Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cinémas libertaires

 | 
Nicole Brenez
, 
Isabelle Marinone

III. Front des oppressions sociales

Les Lascars du LEP (2009-1986) : trajectoire d’images rebelles à contretemps

Mélisande Leventopoulos et Catherine Roudé

Texte intégral

Préambule. Le Tract des Lascars, « Nous critiquons ».

tout ce qu’on ne critique pas doit être critiqué nous critiquons !

Étudiants, hier nous étions dans la rue avec vous mais autant vous le dire tout de suite, la réforme « 2 paquets » on s’en fout !

Pour nous la sélection a déjà joué, l’université nous est fermée, et nos C.A.P, nos B.E.P, nous mènent tout droit à l’usine après un petit tour à l’ANPE.

Pour nous la critique de la loi « 2 baquets » est inutile ;

Nous critiquons l’université,

Nous critiquons les étudiants,

Nous critiquons l’école,

Nous critiquons le travail.

L’école nous donne de mauvaises places,

L’université vous donne des places médiocres,

Ensemble critiquons-les !

Mais ne nous dites pas : « il faudra toujours des balayeurs, des ouvriers » ou alors allez-y les gars, ces places-là on vous les abandonne de bon cœur, ne vous gênez pas !

on n’est pas plus bêtes que vous, on n’ira pas à l’usine !

Si vous critiquez la loi « 2 laquais » qui ne fait qu’empirer une situation mauvaise, vous n’avez rien compris ! Du reste votre situation n’est pas de beaucoup meilleure que la nôtre. Une bonne partie d’entre vous (60 % paraît-il) abandonnera ses études avant le DEUG ; et ces « mauvais étudiants » auront droit aux mêmes boulots subalternes et mal payés qui sont notre lot. Et quant aux « bons étudiants », qu’ils sachent que les places moyennes qu’ils auront (les bonnes c’est pas à l’université qu’on les trouve) ont beaucoup perdu de leur prestige et de leur pouvoir. Aujourd’hui un médecin n’est plus un « monsieur », c’est un employé de la sécu. Et qu’est-ce qu’un professeur, un avocat ? Il y en a tant...!

étudiants, si vous critiquez seulement la loi « 2 caquets » et pas l’université, vous vous battrez seuls et la loi passera d’un coup ou par petits bouts, vous l’aurez dans l’cul !

Et, si par hasard elle ne passait pas, alors tout serait comme avant et la moitié d’entre vous se retrouverait dans les bureaux, vos usines aseptisées.

étudiants c’est vous qui êtes appelés à gérer cette société et nous à la produire.

si vous bougez, si nous bougeons, tout peut bouger.

Mais si vous voulez seulement jouer les « apprentis Tapie », si vous voulez seulement gérer loyalement cette société et devenir à moindres frais, éducateurs, assistantes sociales, animateurs, inspecteurs du travail, cadres, sociologues, psychologues, journalistes, directeurs du personnel ; pour demain nous éduquer, nous assister, nous animer, nous inspecter, nous informer, nous diriger, nous faire bosser...

allez vous faire foutre !

Mais si vous voulez, pour commencer, critiquer le système scolaire qui nous exclut, et vous abaisse, si vous voulez lutter avec nous, contre la ségrégation sociale, contre la misère, la vôtre et la nôtre, alors...

frêres, avec nous, on vous aime !!!

des lascars du lep électronique. décembre 1986.

D’un mouvement social à un autre

1En février 2009, dans le cadre du mouvement de grève des universités, un comité cinéma a été créé par des étudiants de troisième cycle de l’université Paris I. Partie prenante de ce comité, notre but était de projeter et de débattre sur des films afin de soutenir – mais aussi de critiquer – le mouvement social en cours. La première projection organisée par le « comité Michelet » avait pour thème la mobilisation contre le Contrat première embauche (CPE) de 2005. Avec Il s’agit de ne pas se rendre (2008) de Naïma Bouferkas et Nicolas Potin, un film militant efficace, nous avions rempli la salle. L’émulation née de ce début de mobilisation venait alimenter le débat. Mais autant dire que le CPE renvoyait à des images connues, ne permettant pas de dépasser un passé vécu, au moins par certains d’entre nous, alors que le public étudiant appelait à une mise en perspective réelle des événements en cours. Si bien que, pour répondre aux exigences d’un mouvement en quête de repères, le film On a voulu nous rendre con, c’est raté s’est imposé à nous.

