliste dans un journal important de Rome, Il Tempo. Il m’a donné le goût du journalisme en me demandant, lorsque je suis rentré en France, de lui envoyer des informations sur une partie de sa propre famille qui avait vécu dans notre pays. Son père avait été modèle dans l’Atelier Rodin, à Paris. Beaucoup d’Italiens de la région de la Ciociaria, région de Vittorio de Sica et de Marcello Mastroiani, travaillaient à Montparnasse soit dans des ateliers de sculpteur soit comme marchands de tableaux. Dans l’atelier de Rodin, les Italiens travaillaient le marbre d’après les « bozetti » du maître, travail pénible et ingrat, mais quand ils étaient beaux, comme le père de Bevilacqua, Rodin les invitait à poser pour lui. Le père de Bevilacqua était aussi chanteur d’Opéra, il avait quitté femme et enfants pour vivre la belle vie à Paris. C’est la raison pour laquelle il m’avait demandé de chercher des documents sur ce passé qui lui tenait à cœur. Il avait créé une revue artistique qui s’appelait La Sonda et j’étais devenu un de ses correspondants pour la France. Dès l’âge de quinze ans, alors que j’étais encore au lycée, j’avais déjà des demandes pour écrire de petits articles, pour réaliser de petites enquêtes. De plus, comme j’habitais Manosque et que j’étais le voisin de Jean Giono, il m’arrivait d’aller le rencontrer pour parler de ses futurs ouvrages dans la revue italienne. Tout cela m’a poussé à faire des études plus approfondies d’italien à l’Université d’Aix-en-Provence, avec une double licence d’italien et de Lettres Modernes. Là, j’ai eu des professeurs très intéressants, mais assez machos, d’origine Corse. Comme dans notre classe il y avait une majorité de filles et que nous n’étions que deux garçons, ces professeurs nous poussaient pour que l’on passe devant les filles. Ce qui n’était pas du tout mon but ! L’esprit de compétition, je ne l’avais pas du tout. Comme je ne me débrouillais pas trop mal dans cette branche, j’ai continué sur la voie de l’italien. C’est donc par l’italien que je me suis intéressé au journalisme, d’abord au journalisme écrit. Je faisais surtout des articles sur des peintres comme Serge Fiorio, Edgard Mélick ou des sculpteurs comme Michel Elia. J’organisais même des expositions en France avec des artistes italiens et en Italie avec des artistes français. Je savais donc déjà que je continuerai dans l’Italien mais que je ne me lancerai jamais dans l’enseignement. Toute ma famille était dans ce milieu, j’en connaissais donc les difficultés. J’avais choisi la Sicile pour faire mon mémoire de Diplôme d’Enseignement Supérieur. Mon professeur m’avait demandé de travailler sur un journaliste et écrivain italien qui s’appelait Vitaliano Brancati, auteur du Bel Antonio. Cet écrivain était mort jeune, depuis une dizaine d’années seulement et j’ai fait une véritable enquête, à Catania, la ville où il avait vécu en interrogeant les gens qui l’avaient connu. Cette personnalité était particulièrement intéressante pour mon professeur car il était passé du fascisme, vécu par tous les jeunes italiens embrigadés, à l’antifascisme assez virulent bien que toujours très « codé » dans ses œuvres. Mon mémoire a d’ailleurs alimenté, avec d’autres mémoires sur le thème du fascisme, la thèse d’un autre professeur. Après le diplôme, s’est posée la question de l’agrégation. Je savais que les postes au concours étaient très réduits et que le programme était rébarbatif, même si Vitaliano Brancati, avait été inscrit « par hasard » au programme de littérature. Je n’avais toujours pas le goût de la compétition ! Je me suis quand même inscrit à cette épreuve pour obtenir la bourse d’études et je suis parti faire du journalisme à Dijon, où on venait d’ouvrir la station régionale de la télévision. Je partais là-bas comme journaliste stagiaire. Le directeur s’appelait Pascal Copeau, fils de Jacques Copeau, créateur du Vieux Colombier, résistant, compagnon de la Libération, un personnage. Je l’ai fréquenté ainsi pendant plusieurs mois. Il m’a fait connaître la Bourgogne que j’ai beaucoup appréciée. À l’époque, à la télévision Gaullienne, les journalistes n’étaient pas originaires de la région dans laquelle ils travaillaient, afin qu’on puisse mieux les contrôler. Comme j’aimais beaucoup les arts, j’ai proposé à Pascal Copeau de faire un sujet sur la maison de son père à Pernand Vergelesse. Pascal Copeau habitait cette maison et avait conservé avec amour le bureau de son père et les roses de son jardin. Il a été heureux de ce reportage. Le seul problème avec lui, c’est qu’il fallait être capable de goûter son aligoté (excellent vin blanc de Bourgogne) le matin, au petit déjeuner. Avec de l’entraînement on y arrive bien ! À l’époque, j’étais donc stagiaire. En faisant de petits reportages et en présentant des directs du journal télévisé j’ai compris très vite que tout ce que j’avais appris à l’Université ne me servait pas beaucoup. Lorsque l’on me donnait un papier à rédiger, j’étais incapable de le rédiger en langage parlé ! J’ai dû tout réapprendre pour m’adapter à la télévision Naturellement, je ne suis pas allé passer l’agrégation. Ma bourse étant terminée, j’ai dû postuler pour un poste d’enseignant. J’en ai obtenu un formidable, à Draguignan, ville militaire du Var. En même temps, j’avais fait une demande à la télévision pour entrer comme journaliste. Au bout de trois mois de poste d’enseignant, je reçois une réponse de la télé à Paris, qui m’accepte. Moi, « j’ai fait ni une, ni deux », je suis allé voir le proviseur pour lui dire que je partais à Paris pour faire de la télévision. Il m’a dit « Vous êtes complètement fou ! Vous ne vous rendez pas compte que ce poste, des professeurs de Paris des plus grands lycées, attendent toute leur carrière pour l’obtenir ». Mais moi, je ne me voyais pas passer toute ma vie là-bas, dans une ville de militaires, j’étais un nomade. À la télévision, diplômé ou pas, j’étais payé le minimum et il a fallu que je fasse des traductions de l’italien pour boucler les fins de mois. À partir de là, j’ai pu rencontrer des gens importants, notamment du cinéma, car la télévision a débuté avec eux. J’ai connu Éric Rohmer, Nestor Almendros. En général pour eux, le cinéma était un art noble et la télévision était médiocre, image « dégueulasse », son « ignoble » … Ils venaient le plus souvent entre deux contrats au cinéma. 

