Versione classicaVersione mobile

Cinémas libertaires

 | 
Nicole Brenez
, 
Isabelle Marinone

VI. Front des symboles, des images et des formes

L’hypothèse poétique. Anarchie et cinéma japonais

Antoine Barraud

I formati HTML, PDF, ePub sono accessibili agli utenti delle biblioteche e degli istituti che hanno richiesto la licenza OpenEdition Freemium per Books. Ad ogni modo, l'opera potrà essere acquistata online tramite le nostre librerie affiliate, nei formati PDF e ePub. Se la versione a stampa è disponibile sono proposti dei link verso le librerie in questa stessa pagina.

Estratto del testo

Koji Wakamatsu dans Les Maisons de feu de Antoine Barraud, 2009.

Image

© Antoine Barraud

Je me disais que c’était un trajet possible, un accès à la clairière. Ce chemin, bizarrement, me semblait plus direct que l’évident, le premier qui venait à l’esprit, Eros + Massacre (1969) en l’occurrence. Je m’explique.

Eros + Massacre, à juste titre, est resté emblématique du cinéma de Kijû Yoshida et du rapport du cinéma japonais à l’anarchie. C’est l’un des rares films dont la grammaire cinématographique se rebelle et dont le sujet même est l’anarchie puisque le personnage principal, Ōsugi, est un anarchiste mort en 1923 avec sa compagne1. Le film se bâtit sur deux temps, à la fois dans les années 20 avec l’histoire d’Ōsugi et de ses trois compagnes, et en 1969, au moment où le film est réalisé, avec un groupe d’étudiants voulant faire sens de l’existence d’Ōsugi, essayant de tourner des ...

Autore

Cinéaste

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search