  • 1 Projet de réforme des universités qui vise à mettre en concurrence les universités et (...)
  • 2 Les réactions de notre public peuvent s’expliquer par l’effacement historiographique du (...)

2Parfois connu sous le titre de Lascars du LEP, On a voulu nous rendre con, c’est raté interroge le rapport au politique de quelques lycéens d’un établissement technique parisien s’étant fait connaître sous le nom de « lascars du LEP électronique » par des tracts véhéments écrits lors du mouvement contre le projet Devaquet de réforme de l’université, en novembre-décembre 19861. Lors de la projection du film au mois de mars 2009 dans les locaux de Michelet, le public, exclusivement composé d’étudiants et d’enseignants malgré la diffusion de tracts devant les lycées généraux et techniques du quartier, était perplexe. Le mouvement de 1986 n’évoquait rien pour eux et plus encore ne faisait pas sens2. Une partie du comité de grève reprochait au film d’être trop marginal et de ne pas avoir sa place dans une programmation visant à déclencher des débats autour de la grève des universités. L’autre critique faite au film par une partie des étudiants présents tenait à sa radicalité : l’absence d’un droit de réponse des lycéens et étudiants grévistes en 1986 face aux accusations des Lascars choquait. C’est ainsi que la question du potentiel cristallisateur du film et, par là même, celle de sa réception, se sont posées à nous.

  • 3 À partir d’un recensement des projections annoncées sur Internet entre 2004 et 2010, une (...)
  • 4 À l’instar de Publico, dans le XIe arrondissement de Paris.
  • 5 Le film a d’abord été accessible sur le site Vidéo Base Project, site de « vidéoactivism (...)

3Bien qu’à Michelet Les Lascars n’aient pas eu l’effet escompté, nous avons rapidement constaté que le film faisait sens ailleurs. L’enquête que nous avons entreprise a permis de révéler les pratiques de diffusion d’un film libre de droits, projeté parfois dans le milieu universitaire mais surtout au sein de la constellation anarchiste3 : il circule tel un tract que l’on peut copier, tronquer, ou subvertir. D’ailleurs, la diffusion n’a pas été stimulée par les concepteurs d’un film totalement exclu des canaux commerciaux de promotion malgré la présence de quelques copies dans des librairies d’obédience libertaire4. De main en main, les circulations des Lascars du LEP ont été également facilitées par sa diffusion spontanée sur Internet durant la dernière décennie5.

4Flexible dans sa diffusion, le film l’est tout autant par sa forme. Les entretiens qui le composent ont tournés et montés une première fois au printemps 1987. Quoique la version désormais en circulation conserve ce montage initial, des images télévisuelles et un commentaire en voix-off sont adjoints. Il faut signaler l’écart chronologique entre ces deux versions : le second montage date de 2001 et a été réalisé dans le but d’une édition vidéo, expliquant le nouvel écho des Lascars dans les années 2000. Ainsi, la composition actuelle du film ne correspond-elle pas forcément à sa forme « définitive » puisque nous nous trouvons face à un processus d’autonomisation des images encore aujourd’hui en gestation. Par l’usage de ce procédé de recyclage, la version actuelle d’On a voulu nous rendre con, c’est raté s’inscrirait dans la tradition du cinéma d’agit-prop.

Trajectoires dans l’événement

  • 6 Cependant, on ignore même le nombre de lycéens appartenant au groupe signatair (...)
  • 7 Selon la formule employée dans la deuxième version du film.