4

Pourquoi la télévision t’intéressait-elle tant ?

5

C’était un langage qui m’intéressait parce qu’on touchait un public large et nouveau. Je me rappelle qu’en Bourgogne, les gens nous recevaient de manière incroyable ! Aujourd’hui, c’est plus pareil, on nous reçoit parfois avec des pierres ! Il faut dire que la télé n’est plus ce qu’elle était à l’époque. C’était un formidable moyen de communication, à l’égal de ce que représente Internet aujourd’hui. Il y avait d’ailleurs le même discours qu’aujourd’hui : image mauvaise, son médiocre, mais langage nouveau. Ce qui était le plus intéressant c’était le direct. J’avais choisi de devenir assistant-réalisateur. Alors qu’en province on travaillait beaucoup, avec peu de moyens, à Paris, je trouvais que les gens s’agitaient beaucoup mais travaillaient peu. J’ai eu la chance d’avoir comme réalisateur Guy Prébois, photographe et réalisateur. Il ne venait à la station que pour vérifier le travail de son assistant et me confiait beaucoup de responsabilités. J’ai pu ainsi apprendre vraiment le métier. On faisait à l’époque des émissions d’économie avec Jacques Delors, qui était à la CFDT. 

6

Tu n’es plus jamais revenu à l’enseignement par la suite, c’était définitif ?

