Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cinémas libertaires

 | 
Nicole Brenez
, 
Isabelle Marinone

Lutter sur tous les fronts à la fois

Nicole Brenez et Isabelle Marinone

Texte intégral

  • 1 Pierre-Joseph Proudhon, Du principe de l’art et de sa destination sociale (1865), Dijon, Le (...)

1En 1865, dans son ouvrage Du principe de l’art et de sa destination sociale1, Pierre-Joseph Proudhon formule le principe d’une rupture avec l’art bourgeois. Alternance d’intégration et de désintégration, la rupture proudhonienne insiste sur la phase destructrice du processus, condition essentielle d’une renaissance ou d’un renouvellement. Mais, prise à la fois dans son acception générale de cassure, et dans son acception picturale de mélange, la rupture autorise surtout l’émergence d’une nouvelle conception de l’art. Le traité de Proudhon propose de mettre les artistes hors de tout gouvernement afin que l’œuvre ne devienne jamais une manifestation d’autorité, une entrave à la libre créativité de l’homme : l’art en effet ne peut se contenter de refléter les choses, il doit favoriser leur émancipation. D’autres conceptions des rapports et fonctions de l’image à l’égard du réel peuvent alors émerger. Désindexées des obligations de « représentation » – au sens simultanément esthétique (reproduction) et politique (délégation) –, les images peuvent par exemple nouer des liens directs avec l’acuité d’une action, la franchise d’une pulsion, les complexités d’un désir, la radicalité d’une forme, les excès d’une fantaisie, jusqu’aux plénitudes visionnaires, jusqu’à l’incongruité totale s’il le faut. Au combat contre les prescriptions idéologiques paupérisant l’appréhension d’une supposée réalité, de telles conceptions injectent les énergies de la critique rationnelle aussi bien que de l’onirisme critique dans les images pour, entre autres projets, mettre au jour des présupposés, abolir les diffamations figuratives, rétablir justice, affirmer courage dans leur présent et recréer du devenir. À cet égard, le préambule du séminal essai filmique Rien que les heures (1926) d’Alberto Cavalcanti offre le manifeste éclatant d’une telle entreprise de refondation visuelle.

  • 2 2-3 avril 2010, Institut National d’Histoire de l’Art, Paris.
  • 3 Jean Epstein, Le Cinéma du diable (1947), in Écrits complets – Volume 5 (1945 – 19 (...)
  • 4 Richard Bach Jensen., « The International Anti-Anarchist. Conference of 1898 and the Origin (...)
  • 5 Jean-Luc Godard, « Un cinéaste comme les autres. Entretien », Cinéthique. Nouvelle (...)