5Concevoir la constitution du collectif filmique consiste à revenir aux origines de la prise. Vraisemblablement, le collectif de réalisation s’est constitué au sein de la mobilisation contre le projet Devaquet. Le groupe signataire des tracts des « Lascars du LEP électronique » s’est lui-même formé pendant le mouvement, si l’on en croit le témoignage des cinq lascars qui apparaissent sur l’écran6. L’enceinte du lycée marque l’étape de confection du tract. Elle est également l’occasion d’une première rencontre avec le milieu anarchiste puisque, selon le témoignage d’un militant, les lycéens sont alors influencés par un surveillant proche de la Fédération anarchiste. Cependant, l’idée du film n’appartiendrait pas aux lascars qui ne voient pas dans la vidéo le prolongement naturel du tract papier. Groupe aux contours flous, leurs « alliés »7 avec qui ils font le film, ont du matériel à disposition et apportent les compétences nécessaires à la réalisation. Ces derniers sont d’autant plus difficilement identifiables qu’ils restent hors-champ durant les entretiens.

  • 8 Citons parmi d’autres « Les lycéens de Fénelon découvrent l’égalité », Libération, 24 no (...)
  • 9 L’article paraît dans Le Matin de Paris du 10 décembre 1986 alors que le proje (...)

6Le commentateur de la nouvelle version d’On a voulu nous rendre con, c’est raté laisse supposer que la rencontre entre les membres du collectif originel s’est faite dans la rue. C’est ainsi que le tract opère la jonction entre filmants et filmés. Quand bien même les manifestations de rue permettent cette rencontre, elles constituent également le moment de confrontation du discours du tract à l’espace public ; une confrontation qui est relatée par les lycéens dans les entretiens. Leur discours est marginal au point de rester quasiment inaudible par un mouvement lycéen et étudiant qui ne se préoccupe pas, ou presque, du sort des filières techniques et professionnelles. Le traitement médiatique du mouvement de décembre 1986 – se focalisant sur la contestation dans les lycées généraux – en témoigne d’ailleurs8, bien qu’un article tardif paru dans Le Matin de Paris présente le « manifeste des LEP » qu’il confronte aux réactions des étudiants9.

  • 10 « Les lycées techniques aussi ! », Monde libertaire, 11 décembre 1986.
  • 11 « Mouvement étudiant et lycéen : où en est l’apolitisme », Monde libertaire, 11 décembre (...)
  • 12 Tract anonyme diffusé à Paris lors de la grève de 1986. Il a été publié dans Chroniques (...)

7Aux marges du mouvement, les propos des lascars rencontrent davantage d’échos au sein de la fourmilière anarchiste qui s’engage à contrecœur dans une mobilisation jugée par trop fermée sur elle-même. Une proximité d’interprétation peut d’ailleurs être constatée si l’on compare les tracts des lascars au traitement de la mobilisation par le Monde libertaire. De surcroît, l’organe de la Fédération anarchiste se montre sensible à l’engagement des lycées techniques dans le mouvement10. Aussi dénonce-t-il l’apolitisme ambiant11, à l’instar d’autres groupes anarchistes parisiens comme les auteurs du tract Glossaire définissant par exemple l’« apolitique » ainsi : « personne qui affiche son dédain pour un système auquel elle est, en fait, entièrement soumise et qu’elle conforte »12. A contrario, les lascars paraissent cristalliser le politique si bien qu’ils sont acceptés, non pas uniquement par la fédération officielle, mais par la constellation anarchiste dans sa pluralité.

8Au prisme du récit de la diffusion de leurs tracts dans les entretiens, on peut d’ailleurs dessiner la trajectoire des lycéens dans la géographie du mouvement. Plusieurs lieux de contact avec les milieux libertaires aboutissent probablement à l’intégration matérielle des lascars dans le cortège anarchiste durant la manifestation du 4 décembre 1986 (Place d’Italie-Invalides) puisque, au cours de ce rassemblement, l’un des auteurs des tracts reconnaît avoir été proche de François Rigal, étudiant en géographie, engagé à la Fédération anarchiste, qui perd un œil à la suite d’un tir tendu de gaz lacrymogène. Toujours est-il que cette immersion progressive dans le monde militant n’enlève rien à la spontanéité des lascars. Ils sont salués par les milieux anarchistes au nom de l’« air de liberté » apporté au mouvement, selon la formule du commentateur d’On a voulu nous rendre con, c’est raté. Mettre en image le discours des lascars répond donc à un besoin inassouvi d’espoir social. Dès lors, les tracts signent l’identité du film. « Nous critiquons » est le terrain de convergence entre filmants et filmés. En d’autres termes, le tract est fondateur de l’expérience cinématographique.

