Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cinémas libertaires

 | 
Nicole Brenez
, 
Isabelle Marinone

VIII. Front de l’histoire, de la documentation et de l’information

Un baroquisme libertaire. Film d’amore e anarchia ovvero : stamattina alle 10 in via dei Fiori nella nota casa di tolleranza de Lina Wertmüller (1973)

Giusy Pisano

Texte intégral

1La traduction des titres de films d’un pays à un autre révèle de drôles de surprises. Le principe serait d’adapter le titre à une culture spécifique afin d’assurer la réussite commerciale du film, peu importe si la traduction dérive d’une surinterprétation pouvant même s’opposer au contenu et à l’esthétique du film en question. Film d’amore e anarchia ovvero : stamattina alle 10 in via dei Fiori nella nota casa di tolleranza de Lina Wertmüller offre un bon exemple. En effet, si la traduction française reprend les deux termes qui résument le contenu du film, c’est-à-dire « amour » et « anarchie », la réduction de ce qui suit élimine un aspect essentiel de la poétique de son auteur. La longueur du titre d’origine (en français : Film d’amour et d’anarchie c’est-à-dire : ce matin à 10 heures dans la rue des Fiori dans la fameuse maison close) est loin d’être anodine, puisque l’excès, la démesure qui se manifeste avant même le visionnement du film par des mots à la fois significatifs et vagues qui se suivent les uns après les autres comme l’éruption d’un volcan, sont à la base d’une esthétique qui se veut à l’écart des normes. Lina Wertmüller porte aux titres de ses films autant d’attention qu’aux films eux-mêmes. Certes, on a souvent mis en relation leur longueur avec celle de son nom : Arcangela Felice Assunta Wertmüller von Elgg Español von Brauchich. Cependant, force est de constater que ces titres à la fois interminables, denses et ironiques, traduisent parfaitement le baroquisme libertaire de ses œuvres.

2Après une rapide présentation de l’œuvre de Lina Wertmüller, nécessaire car elle s’avère bien moins connue en France qu’en Italie et aux États-Unis, je reviendrai particulièrement sur Amour et Anarchie (1973) afin d’en souligner l’importance historique autant pour l’histoire des formes cinématographiques que pour l’Histoire tout court.

Une artiste exubérante et polymorphe

  • 1 « Il faudrait coudre la langue de la femme... mais si elle pouvait naître sans langue, ç (...)

3La carrière de Lina Wertmüller, née en 1926, traverse plus de soixante ans de cinéma, de théâtre, de télévision. Elle débute par l’expérimentation théâtrale : Lina Wertmüller est animatrice et metteur en scène de spectacles de marionnettes ainsi qu’assistante de metteurs en scène tels que Guido Salvini, fondateur du Teatro dell’Arte (1924) dirigé par Luigi Pirandello, ou encore Giorgio De Lullo fondateur Della Compagnia dei Giovani (1954). Parallèlement, Lina Wertmüller commence à travailler pour la radio pour laquelle elle écrit des pièces radiophoniques qu’elle interprète elle-même. À la fin des années 1950, c’est au tour de la télévision : elle réalise en 1959 la première édition d’un spectacle de variété qui aura un succès énorme, Canzonissima. Pour le « petit écran », elle adapte ensuite des romans, écrit des fictions et réalise des documentaires, activités qu’elle ne délaissera jamais, pas plus d’ailleurs que le théâtre. Ses dernières productions pour la télévision datent de 2004, Peperoni ripieni e pesci in faccia, et 2009, Mannaggia alla miseria. Lina Wertmüller arrive au cinéma d’abord en tant qu’assistante pour le film …e Napoli Canta d’Armando Grottini réalisé en 1953, puis pour La Dolce vita (1960) et 8 ½ (1962) de Federico Fellini. Elle réalise son premier long-métrage en 1963 : I basilischi, une histoire assez proche de celle des Vitelloni de Fellini, même si dans son film ce sont plutôt l’ennui et le vide du Sud de l’Italie qui sont donnés à voir. Son deuxième film, Se permettete questa volta parliamo di uomini (1965), aborde l’une de ses obsessions : les relations entre hommes et femmes. À travers quatre épisodes ironico-grotesques, Lina Wertmüller examine à la loupe la société misogyne, ses rituels, ses comportements qui semblent survivre par la force d’inertie. Les répliques du film font aujourd’hui partie du patrimoine culturel italien. Ne prenons qu’un seul exemple : « Alla femmena bisognerebbe cucirle la lengua… se nascesse senza lengua verrebbe pure meglio »1. La suite de sa carrière au cinéma est marquée par plus de trente films, dont Mimi Metallo blessée dans son honneur