7

J’y suis revenu par la formation à audiovisuel. Aujourd’hui je travaille souvent à l’Institut National de l’Audiovisuel. Là, j’estime que c’est intéressant ! Je peux faire partager aux gens mon expérience. Tandis qu’enseignant, à 25 ans, je n’avais aucun bagage pédagogique, et puis faire pendant trente ans les mêmes leçons ! Je ne voyais pas l’intérêt. Il fallait faire le programme, il y avait les examens, les notes… Moi, les notes, je n’aimais déjà pas cela quand j’étais étudiant, je préférais largement quand mes professeurs à l’Université, qui s’intéressaient beaucoup au cinéma, invitaient Truffaut ou Godard à Aix-en-Provence. Étudiants, nous allions voir un film tous les jours, suivi d’un débat. J’aimais beaucoup les études, les rencontres, mais j’avais horreur des examens. Les discussions et les propositions de mai 1968 me convenaient parfaitement. J’étais arrivé à Paris en octobre 1967 et j’étais ravi de me trouver mêlé aux événements de mai 1968, comme jeune travailleur encore un peu étudiant. On occupait des lieux de la télévision, on avait des assemblées générales à n’en plus finir. Je ne balançais pas de pavés, j’ai toujours été non-violent. Mais j’allais faire des interviews « pirates » à la Sorbonne, avec des instruments de la télé. J’ai failli perdre un Nagra comme cela à cause d’un maoïste qui me l’avait pris et me demandait mon autorisation de tournage alors que le slogan était : « il est interdit d’interdire ». Lorsque le mouvement de Mai a été arrêté par le gouvernement avec l’aide des syndicats, nous étions un certain nombre à vouloir poursuivre le mouvement. On se faisait « engueuler » par les responsables syndicaux, et c’est là que nous avons compris que la répression allait arriver. J’avais rencontré à Dijon une personne que j’avais interviewée, Monsieur Toussaint, Inspecteur d’Histoire Géographie, qui travaillait au Ministère de la Coopération. Je lui ai fait part de mon intention d’échapper au service militaire en faisant un service civil. Je n’aimais pas la violence et encore moins l’armée. Je demandais à faire de l’enseignement, il m’a proposé de faire de la télévision en Afrique. C’était inespéré et formidable. Nous sommes arrivés à Niamey, au Niger, en septembre 1968. On était une cinquantaine de jeunes coopérants à être reçus par des militaires français. Ils nous ont prévenu que désormais nous étions sous autorité militaire : si l’on émettait le moindre avis sur n’importe quoi, la sanction disciplinaire s’abattrait. J’ai donc débarqué à la Télévision Scolaire de Niamey avec des consignes militaires, « ne pas parler, ne rien entendre, faire ce que l’on te dit de faire ». Les personnes qui avaient créé cette télévision étaient des inventifs et des « aventuriers ». Parmi les pédagogues et les techniciens blancs, certains, qui partageaient les idées de 68 mais n’étaient pas en France au moment des événements, pensaient pouvoir faire leur petite révolution à Niamey au mois de septembre-octobre 68. Cette « révolution » avait uniquement un aspect scolaire. Il s’agissait de tenir compte dans les programmes éducatifs, non pas uniquement de l’aspect français de l’enseignement mais aussi des habitants du pays. Nous étions trois Français coopérants-militaires à travailler à la télévision. Nous n’avons pas pris parti dans ces choix « gauchistes ». En décembre 1968, une personne dirigeante du ministère de la Coopération est venue discuter avec les coopérants blancs de la télévision, invitant tout le monde à parler sur les propositions nouvelles des programmes. Le lendemain matin, c’était un samedi, la télé était occupée par l’armée. On nous demandait de ne pas prendre notre travail et de rentrer chez nous. On apprenait alors que les gens qui avaient parlé la veille en faveur d’une éducation élargie prenant en compte la population locale étaient directement renvoyées dans un avion pour la France. Ils n’avaient même pas eu le temps de faire leurs bagages ! On a voulu aller les saluer à l’aéroport avec quelques amis nigériens. L’accès de l’aéroport était interdit. On nous a juste dit : « rentrez chez vous, vous n’avez rien vu, vous n’avez rien entendu ». Le lundi matin, je reviens prendre mes fonctions à la télévision, alors que nos responsables étaient convoqués à la Mission française et je constate que le planning des studios avait été fait par une personne nouvelle. Je dis alors que je ne ferai les émissions programmées que lorsque je saurai pourquoi certaines personnes avaient été renvoyées et lorsque je recevrai des ordres de ma responsable en titre : Annick Le Gall. Cinq minutes après avoir dit cela devant le tableau d’affichage, j’étais appelé dans le bureau du directeur au téléphone. C’était le chef de mission (nouveau titre pour l’ancien gouverneur des colonies) qui me disait : « Vous demandez des ordres ? En voici : si vous ne réalisez pas immédiatement les émissions programmées vous prendrez le prochain avion, mercredi, pour une caserne disciplinaire ». La télévision était infiltrée par les Services Spéciaux. Nous étions surveillés. Je n’avais pas le choix. Après ces incidents, deux camps se sont formés, parmi les Blancs : ceux qui soutenaient la nouvelle direction mise en place et les autres, dont moi, qui n’étaient pas d’accord avec ces méthodes. Je ne suis resté que deux ans au Niger, car j’avais dit que lorsque je finirai mon service militaire à Niamey dans le civil, je ne resterai pas un jour de plus. De là, je suis parti en Côte d’Ivoire pour quatre ans, puis au Liban pour deux ans. Au Liban, j’étais responsable d’un projet francophone de télévision. On m’a fortement incité à prendre ce poste, car la situation au Liban était déjà très tendue et personne ne voulait y aller. J’ai, là encore, beaucoup aimé travailler avec des gens du pays. J’ai vu au Liban comment se préparait une guerre, comment elle débutait. Cela m’a conforté dans l’idée que la guerre faisait surtout des victimes chez les pauvres. Certaines personnes qui travaillaient avec moi, quand ils ne pouvaient plus être payés à cause de la guerre, devaient s’engager comme miliciens pour survivre. Ils m’apportaient des armes que je refusais, et tenaient à me protéger quand je me déplaçais dans le pays. 