Expérimentation filmique et maturation politique 

9Un groupe éphémère, spontané, sans nom, où l’individu demeure anonyme (on ignore le nom des lascars) émerge dans l’enregistrement des entretiens quelques mois après les événements de décembre. Cet enregistrement est réalisé à huis-clos, si bien que le dispositif semble matérialiser la séparation et l’isolement ressenti par les lycéens du LEP au cours de la mobilisation.

10Aussi le retour des lascars sur le mouvement de décembre 1986 a-t-il trois caractéristiques principales. En premier lieu, la frontalité du cadre, à aucun moment remise en cause, alimente la violence du propos tenu par les cinq lycéens. Comparable à une scène de théâtre du fait de la fixité de la caméra, le champ filmique est, par ailleurs, entièrement investi par les lascars. Des affiches, reprenant le propos des tracts distribués en décembre, sont accrochées sur le mur et donnent l’impression d’un espace interactif démultipliant l’effet du discours subversif déclamé par les lycéens. En outre, la mise en scène des lascars par eux-mêmes dans une série de sketches parodie l’image stéréotypée dont ils estiment avoir été affublés par les étudiants des filières générales. Pendant filmique du tract, ces saynètes peuvent être comprises comme des réponses formelles aux nécessités de l’outil vidéo.

11L’ensemble des effets de mise en scène déployés permet donc au groupe de lycéens d’incarner visuellement les idées défendues dans les tracts diffusés. Combinant les différents relais des tracts écrits et distribués au cours des manifestations, le film s’apparenterait littéralement à un ciné-tract, ou plus précisément un vidéo-tract. Par la vidéo, les filmeurs se font le porte-voix des lascars et s’effacent à tel point que la signature des « Lascars du LEP » va absorber l’ensemble du collectif et jusqu’au titre du film. Il n’y a d’ailleurs pas de sollicitation venant du hors-champ : les lascars ne s’adressent pas tant à la caméra qu’ils ne s’interpellent entre eux, malgré le dispositif frontal.

 

#1 : Le vendredi 28 nous sommes allés à la Sorbonne parce qu’il y avait une soi-disant coordination des lycées et LEP. Nous n’avons pas pu entrer, nous nous sommes fait carrément jeter. Après cette réunion, soi-disant réunion, on a écrit un petit tract qu’on a appelé Nous critiquons (…).

#2 : Lundi 1er décembre, on a diffusé le tract Nous critiquons. Ça a été plutôt dur de le diffuser, on a dû faire des quêtes, on a été voir des librairies qui pouvaient nous faire des photocopies à moindres frais. (…)

#3 : Il faut dire que lorsqu’on a diffusé, on a essayé de le diffuser un peu partout, on a envoyé des délégations dans les autres LEP avec ce tract-là, Nous critiquons. On a essayé de le distribuer dans tous les LEP c’est-à-dire que tout le monde puisse le lire comme on estime que c’est un très bon tract, sans vouloir se flatter, on l’a aussi distribué à la Sorbonne.

#4 : Le tract a été très bien reçu par certaines personnes et par d’autres non.

#3 : J’en étais presque sûr que les étudiants allaient, enfin que la plupart des étudiants n’auraient presque rien compris au tract Nous critiquons. Et c’est ce qui c’est passé et ça m’étonne pas. Ça m’étonne pas non plus que ce soit des personnes extérieures au système scolaire qui ont plutôt assez bien assimilé notre tract Nous critiquons.

#4 : Mais c’est ce que j’arrive pas à comprendre, pourquoi y a que ces gens-là ?

#5 : Tu veux que je te dise pourquoi ?

  • 13 Yvonne Mignot-Lefebvre, Communication et autonomie. Audiovisuel, technologies de l’infor (...)