Pasqualino settebellezze2

4La Grande Histoire se mêle à la micro-histoire : les images plus épurées se lient aux images baroques, les images d’archives se confondent avec celles de la Naples des années 1960, les sons du passé s’intègrent aux sons contemporains, réunissant ainsi l’homme des événements historiques à l’homme du présent. Dès le générique, les images d’archives mises en contrepoint avec la chanson de l’anarchiste Enzo Jannacci nous donnent un avant-goût du style du film et de sa portée politique. Outre l’analyse ironique du perpétuel conflit des relations hommes-femmes mis en scène par une représentation qui va de la tragi-comédie au « grotesque glauque » (expression que j’emprunte à Lina Wertmüller elle-même), c’est surtout le rapport que cette cinéaste entretien avec ses racines méridionales qui est le lieu privilégié de ses observations. Elle dissèque ici, comme dans presque tous ses films, les tics, les regards, les sentiments, les vices et les vertus du Sud de l’Italie. Je rappelle que Lina Wertmüller est elle-même sous l’emprise des contrastes, entre des origines méridionales par son père napolitain, des origines romaines par sa mère et par ailleurs descendante d’une famille de la grande noblesse suisse.

  • 3 Gian Piero Brunetta, Storia del cinema italiano dal 1945 agli anni ottanta, Ro (...)
  • 4 Id.
  • 5 Lino Micciché, Cinema italiano des anni settanta, Venezia, Marsilio, 1980, p. 212.
  • 6 Grace Russo Bullaro, Man in Disorder. The Cinema of Lina Wertmüller in the (...)
  • 7 Citons à ce sujet : Henry À. Giroux, Breaking in to the Movies Film and the Culture (...)

5Tout son cinéma se place sous le signe de l’ironie, du sarcasme comique iconoclaste et libertaire, mais aussi de la révolte, provocatrice et extrême. Il se montre toujours attentif au marasme des conflits socio-économiques dont le déséquilibre Nord-Sud demeure une constante dans la société italienne. Lutte des classes et guerre des sexes vont de pair dans le cinéma de Lina Wertmüller. Tous ces conflits prennent, dans la forme filmique, l’image d’un corail constitué par des collages entre les divers dialectes se ramifiant du Nord au Sud de l’Italie ; des chansons puisées aussi bien dans le répertoire populaire de la variété italienne que dans la chanson engagée, des palettes de couleurs contrastées et éclatantes juxtaposées aux images teintes d’un certain réalisme, jusqu’aux mélanges entre Histoire et micro-histoire, entre idéal et médiocrité humaine. Il en résulte des films riches de clichés, bavards, bruyants, caricaturaux et grotesques, un bric-à-brac qui a fini par dérouter la critique pourtant favorable lors de son premier film. Comme l’affirme Gian Piero Brunetta : « Lina Wertmüller sort du giron de la critique pour devenir la cinéaste d’un seul film qui, après un succès commercial, a dissipé ses meilleurs atouts et déçu des débuts prometteurs »3. Malgré tout Brunetta – l’un des historiens parmi les moins réfractaires au cinéma populaire – voit dans ses œuvres « de grands bonheurs narratifs qui accordent à ses films une impression positive. Lina Wertmüller apparaît comme une cantastorie, cantafavole (chanteuse d’histoires, chanteuse de fables) populaire du cinéma italien qui charme son public grâce au caractère exemplaire des événements racontés. L’entreprise, en ce sens, est réussie puisqu’elle s’appuie sur une mémoire populaire qui ne s’est pas totalement envolée ».4 Hormis cette exception, la critique italienne dans son ensemble porte sur l’œuvre un jugement très négatif. Un exemple suffit, celui de l’historien/critique et promoteur du mythique Festival Del Nuovo Cinema di Pesaro, Lino Micciché, qui écrit : « Il faut reconnaître à Lina Wertmüller le mérite de la cohérence : son cinéma se dégrade toujours plus, de film en film, avec une constante progression »5. En réalité, en se détachant du standard du cinéma d’auteur – quasi-monopole des cinéastes mâles en Italie comme ailleurs – pour creuser une approche tout à fait personnelle du cinéma, les films de Lina Wertmüller trouvent un écho positif auprès du public. Si elle provoque le mépris de la critique italienne, paradoxalement, elle obtient les louages des intellectuels de l’autre côté de l’Atlantique. En effet, si son féminisme iconoclaste exaspère les associations féministes italiennes, en revanche les organisations américaines y trouvent une source d’inspiration ; si la critique italienne prend de la distance, a contrario, l’américaine l’érige en représentante d’un nouveau cinéma italien novateur sur le plan des formes et dont l’engagement social et politique est apprécié dans un moment particulier de l’histoire des États-Unis. Quatre films (Pasqualino settebellezze, Mimi Mitallurgico, Film d’amore et d’anarchia et Travolti in un insolito destino) sont programmés dans les salles américaines, ils donnent lieu à des débats auxquels la cinéaste est invitée à participer et suscitent l’intérêt de la presse comme en témoignent les dizaines d’articles publiés. Cependant, dans son ouvrage consacré à Lina Wertmüller, Grace Russo Bullaro6, lorsqu’elle revient sur cet engouement américain pour la cinéaste, explique de manière circonstanciée que celui-ci est plus lié au contexte politique et culturel de l’Amérique des années 1970, à la recherche d’un cinéma aux marges d’Hollywood, qu’aux appréciations des films eux-mêmes. D’ailleurs, l’idylle ne dure que quelques années et le film réalisé grâce aux producteurs nord-américains La fine del mondo nel nostro solito letto in una notte piena di pioggia (1978) sera un échec total aux États-Unis et mettra un terme à l’expérience américaine. Depuis, des analyses sur le cinéma de Lina Wertmüller sont effectuées dans le champ des Cultural Studies.7