8

Comment est né ton goût pour l’anarchisme, était-il déjà présent à cette période de ta vie ?

9

Je n’avais pas d’idées anarchistes au départ. L’anarchie, je l’ai découverte à travers des personnes qui se revendiquaient de l’anarchisme, et dont je me sentais proche. Ce que je savais déjà, c’est que je ne voulais pas être embrigadé dans un parti politique ou dans un syndicat. Lorsque je suis entré à la télévision, j’ai adhéré à la CGT, et puis en 1968, lorsque j’ai vu que le syndicat nous demandait de reprendre le travail alors que nous n’avions rien obtenu, je l’ai quitté. Ce qui ne m’empêche pas aujourd’hui de soutenir certaines de leurs actions. Mais je ne faisais plus confiance aux dirigeants des syndicats, ni aux partis politiques, ni à rien du tout. Quand j’étais à Dijon, j’avais rencontré André Claudot, un peintre connu de la région, antimilitariste, anarchiste. Il habitait dans l’atelier du sculpteur Pompon dans le Palais des Ducs de Bourgogne. La première fois que l’on rencontrait Claudot, il avait l’habitude d’agresser verbalement son visiteur. Ou bien on devenait un ami fidèle, ou bien on se sauvait immédiatement ! Moi, comme j’étais toujours intéressé par les artistes hors du commun, je suis devenu un ami inconditionnel de Claudot. Lorsque je suis rentré en France en 1976, après les années passées à l’étranger, j’ai été employé sur la troisième chaîne de l’ORTF, et là je propose de faire un portrait sur Claudot, alors âgé de 82 ans. Claudot m’a envoyé un article paru sur lui dans le Dictionnaire du mouvement ouvrier de Jean Maitron. Cela apportait de l’eau à mon moulin, car je voulais réaliser, avec Tewfik Farés, des portraits d’artistes militants. En 1978, on donnait déjà la gauche gagnante aux prochaines élections législatives. Alors les responsables de la télé, qui sont toujours du côté du manche, commençaient à se dire que si la gauche devait arriver au pouvoir, il vaudrait mieux avoir quelques sujets de gauche sous le coude, pour ne pas être viré. Nous avons donc proposé à la troisième chaîne une série européenne d’une vingtaine de portraits d’artistes militants, deux artistes français, deux espagnols, deux italiens… On s’est dit que l’on pourrait faire un prototype avec Claudot. Cela n’était pourtant pas financé par la télé, mais par moi. Tewfik Farès, qui possédait une maison de production, nous a prêté l’intitulé de sa production. Je me suis dit que l’on allait traiter du côté militant de Claudot avec Jean Maitron et du côté artistique avec Max-Pol Fouchet. J’écris à Jean Maitron, qui habitait Pouilly sur Loire. Il me donne rendez-vous à Dijon. Face à Claudot, qui était un volcan, qui explosait … Jean Maitron était très précis, calme, modeste, posé. Je me suis dit que cela n’allait peut-être pas être évident. On a démarré le tournage autour de huit heures, neuf heures du soir. Pour Claudot, c’était l’heure où il commençait à s’activer ! Pour Maitron, homme organisé, c’était plus dur. On a réalisé l’entretien jusqu’à deux heures ou trois heures du matin. Jean Maitron était très choqué, parce que Claudot racontait l’histoire à sa façon, il bousculait les idées, il disait sur le Front Populaire des choses assez curieuses… Jean Maitron essayait toujours de rectifier. Malgré tout cela, Jean Maitron était content d’avoir rencontré André Claudot dont il avait rédigé la biographie pour son Dictionnaire. Jean Maitron m’a beaucoup aidé ensuite, au montage, à Paris, car lorsque Claudot citait un certain nombre de noms, comme Monatte, Rosmer ou d’autres… Je ne connaissais pas toutes ces personnes et c’est Jean Maitron qui m’a tout appris sur cette histoire du mouvement ouvrier français. Quand je suis allé le voir à Courbevoie, au milieu de ses papiers, de ses cahiers d’écoliers, il a été stupéfait que je lui pose tant de questions. Il m’a dit « Il faut que je fasse toute ton éducation ! », c’est comme cela qu’il m’a passé des livres. Il était de son côté intéressé par le cinéma, il venait souvent à la salle de montage, mais il ne comprenait pas toujours nos choix. Il aurait voulu que le film soit aussi précis que ses livres. Une fois les élections de 1978 passées, la gauche battue, nous sommes revenus voir la chaîne avec notre film terminé. La télé nous a rendu notre projet en disant, « Nous ne sommes pas là pour diffuser votre propagande anarcho-communiste ! ». Claudot avait été anarchiste jusqu’à la seconde Guerre Mondiale, puis communiste ensuite, en s’engageant dans le Front National Communiste de la résistance. Puis, il est entré au PC de Dijon, où il était assez mal accepté en raison de ses antécédents anars, et lui, pour se faire accepter par eux, en faisait plus que les communistes. Le film n’est jamais passé à la télévision, et c’est là que j’ai découvert le cinéma et ses possibilités. J’ai proposé le film dans des Festivals, à Lille, à Grenoble, à Florence... Cela a très bien marché. Contrairement à la télévision qui restait dans sa tour d’ivoire, qui ne s’ouvrait pas sur l’extérieur et qui préférait traiter toujours des mêmes sujets, j’ai pu constaté que dans les Festivals de cinéma, il y avait beaucoup de documentaires, de fictions, non distribués qui étaient bien plus intéressants. C’était le temps des Ciné-Clubs, des Maisons de la Culture, du cinéma militant... Le Festival de Marcel Oms à Perpignan était formidable. Je me suis dit alors que par le cinéma, j’arriverai sans doute à être plus libre et à faire davantage de choses. À la télévision, ils avaient tous peur de perdre leur place en diffusant des documentaires un peu subversifs. 