12Nul doute que le passage du tract écrit à la vidéo est ici le vecteur d’une conscientisation politique. L’analyse introspective de la participation des lycéens au mouvement Devaquet, retranscrite ci-dessus, est permise par le recul temporel vis-à-vis des événements de décembre mais révèle également un travail collectif d’interprétation effectué au cours du tournage avec les réalisateurs. Le dispositif mis en place s’inscrirait pour ainsi dire dans la lignée d’une pédagogie de l’image, expérimentée par le cinéma didactique en 16 mm. Toutefois, la médiation réalisée par On a voulu nous rendre con, c’est raté est propre à la vidéo car on se situe dans une conception de la relation filmants/filmés « aussi peu traumatisante que possible », pour reprendre la formule d’Yvonne Mignot-Lefebvre13.

13Autant dire que le recyclage de ce film en 2001, en contribuant à l’idéologisation des entretiens, exploite la teneur politique intrinsèque des entretiens pour la pousser à l’absurde. Le nouveau monteur inscrit d’emblée les lascars dans une histoire de la contestation de sorte que ces derniers apparaissent comme les héritiers de la critique radicale. Aussi l’édition VHS de ce nouveau montage réalisé par l’association Hésiode permet-elle de contextualiser le parcours des lascars grâce à l’usage de rushes de reportages télévisés. Cependant, les images de la télévision sont détournées de leur finalité première car le nouveau montage les remploie en éliminant la centralité événementielle du bulletin d’information : l’utilisation des marges et fins de manifestations, c’est-à-dire des moments qui ne font pas événement, permet une nouvelle fluidité narrative, proche du vécu de la manifestation. Quoique Hésiode utilise l’image de certaines personnalités du mouvement, celles-ci sont vidées de leur contenu politique et réduites à des silhouettes dont l’action est modelée par les médias. Elles sont la cible privilégiée du monteur.

14L’illusion de l’apolitisme du mouvement social de 1986 telle que dénoncée par les lascars dans leurs entretiens est ici renforcée par l’ajout d’une photographie des leaders étudiants – Isabelle Thomas, David Assouline et Philippe Dariula – accompagnés de Bernard-Henri Lévy. La présence du philosophe convoque immédiatement les images de son premier entartage datant de 1985 où il perd le contrôle et menace Noël Godin, à terre, de lui « casser la gueule ». En contrepoint sonore, Surfin’bird interprété par les Ramones (Rocket to Russia, 1977) renforce l’ironie et relie directement l’entartage du philosophe à la confrontation des manifestants avec les forces de l’ordre, accompagnée du même morceau dans le film.

15On se situe donc dans un usage burlesque du montage qui entend mettre en image l’orchestration du mouvement social. Par son rythme, On a voulu nous rendre con, c’est raté aboutit à un entartage, quoique fictif, des personnalités politiques ou du monde du spectacle qui sont ici ridiculisées à l’instar de Francis Lalanne présent aux obsèques de Malik Oussekine. C’est ainsi que les lascars, s’apparentant aux entarteurs, deviennent les icônes maladroites de la rébellion.

  • 14 Madeleine Rebérioux, « Culture et militantisme », in Mouvement social, n° 91, avril-juin 1975, (...)
  • 15 Dans les archives film et non-film du groupe de production et de distribution (...)
  • 16 TF1, Journal télévisé, 5 décembre 1986, 13h.

16Rencontres d’hommes, de tracts et d’images, Les Lascars du LEP est propice à une étude attentive aux circulations inévitablement fragmentaire ici, faute de sources. Peut-on finalement inscrire le film au sein d’un « type d’intervention culturelle militant » pour reprendre la formule de Madeleine Rebérioux14 ? Selon nous, l’originalité des Lascars réside non seulement dans ses deux versions successives mais également dans la constitution d’un collectif de réalisation hors normes. C’est ainsi que le « film en train de se faire » se confondrait avec la formation du groupe. Autant dire que cette démarche rompt avec la tradition glorieuse des groupes de cinéma et vidéo militants quasiment disparus en 1986. Quand bien même certains sont encore en activité, aucun groupe ne couvre le mouvement Devaquet. Ce n’est pourtant pas par manque d’intérêt pour les mouvements lycéens : plusieurs films en 16 mm et vidéo ont par exemple été tournés lors du mouvement contre la loi Fontanet en 197415. Toutefois, le mouvement Devaquet consacre le tout télévisuel. Du reste, pour des collectifs issus d’un temps où tout se voulait politique, comment déterminer la conception d’un film militant au sein d’un mouvement strictement apolitique, dont les médias flattent l’ambiance bon enfant et la « joie de vivre »16 ?