Film d’amore e anarchia : Histoire et micro-histoire

  • 8 L’interprétation de Addio Lugano bella qui a marqué les mémoires est sans dout (...)

6Film d’amore e anarchia ovvero : stamattina alle 10 in via de Fiori nella nota casa di tolleranza est l’un des films le plus connus en France grâce notamment au prix d’interprétation obtenu par Giancarlo Giannini au Festival de Cannes en 1973. Il a fait depuis l’objet d’une édition en DVD (mars 2010) qui permet de le redécouvrir. Dans ce film comme pour les autres, Histoire et micro-histoire se croisent et se superposent jusqu’à une explosion finale. Nous sommes entre la fin des années 1920 et les débuts des années 1930, dans le Nord de l’Italie. Un jeune paysan, Tunin, bouleversé par la mort de son ami Michele Sgaravento tué par les carabiniers, reprend à son compte le projet que ce dernier lui avait confié : assassiner Mussolini. Tunin prend alors contact avec les anarchistes réfugiés en France et part ensuite pour Rome. Là, son contact est Salomé, une prostituée exerçant dans une maison de tolérance réputée de la ville, qui avait elle-même rejoint la cause anarchiste après la mort de son fiancé accusé à tort d’une tentative de meurtre du Duce. En attendant le jour de l’attentat, Tunin réside dans le bordel et découvre l’amour dans les bras de Tripolina. Croyant avoir été découvert par les carabiniers, il leur tire dessus, puis est rattrapé à la suite d’une course rocambolesque entre les filles du bordel qui essayent de le protéger et la foule de Rome qui regarde, tétanisée, sans réagir. Le film, et notamment cette séquence, semblent retranscrire visuellement une chanson symbolique pour le mouvement anarchiste italien. Il s’agit d’Addio Lugano bella, écrite par Pietro Gori en 1895, qui raconte l’engagement des « cavalieri erranti » (les chevaliers errants) habitués à être expulsés, condamnés à l’exil alors que leur idéal n’était qu’un idéal d’amour.8

