Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Quartiers ou rues ? La notion de quartier économique spécialisé dans le monde grec : comparaison des données textuelles et archéologiques

p. 23-37

Résumés

Français
English

Les archéologues du monde grec parlent quelquefois de « quartiers d’artisans » : ainsi, le « quartier du Céramique » à Athènes, le Potters’ Quarter à Corinthe, ou encore an industrial district au sud-ouest de l’Agora d’Athènes, et les agoras elles-mêmes ont été assimilées à des souks ou des shopping centers rassemblant des ateliers-boutiques. Pourtant, si l’on compare les textes anciens et les documents archéologiques, l’expression « quartier d’artisans » ou « quartier économique » peut sembler mal convenir à l’Antiquité grecque. En effet, alors qu’un quartier moderne comprend en principe plusieurs rues, sur une surface assez importante, les quartiers économiques antiques que nous connaissons se réduisent habituellement à une rue et à ses ramifications latérales. Si l’on excepte l’agora et ses abords, qui constituaient l’espace économique par excellence, c’est avant tout la rue qui était autrefois investie par les artisans et les commerçants, éventuellement regroupés par spécialités. On connaît des rues grecques portant des noms de métiers, mais un seul nom de quartier, le Kerameikos d’Athènes : c’est bien parce que les artisans d’une ville grecque vivaient et pensaient d’abord à l’échelle de leur rue.

The archaeologists of the Greek world sometimes speak of “industrial quarters”, namely the “Kerameikos district” at Athens, the “Potters’ quarter” at Corinth, or “an industrial district” southwest of the Athens’ Agora, and the agoras themselves have been considered as souks or ‘shopping centers” composed of both production and commercial shops. However, if we compare ancient texts with archaeological documents, the expression “industrial quarter” or “economic quarter” does no seem to fit for Greek antiquity. In fact, whereas nowadays quarters comprise as a rule several streets covering pretty large areas, the antique economic quarters we know are generally reduced to one street and it’s lateral ramifications. Except for the agora and its immediate surroundings as essential economic center, it is first and foremost the street which was in the past occupied by craftsmen and merchants, with possibly groups of the same speciality. Greek streets bearing crafts names are known, but only one craftsmen quarters’ name, the Kerameikos at Athens. In Greek cities, the street was indeed the common living environment of the craftsmen.

Entrées d’index

Mots-clés : Monde grec, urbanisme, agora, quartier d’artisan, quartier du Céramique, nom de rue


Extrait

1Le terme de « quartier » (angl. Quarter, it. quartiere, all. Stadtviertel) est familier aux archéologues de différents pays, pour désigner une « partie d’une ville dont les habitants ont des points communs »1, sur le plan du voisinage mais aussi, éventuellement, par leurs activités. Il s’agit d’une notion topographique et urbanistique très moderne, souvent liée de nos jours à des structures administratives, d’où une fréquente synonymie avec les mots « zone » ou « secteur ». Toutefois, dans les publications archéologiques, l’emploi du mot « quartier » s’explique surtout par la nécessité de situer sur un plan une partie d’une ville, sa périphérie ou un ensemble de constructions : on connaît ainsi le « quartier du théâtre » à Délos ou le « quartier de la Porte du Silène » à Thasos. Il est moins fréquent que le terme soit lié à une certaine concentration d’artisans. En tout cas, pour les potiers, les archéologues parlent couramment du quartier du Céramique à Athènes, parce que l’e

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques qui l’ont acquis dans le cadre de l’offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.