10

Tu as finalement eu connaissance de l’anarchisme par les gens que tu as rencontrés, interviewés ?

11

Oui, avec Claudot, j’ai compris comment il voyait l’antimilitarisme, les partis politiques qui utilisaient la classe ouvrière. J’étais totalement d’accord avec ce point de vue. Je me suis dit que si c’était cela les idées anarchistes, alors je l’étais moi-même anarchiste. Mais la grande rencontre, c’est avec May Picqueray. Quand je voyais des jeunes comme moi parmi mes copains de la télévision, très vite abattus, découragés, sans ressort, et que je les comparais avec tous ces anciens que je filmais, qui avaient pris des claques toute leur vie, et qui avaient tous gardé une énergie incroyable au-delà de 75 ans, je me disais qu’il fallait leur laisser la parole pour qu’ils nous redonnent de l’espoir. May Picqueray était un bon exemple, elle « engueulait » les jeunes parce qu’ils ne bougeaient pas assez ! Jean Maitron s’était pris au jeu et m’indiquait toutes les personnalités du mouvement anarchiste comme May. Je suis allé chez May Picqueray, au Pré Saint Gervais, avec Robert Brecy, qui réalisait un ouvrage sur les chansons révolutionnaires. Il venait voir May Picqueray pour retrouver les airs des chansons interprétées sur « un air connu ». Cette femme connaissait beaucoup de chansons et savait dire ses quatre vérités à chacun. Elle l’avait fait devant Lénine et Trotsky et ne ménageait personne. Moi, j’avais cette capacité d’accepter les « engueulades » parce que je savais qu’en face de moi, il y avait quelqu’un d’exceptionnel ! Lorsque j’ai voulu faire ce film, je n’ai pas attendu des subventions, je me suis dit que si je ne le faisais pas avec mes propres moyens, le film ne se ferait jamais. Je payais les techniciens et le laboratoire. Le film sur May Picqueray s’est vendu pour la première fois à la télévision suisse et il est sorti en salle, à Paris, au Saint André des Arts, grâce à Roger Diamantis. Ce qui a fait que je suis entré dans mes frais. Avec le petit bénéfice que je réalisais, je pouvais ainsi réinvestir l’argent dans un prochain film et ainsi de suite. May Picqueray n’avait pas viré de bord, elle était restée foncièrement anar. C’est elle qui m’a apprit toutes les bases théoriques anarchistes. Avec elle, j’ai compris que l’on ne pouvait pas mettre plusieurs anarchistes ensemble ! Dès qu’ils formaient un groupe, ils perdaient un peu de leur pureté anarchiste. Chacun avait son opinion et personne ne voulait faire de concession. Elle, par exemple, acceptait mal la critique. À côté de cela, c’était quelqu’un d’un extraordinaire courage, elle se mettait en danger pour ses idées. Ma formation n’est donc pas théorique, je lisais au fur et à mesure les textes anarchistes que me passait Maitron ou May Picqueray. J’ai davantage vécu l’anarchisme dans la pratique. Je me disais que si tout le monde était anarchiste, il n’y aurait pas de pouvoir, et ce serait formidable ! On partagerait ses idées par la discussion et l’exemple. Cela me convenait parfaitement, parce que je ne veux rien imposer aux autres. Mais de l’anarchisme n’est véhiculée que la violence. Certes May Picqueray était violente dans sa démarche, mais Eugène Bizeau, poète vigneron de Touraine, par exemple, était non-violent. Il m’a beaucoup influencé, car je me sentais beaucoup plus à l’aise dans ce volet de l’anarchie. J’ai été éduqué par des Africains. C’est aussi une des raisons de ma non-violence, car les Africains jugeaient les gens supérieurs, les « chefs », par leur capacité à se maîtriser, à éviter la violence. Pour moi, c’étaient des chefs anars !