Addio, Lugano bella Adieu belle Luganoa
Addio, Lugano bella,
o dolce terra pia !
cacciati senza colpa
gli anarchici van via
e partono cantando
con la speranza in cor.
Ed è per voi sfruttati,
per voi lavoratori,
che siamo ammanettati
al par dei malfattori ;
eppur la nostra idea
non è che idea d’amor.
Anonimi compagni,
amici che restate,
le verità sociali
da forti propagate :
è questa la vendetta
che noi vi domandiam.
Ma tu che ci discacci
con una vil menzogna,
repubblica borghese,
un dì ne avrai vergogna
ed oggi t’accusiamo
di faccia all’avvenir.
Banditi senza tregua,
andrem di terra in terra
a predicar la pace
ed a bandir la guerra :
la pace tra gli oppressi,
la guerra agli oppressor.
Elvezia, il tuo governo
schiavo d’altrui si rende,
di un popolo gagliardo
le tradizioni offende
e insulta la leggenda
del tuo Guglielmo Tell.
Addio, cari compagni,
amici luganesi,
addio, bianche di neve
montagne ticinesi,
i cavalieri erranti
son trascinati al Nord.
Adieu belle Lugano,
ô douce terre pieuse !
Chassés sans raison,
les anarchistes s’en vont
Ils partent en chantant
avec l’espoir au cœur.
Et c’est pour vous les exploités,
pour vous les travailleurs
Que nous sommes enchaînés
par des malfaiteurs.
Et pourtant nos idées
ne sont qu’idées d’amour.
Anonymes compagnons,
Amis qui restez,
Répandez largement
les vérités sociales
C’est la revanche
Que nous vous demandons.
Tu nous écœures
de vils mensonges,
République bourgeoise,
un jour tu en auras honte.
Aujourd’hui nous t’accusons
face à l’avenir.
Bandits chassés sans trêve,
nous irons de terre en terre
Prédire la paix
et annoncer la guerre :
La paix aux oppressés
la guerre aux oppresseurs.
Helvétie, ton gouvernement
asservit l’humain
et d’un peuple vigoureux
tu offenses les traditions
et insultes la légende
de ton Guillaume Tell.
Adieu chers compagnons,
amis luganais,
Adieu, montagnes du Tessin
blanches de neige,
Les cavaliers errants
sont repoussés vers le Nord.
a. Traduction par La Canaille du Midi, chorale de chants révolutionnaires, http://canailledumidi.free.fr/​?Addio-a-Lugano&lettre=M

7Or, si le film est bien situé à l’époque fasciste, certains indices présents dans les décors ou encore dans les caractères des personnages, notamment celui de Salomé aux antipodes de Anna Magnani dans Rome ville ouverte (Roberto Rossellini, 1945), donnent au récit une dimension qui dépasse largement cette période. Lina Wertmüller a expliqué dans plusieurs entretiens quel était le point de départ du film.

  • 9 Lina Wertmüller, Arcangela Felice Assunta Job Wertmüller von Elgg Español von (...)

L’histoire du film m’est venue à l’esprit en lisant dans les journaux les nouvelles sur les premiers terroristes. Des jeunes et des femmes qui payaient par la vie leurs idées. On en parlait comme des criminels mais moi je voulais comprendre mieux. J’ai commencé alors à lire des ouvrages sur l’histoire de l’anarchie… Les histoires des anarchistes italiens m’ont permis de connaître les racines anciennes que l’anarchie a eu en Espagne et dans notre pays, particulièrement dans certains régions comme les Pouilles et la Toscane. C’est ainsi qu’est née l’histoire de Tunin, un paysan du Nord, amoureux des idées d’un vieil anarchiste, idées écoutées depuis son enfance devant la cheminée…9

  • 10 Carlo Ginzburg, Mythes, emblèmes, traces. Morphologie et histoire (1986), tr. M. Aymard, (...)
  • 11 AA.VV., La Resistenza sconosciuta. Gli anarchici e la lotta contro il fascismo, Milano, (...)