2Dans le champ du cinéma, la pensée libertaire intervint très tôt et beaucoup plus massivement que les histoires jusqu’à présent ont bien voulu nous l’enseigner. La fertilisation des arts filmiques par les pensées libertaires s’avère d’une richesse inouïe ; réciproquement, parfois l’anarchisme s’avive et se propage grâce aux flammes allumées sur les écrans, et désormais tout un pan de la création filmique vient enrichir les propositions libertaires par son inventivité visuelle et sonore. Issu des Actes réunis à la suite des Journées d’études « Anarchie et Cinéma – histoires, théories et pratiques des cinémas libertaires »2, empruntant son titre au texte de Jean Epstein, Le Cinéma du diable3, l’ouvrage collectif « Au service des forces de transgression et de révolte » : Histoires, théories et pratiques des cinémas libertaires se fixe plusieurs tâches. Tout d’abord, il pose les questions méthodologiques préalables à l’établissement d’une histoire et d’un corpus cinématographique qui se réclame de l’anarchie, en évitant de présupposer une définition univoque de ce terme et de l’inféoder à une conception unique. Parmi les définitions fréquentes, on trouverait, à une extrémité, l’excitante réduction légaliste élaborée lors de la « Conférence internationale de Rome pour la défense sociale contre les anarchistes » en 1898, qui pointe l’anarchisme comme « tout acte de violence visant à détruire l’organisation sociale4». À l’autre extrémité, l’œcuménisme favorisé par la multiplicité et la porosité constitutives des conceptions anarchistes (anarchisme mutualiste de Pierre-Joseph Proudhon, anarchisme communiste de Mikhaïl Bakounine, anarcho-syndicalisme, syndicalisme révolutionnaire d’Émile Pouget ou Fernand Pelloutier, communisme libertaire de Pierre Kropotkine ou Emma Goldman, éco-anarchisme issu des réflexions d’Elisée Reclus, anarchismes individualistes de Max Stirner, Oscar Wilde ou Ulrike Meinhof, anarchisme « sans adjectif » de Fernando Tarrida del Mármol, Ricardo Mella Cea ou Voltairine de Cleyre, hédonismes libertaires, spontanéismes multiples apparus au cours des luttes à l’instar des « Spontex » de Mai 68, provo hollandais, Black Blocs des années 80, Anonymous électroniques…), caractérise par exemple la définition d’un Jean-Luc Godard alors marxiste-léniniste qui rendait pourtant hommage – sans le nommer – à Makhno, lorsqu’il répondait dans le premier numéro de Cinéthique en 1969 : «  Le vrai sens du terme ‘anarchie’ c’est le conseil ouvrier, les communes, le partage des terres, le partage du travail5». Les contributions de cet ouvrage collectif s’inscrivent sur l’éventail ouvert des films liés aux différents idéaux et gestes libertaires : depuis la lutte armée jusqu’aux pensées de la non-violence, en passant par la concrétisation des utopies et la « propagande par le fait ». Il s’agit d’observer, documenter et mettre en perspective la diversité des pratiques inventées par les réalisateurs engagés ; les formes spécifiques nées de films revendiquant une action concrète, que celle-ci soit d’ordre révolutionnaire, pédagogique, ou simplement émancipatrice ; les puissances de déplacement, de destruction et de proposition théorique dynamisées par l’esprit anarchiste. Enfin, cet ouvrage met en circulation plusieurs documents rares ou inédits concernant l’histoire des cinémas libertaires et, surtout, la parole de certaines de ses figures contemporaines parmi les plus créatrices, enthousiasmantes, libératrices. Que Bernard Baissat, Antoine Barraud, Jean-Pierre Bastid, Jean-Pierre Bouyxou, Hélène Châtelain, Michèle Collery, Alain Declercq, Armand Gatti, Maurice Lemaître, Roland Lethem, Yves-Marie Mahé, F.J. Ossang, Jean-Gabriel Périot, Vladimir Perisic, Frantz Succab, Alain Tanner trouvent ici l’expression de nos vifs remerciements pour leur généreuse participation à cet ouvrage.

3Pour autant, beaucoup reste à faire : bien que ce travail collectif privilégie le plus possible les films, auteurs ou initiatives encore trop méconnus (plutôt que d’étudier à nouveau des cinéastes aussi considérables et passionnants que par exemple Georges Franju, Emile de Antonio, Peter Watkins, Rainer Werner Fassbinder, aux œuvres inépuisables mais désormais, et heureusement, bien documentées et analysées, ou en passe de le devenir comme celles de Lech Kowalski ou Lionel Soukaz), la liste de ceux qui restent à découvrir réclamerait plusieurs autres volumes. Mentionnons en particulier, pour appeler de nos vœux de nouvelles recherches, Alida Dimitriou et Kostas Zyrinis en Grèce, Jean-Pierre Lajournade en France, Óscar Enrique Menéndez Zavala au Mexique, Deborah Twiss aux États-Unis, Jean-Pierre Bekolo ou encore Bassek Ba Kobhio au Cameroun… et saluons l’émergence d’une nouvelle génération dont la virulence et l’efficacité critique défient les oppressions contemporaines, par exemple Franklin López depuis Puerto Rico, Travis Wilkerson aux États-Unis, Pedro Diógenes au Brésil, Agathe Dreyfus, Ivora Cusak, Christine Gabory du collectif « 360° et même plus » ou la coopérative de production les Mutins de Pangée en France, ainsi que tant d’autres groupes en pleine action de par le monde.

Notes

1 Pierre-Joseph Proudhon, Du principe de l’art et de sa destination sociale (1865), Dijon, Les Presses du Réel, 2002.

2 2-3 avril 2010, Institut National d’Histoire de l’Art, Paris.

3 Jean Epstein, Le Cinéma du diable (1947), in Écrits complets – Volume 5 (1945 – 1951), Paris, Independencia, 2014, p. 22.

4 Richard Bach Jensen., « The International Anti-Anarchist. Conference of 1898 and the Origins of Interpol », in Journal of Contemporary History, Vol. 16, No. 2 (Apr., 1981), pp. 323-347.

5 Jean-Luc Godard, « Un cinéaste comme les autres. Entretien », Cinéthique. Nouvelle revue du cinéma nouveau, n°1, 20 janvier 1969, p. 12.

Auteurs

Université Paris 3 Sorbonne nouvelle

Université de Bourgogne Franche-Comté

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

Offert par