12

On sent que tu es très en retrait par rapport aux personnes que tu filmes, tu fixes vraiment la personnalité de ton sujet, on ne voit pas du tout le réalisateur derrière le film. Est-ce volontaire ?

13

Mon intérêt à moi, c’est de donner la parole aux personnes qui ne l’ont pas quand il est encore temps, de sauver un patrimoine humain. De plus, beaucoup des gens que j’ai filmés étaient aussi des personnalités artistiques comme Bizeau, poète, May Picqueray qui avait écrit un livre… Si j’avais voulu faire une carrière de cinéaste avec notoriété, je serais aller interviewer des gens connus. On m’a reproché parfois d’être au service des personnalités que je filmais, que je ne les poussais pas assez dans leurs retranchements, mais moi, je n’étais rien à côté d’eux. Par exemple, pour May Picqueray, on m’a reproché de ne pas l’avoir plus interroger sur l’amour libre, qu’elle revendiquait. Ce n’était pas ce qui m’intéressait chez elle, ce qui me passionnait c’était sa démarche pour les objecteurs de conscience. Si elle avait eu envie de parler de ses amours, je pense qu’elle l’aurait fait. Moi, je la laissais libre, je n’étais pas là pour la pousser.

14

Y a-t-il une trame scénaristique à la base ? Comment se déroule le tournage ?

15

Le travail ne se voit pas, mais il est important. Ce qui est bien, c’est quand il ne se voit pas, comme au cirque. Il faut connaître les gens et qu’ils aient envie de parler. L’âge, et le fait qu’elles n’aient plus d’ambitions et de réserves, permettent aux personnes d’être plus sincères. J’aime quand les gens sont complètement libres dans leur esprit, et qu’ils n’aient plus rien à vendre ou à faire valoir. À partir de 80 ans, on peut commencer à voir la vie d’un peu plus haut. Avant d’aller les voir, j’essaye de me documenter au maximum. Pour Claudot, je n’avais pas l’expérience, et finalement c’est Jean Maitron qui a posé les questions. Mais des questions tellement précises, que moi, je ne suivais pas. Les historiens ne font pas un travail de spectacle. Moi, je tiens à faire ressortir les personnalités, la sensibilité et l’émotion autant que les faits. Par la suite, j’ai posé moi-même les questions. Le tournage peut s’étaler sur six mois, parfois et même deux ans, afin de prendre vraiment contact, afin de prendre connaissance de toutes les données historiques. Ensuite, je prépare les questions. Quand on raconte la vie d’une personne, il vaut mieux se référer à la chronologie. Je vais vers des choses très simples, parce que je suis assez primaire. J’ai besoin d’être compris par les spectateurs : cela c’est l’école de la télévision. Je ne fais pas de l’esthétisme. Le tournage s’étale sur un an, un an et demi. Et puis je monte, pendant un ou deux mois, suivants les films. À ce moment, on refait un travail de réalisation au montage. Dans le documentaire, le monteur amène beaucoup à la réalisation. Il apporte l’œil neuf du spectateur, la construction, les sensations, les émotions. Je fais en sorte que l’on s’attache à la personne qui est filmée. Je veux que l’on aime ces gens, parce que moi, je les ai aimés ! Après, que l’on reconnaisse un style Bernard Baissat ou un autre, ce n’est pas mon affaire. Dans presque toutes les critiques parues sur mes films, les journalistes ne parlaient que du sujet, et jamais de moi. J’en étais très content. 