Notes

1 Projet de réforme des universités qui vise à mettre en concurrence les universités et à instaurer la sélection à leur entrée. Le projet entraîne rapidement la mobilisation des étudiants et lycéens.

2 Les réactions de notre public peuvent s’expliquer par l’effacement historiographique du mouvement Devaquet, un mouvement qui n’a pas semblé, jusqu’à aujourd’hui, parvenir à faire date. Seule la mort de Malik Oussekine, détachée des revendications étudiantes, incarne depuis lors la violence policière de la brigade des voltigeurs, comme en atteste par exemple le traitement du mouvement par Alain Monchablon dans « Les manifestations étudiantes », in Danielle Tartakowsky (dir.), Paris Manif, Les manifestations de rue à Paris de 1880 à nos jours, Paris-Rennes, Comité d’histoire de la ville de Paris-Presses Universitaires de Rennes, 2011, p. 70.

3 À partir d’un recensement des projections annoncées sur Internet entre 2004 et 2010, une typologie des lieux de projection du film a pu être établie. L’enquête a montré que le milieu des squats politiques d’extrême-gauche constituait la matrice de diffusion des Lascars, même si le monde universitaire l’utilisait parfois à l’occasion de mouvements sociaux.

4 À l’instar de Publico, dans le XIe arrondissement de Paris.

5 Le film a d’abord été accessible sur le site Vidéo Base Project, site de « vidéoactivisme » et d’informations alternatives disparu aujourd’hui. Il est actuellement consultable sur Dailymotion ou d’autres sites de téléchargement.

6 Cependant, on ignore même le nombre de lycéens appartenant au groupe signataire des tracts mais quinze jeunes furent à l’origine du mouvement dans leur LEP (situé peut-être dans le Xe arrondissement de Paris).

7 Selon la formule employée dans la deuxième version du film.

8 Citons parmi d’autres « Les lycéens de Fénelon découvrent l’égalité », Libération, 24 novembre 1986.

9 L’article paraît dans Le Matin de Paris du 10 décembre 1986 alors que le projet de la loi Devaquet a été abandonné la veille.

10 « Les lycées techniques aussi ! », Monde libertaire, 11 décembre 1986.

11 « Mouvement étudiant et lycéen : où en est l’apolitisme », Monde libertaire, 11 décembre 1986.

12 Tract anonyme diffusé à Paris lors de la grève de 1986. Il a été publié dans Chroniques libertaires, n° 3, janvier-février-mars 1987.

13 Yvonne Mignot-Lefebvre, Communication et autonomie. Audiovisuel, technologies de l’information et changement social, Paris, L’Harmattan, 2005, p. 113.

14 Madeleine Rebérioux, « Culture et militantisme », in Mouvement social, n° 91, avril-juin 1975, pp. 3-13

15 Dans les archives film et non-film du groupe de production et de distribution Slon/Iskra, on trouve la trace d’un film de 1974 sur la mobilisation contre la loi Fontanet (Lycéens, faites chauffer l’école). Dans les années suivantes, plusieurs lettres témoignent d’un intérêt pour l’outil vidéo et le travail dans les écoles, ainsi que de la documentation sur le film réalisé par un groupe de lycéens dit « groupe du lieu non dit » (fonds Iskra, Lettre du groupe du Lieu non dit à Slon-Iskra, 28 février 1977).

16 TF1, Journal télévisé, 5 décembre 1986, 13h.

Auteurs

Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

Offert par