8Les origines lointaines de l’anarchie, personnifiée par le personnage de Michele Sgaravento, par le jeune Tunin qui reprend le flambeau et par une Salomé qui est bien plus une femme des années 1960-1970 que des années 1920, enracinent l’histoire de l’anarchie dans le passé et en même temps retrouvent une place dans le présent. Le film se démarque ainsi de l’historiographie officielle. En effet, le rôle de l’anarchie avant et pendant la Résistance a été terni par les histoires officielles mais aussi par celles qui se devaient de la glorifier. Pourtant, il est bien connu que les premiers actes de résistances sont dus à des anarchistes qui ont payé par la prison, l’exil en France et dans d’autres pays, voire la mort. Le film de Lina Wertmüller regorge d’indices (au sens établi par Carlo Ginzburg10) sur le mouvement anarchiste exilé à Paris et sur ceux qui, comme Michele Sgaravento, restés en Italie, continuaient à répandre autour d’eux les idéaux anarchistes. Le film fait d’ailleurs une référence explicite à une série de tentatives d’attentats contre Mussolini, tous dus à des anarchistes. Plus directement encore, le film reprend de manière explicite l’attentat organisé par Gino Lucetti le 11 septembre 1926 à Rome (il jette une bombe sur la voiture de Mussolini). Depuis une dizaine d’années, cette histoire est mieux connue grâce à plusieurs ouvrages,11 cependant c’est bien le film de Lina Wertmüller qui, avant les historiens, dès 1970, l’a exhumée comme un fait du passé mais habitant toujours le présent.

9Le « commercial » Film d’amore e anarchia ovvero : stamattina alle 10 in via dei Fiori nella nota casa di tolleranza de Lina Wertmüller a le mérite de resituer la place jouée par le mouvement anarchiste pendant le fascisme mussolinien et dans la société italienne. Le cinéma de Lina Wertmüller est profondément lié aux conflits socio-économiques qui ont secoué l’Italie. Cependant, au rebours de la grande tradition néo-réaliste, les formes par lesquelles les conflits se manifestent évitent le réalisme : ironie, mouvements de caméra exubérants, montage syncopé, couleurs saturées font échos aux dialogues dans lesquels se mêlent les sons des chansons et des divers dialectes qui traversent l’Italie du Sud au Nord. Si la trame narrative comporte un contenu politique explicite, il n’en reste pas moins que celui-ci s’exprime avant tout à travers des formes filmiques capables d’échapper à toute convention esthétique.

Notes

1 « Il faudrait coudre la langue de la femme... mais si elle pouvait naître sans langue, ça serait encore mieux. »

2 Lina Wertmüller, Lina Wertmüller Arcangela Felice Assunta Job Wertmüller von Elgg Español von Brauchich cioé Lina Wertmüller, Milano, Frassinelli, 2006.

3 Gian Piero Brunetta, Storia del cinema italiano dal 1945 agli anni ottanta, Roma, Editori Riuniti, 1982, p. 708.

4 Id.

5 Lino Micciché, Cinema italiano des anni settanta, Venezia, Marsilio, 1980, p. 212.

6 Grace Russo Bullaro, Man in Disorder. The Cinema of Lina Wertmüller in the 1970s, Leichester, Troubador, 2007.

7 Citons à ce sujet : Henry À. Giroux, Breaking in to the Movies Film and the Culture of Politics, Oxford, Molden, Blackwell Publishers, 2002 ; Jean Meller, « On Lina Wertmüller », in Arthur Asa Berger, Film in Society, New Jersey, New Brunswick, 1980.

8 L’interprétation de Addio Lugano bella qui a marqué les mémoires est sans doute celle de 1964 assurée par Giorgio Gaber, Enzo Jannacci, Lino Toffolo, Otello Profazio e Silverio Pisu, quatre chansonniers connus pour leur engagement anarchiste. Le titre original en est Adio a Lugano.

9 Lina Wertmüller, Arcangela Felice Assunta Job Wertmüller von Elgg Español von Brauchich cioè Lina Wertmüller, op. cit., p. 56.

10 Carlo Ginzburg, Mythes, emblèmes, traces. Morphologie et histoire (1986), tr. M. Aymard, C. Paolini, E. Bonan et M. Sancini Vignet, Paris, Flammarion, 1989.

11 AA.VV., La Resistenza sconosciuta. Gli anarchici e la lotta contro il fascismo, Milano, Zero in Condotta, 2005 ; AA.VV., L’Unione Anarchica Italiana. Tra rivoluzione europea e reazione fascista (1919-1926), Milano, Zero in Condotta, 2006 ; Fabrizio Giluitetti, Il movimento anarchico italiano nella lotta contro il fascismo 1927-1945, Manduria, Lacaita, 2004 ; Lorenzo Del Boca, Il dito dell’anarchico. Storia dell’uomo che sognò di uccidere Mussolini, Casale Monferrato, Piemme, 2000.

Auteur

École Nationale Supérieure Louis-Lumière

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

Offert par