16

Quelles sont les personnalités qui t’ont le plus marqué ?

17

  • 1 Anne Gallois, Mouna : gueule ou crève, préface de Cavanna, dessins de Cabu, Paris, (...)

May Picqueray. Jeanne Humbert. Eugène Bizeau. Mouna, René Dumont, Mireille Jospin… Souvent, il est arrivé que parmi les spectateurs qui venaient visionner mes films, certains m’indiquent d’autres personnalités à aller rencontrer et interviewer. Pour Mouna, c’est lorsque j’ai fini le film sur Le Canard enchaîné. Cabu venait tout juste de terminer des dessins pour l’ouvrage d’Anne Gallois sur Mouna1. Il m’a incité à faire un film sur Mouna qu’il avait déjà dessiné dans La Gueule Ouverte. Je ne connaissais que le Mouna de la rue parisienne et du festival d’Avignon. En le suivant, en allant le voir, en allant manger au restaurant avec lui … un beau jour il m’a fait entrer chez lui pour prendre quelque chose. Finalement, on a tourné dans son modeste studio du Boulevard de Clichy, lieu assez secret et intime. Mouna ensuite me téléphonait tous les jours pour m’annoncer de nouvelles manifs auxquelles il participait, pour que j’aille tourner ! Au bout d’un an j’ai décidé de monter le film sinon on allait se retrouver avec des centaines d’heures de rushes. Moi, ce qui m’intéressait, ce n’était pas tant le Mouna de la rue que beaucoup de gens connaissaient, mais plutôt celui dont on ne savait rien, celui qui avait vécu la misère et vivait encore dans la pauvreté. Il avait aussi un caractère difficile, mais comme tous ceux que j’ai rencontrés, comme René Dumont qui était un ami de Robert et Mireille Jospin. 

18

La dernière fois que nous nous étions vus, tu étais en tournage pour le film sur Mireille Jospin, où en est-il aujourd’hui ?

19

Il est fait. Mireille Jospin s’est donné la mort, en 2002. Je le savais à l’avance, elle en parlait déjà sur le tournage. D’une certaine manière, le film l’a fait un peu patienter. Elle faisait partie de l’ADMD (Association pour le Droit à Mourir dans la Dignité), elle avait programmé sa mort. Sage-femme depuis l’âge de 19 ans, elle voulait parler de son combat de femme pour le contrôle des naissances, contre l’excision, contre les violences faites aux femmes. Elle ne voulait surtout pas que l’on parle de la mère du Premier Ministre. Cela me convenait parfaitement car c’était mon intention de départ. 

20

Comment les anarchistes reçoivent tes films ? 

21

Je n’ai aucun retour, je ne sais même pas quand mes films sont projetés. C’est cela l’utilisation anar des films ! Le film appartient à tout le monde ! Je ne leur en veux pas. Souvent, c’est par Le Monde libertaire que j’apprends que le film sur May Picqueray passe tel jour, à telle heure, dans telle ville… Ils l’ont même transféré en DVD à partir d’une copie VHS. Je n’étais pas contre mais j’aurai préféré que cela se fasse à partir de la matrice du film pour faire quelque chose de correct ! En revanche, ce qui est très agréable chez les anars, c’est que certains d’entre eux ont toute la collection de mes films, et qu’ils m’écrivent pour partager leurs points de vues, ou pour réclamer encore d’autres films. Les Citoyens du monde, dont je fais partie, ont aussi la même démarche. 

22

Te sens-tu proche d’autres documentaristes anarchistes ?

23

Richard Prost, je ne le connais pas, mais j’apprécie beaucoup ses films. Pierre Carles, je trouve cela vraiment très bien, son film sur le travail et Pas vu, Pas pris … Frédéric Goldbronn, je ne le connais pas, mais j’aime Les Diggers de San Francisco. Ce qui m’intéresse, ce sont les attitudes libertaires, des attitudes de vie. Les plus purs dans leur démarche anar étaient sûrement Bizeau et Picqueray. Ce qui m’intéresse aussi, ce sont les personnes qui ont fait des erreurs de parcours dans leur vie, cela prouve que les personnes sont humaines. Par exemple, Claudot, les anars ne tiennent pas vraiment à le diffuser parce qu’il a trahi la cause libertaire en devenant communiste. Mais en réalité, Claudot continuait dans son comportement à être anar. On a encore besoin aujourd’hui, et peut-être plus que jamais, d’esprits libres, critiques et courageux pour comprendre le monde dans lequel nous vivons, réveiller les consciences et préparer les changements souhaités.

24

Peux-tu nous parler de tes travaux récents ?

25

En 2005, j’ai réalisé un documentaire sur Jean-Baptiste André Godin, socialiste utopiste du familistère de Guise, et un film sur les compagnons de la France-Libre d’Outremer à destination de la télévision (La grande tournée outremer du Général De Gaulle, 2006). Mais ce sont surtout les nouvelles possibilités de diffusion par internet qui m’ont intéressées. Les médias sont contrôlés par des puissances qui ne nous sont pas favorables et il faut chercher d’autres voies, plus accessibles pour l’instant. C’est pourquoi j’avais pris contact en 2000 avec Jacques Rosselin, fondateur de la première télévision par internet en France : Canalweb. Jacques Rosselin, dont la biographie de son oncle Amand Rosselin figure dans le dictionnaire Maitron, a tout de suite accepté de nous offrir un créneau horaire pour une émission d’histoire sociale, « Passé/Présent ». Nous avons pu réaliser une quarantaine de numéros avec Claude Pennetier, l’actuel directeur du dictionnaire Maitron. Nous avons invité de nombreux historiens de la Sorbonne, du CNRS et d’universités étrangère pour parler de leurs travaux et de leurs publications. Visibles dans le monde entier, ces émissions ont été bien suivies mais n’ont malheureusement pas été bien conservées. Alain Carou, historien de la BNF, a toutefois réussi à s’en procurer une version.

26

En 2007, lors d’un tournage en Nouvelle Calédonie, je fais la connaissance d’Ismet Kurtovitch, historien et conservateur des Archives de Nouvelle Calédonie. Admiratif de son travail pour la mémoire de son territoire, j’ai décidé d’utiliser les nombreuses heures de rushes, tournées sur l’histoire de la colonisation de la Nouvelle Calédonie et refusées par la télévision, pour réaliser des documents à l’usage des étudiants, des chercheurs et des curieux. J’ai, pour l’instant, offert 6 films d’environ 50 minutes aux Archives de Nouvelle Calédonie et je suis content de savoir qu’ils font maintenant partie de la collection du Centre Jean-Marie Tjibaou et qu’ils sont visibles par tous.

27

En 2010, j’ai pu réaliser un rêve : faire de la radio. Le média est plus souple, le matériel plus léger et les possibilités plus grandes qu’en film ou en télévision. Mon engagement dans Greenpeace d’abord, puis dans l’Union Pacifiste, section française de l’Internationale des Résistants à la Guerre, m’ont donné la possibilité d’animer des émissions comme « Si Vis Pacem » de Radio Libertaire. J’ai donc eu l’occasion depuis quelques années de connaître de nouvelles personnes engagées et de partager avec elles et les auditeurs de la radio les idées que nous défendons. C’est une grande chance.

28

Et c’est une chance aussi d’avoir pu, au cours de ma vie professionnelle, rencontrer autant de personnages passionnants qui avaient, presque tous, un esprit libertaire.

29

Il ne reste pas grand-chose de mon travail de réalisateur pour la télévision française « officielle » car les sujets étaient surtout des sujets de commande. Hormis les reportages faits pour l’émission « Mosaïque » de France 3, émission à destination des populations immigrées et dont les éléments n’ont pas été correctement conservés, je n’ai plus de sujets à montrer. Seuls les documentaires, produits à mes propres frais ou avec mes amis des Productions de la Lanterne, suscitent encore de l’intérêt. Pour faciliter leur diffusion j’ai décidé de les mettre tous sur un blog en accès libre et gratuit (http://bbernard.canalblog.com/​). Maintenant que je suis retraité et libéré de la course à l’emploi épuisante des intermittents du spectacle, je peux me permettre d’offrir aux internautes des documents qui, je l’espère, inspireront d’autres réalisateurs ou cinéastes en herbe, pour se lancer dans ce métier et suivre leur voie et leurs idées sans se préoccuper des critiques et des recommandations de prudence. J’ai toujours souhaité que les engagements des vieux servent d’exemple aux jeunes. Les jeunes ont besoin d’espoir. La lutte pour ses idées et un bon moyen pour garder l’espoir. J’espère que mon modeste travail de cinéaste et maintenant d’animateur radio les aidera.

Paris, 2004-2014.

Notes

1 Anne Gallois, Mouna : gueule ou crève, préface de Cavanna, dessins de Cabu, Paris, Clancier-Guénaud, 1988.

Table des illustrations

Titre Écoutez May Picqueray de Bernard Baissat, 1984.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/11169/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 388k

Auteur

Université de Bourgogne Franche-Comté

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

Offert par