Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire de l’éducation populaire, 1815-1945

 | 
Carole Christen
, 
Laurent Besse

Préambule. Une enquête, un objet : L’éducation populaire

L’histoire de l’éducation populaire en chantier : quelques points de repère

Laurent Besse et Carole Christen

Texte intégral

  • 1 On songe aux travaux de Jean-Baptiste Duroselle, Les débuts du catholicisme social en France (1822- (...)
  • 2 Récemment encore, cf. Hervé Terral, Éduquer les pauvres, former le peuple. Généalogie de l’enseigne (...)
  • 3 Pour présenter ce panorama des travaux sur l’éducation populaire, nous avons privilégié, sauf excep (...)

1L’éducation populaire a un long passé mais son histoire est récente. Ce n’est que depuis le tournant des années 1980 qu’elle a fait l’objet d’études systématiques et spécifiques. Des travaux pionniers en avaient auparavant abordé certains aspects, mais le plus souvent de manière périphérique, leur véritable objet se situant ailleurs, dans l’histoire religieuse ou dans celle du mouvement ouvrier1, tendance qui n’a pas totalement disparu. Le caractère protéiforme de l’éducation populaire, son aspect foisonnant, pour ne pas dire éclaté, ne peuvent que favoriser ces tendances centrifuges, accentuées par les écarts de prestige social et intellectuel entre l’éducation populaire et des domaines connexes mais jouissant d’une meilleure considération. Citons pour la période la plus contemporaine, l’écart existant entre l’avancée des études sur les politiques culturelles et le retard relatif de celles concernant l’animation socioculturelle, héritière d’une éducation populaire à visée culturelle. Concernée par le politique mais ne relevant pas des objets traditionnels abordés par une histoire politique, même renouvelée, participant à l’histoire culturelle mais non à celle des innovations culturelles, l’éducation populaire a longtemps souffert de sa bâtardise et fut abandonnée par les historiens à d’autres, philosophes ou sociologues2. Difficulté supplémentaire, la promotion de l’histoire de l’éducation populaire comme projet spécifique fut chronologiquement le fait de militants qui cherchaient à fonder par l’histoire, la légitimité et l’unité d’un objet qui ne s’imposaient pas par elles-mêmes. Autant dire que le paysage qui en résulte est complexe, inégalement exploré, et que la cartographie qui est esquissée ci-après ne peut être que lacunaire et complexe3.

Généalogie militante

  • 4 Albert Léger, délégué général de la FFMJC (Fédération française des maisons des jeunes et de la cul (...)
  • 5 Bénigno Cacérès, Histoire de l’éducation populaire, Paris, Seuil, 1964 ; Bénigno Cacérès, Les deux (...)
  • 6 Frédéric Chateigner, « Éducation populaire » : les deux ou trois vies d’une formule, thèse de docto (...)
  • 7 B. Cacérès, Histoire de l’éducation populaire, op. cit., p. 5.
  • 8 Jean-Paul Richez, « La mémoire légendaire de l’éducation populaire », POUR, n° 181, mars 2004, p. 1 (...)

2La nécessité d’écrire l’histoire de l’éducation populaire fut affirmée à plusieurs reprises dans l’après-guerre et les années 1950, par des responsables associatifs qui pointaient le caractère peu cumulatif de leurs efforts, condamnés à disparaître avec chaque génération, accentué par la faiblesse institutionnelle de l’éducation populaire4. C’est dans cette perspective qu’il faut replacer la publication du premier ouvrage intitulé Histoire de l’éducation populaire en 1964, dans la collection « Peuple et culture » aux éditions du Seuil, très lue par la frange intellectuelle des militants d’éducation populaire. La publication résultait des cours et conférences réalisés par l’auteur, Benigno Cacérès, membre fondateur de Peuple et culture et inlassable militant de l’éducation populaire5. Elle mettait en avant une vision œcuménique en phase avec la vague d’institutionnalisation des années 1960, marquée par l’affaiblissement des tensions idéologiques entre courants rivaux et la reconnaissance par les pouvoirs publics6. La phrase d’ouverture du livre résumait le propos qui unifiait une histoire complexe orientée par un présent pensé comme le temps de la construction d’un nouveau domaine d’intervention sociale : « Entre le rapport de Condorcet à la Convention en 1792 et la notion actuelle d’éducation permanente, s’inscrit l’histoire de l’éducation populaire »7. Repris dans les formations d’animateurs, mais également cité dans des ouvrages universitaires, le « Cacérès » – dont il ne faut pas sous-estimer les qualités – a contribué à une meilleure connaissance du passé de l’éducation populaire mais a également nourri « la mémoire légendaire de l’éducation populaire », pour reprendre le titre d’un article de Jean-Claude Richez8. C’était un peu comme si le seul ouvrage sur l’histoire du mouvement ouvrier avait été rédigé par un militant syndicaliste, au moment où le syndicalisme français, historiquement divers et fait d’héritages multiples, aurait été en voie d’unification. Mais cet ouvrage, largement diffusé pour un livre concernant l’éducation populaire, eut d’autant plus d’influence qu’il n’avait, longtemps, pas d’équivalent.

Le tournant des années 1980

  • 9 Françoise Mayeur, Histoire générale de l’enseignement et de l’éducation en France, t. III : De la R (...)
  • 10 Françoise Mayeur est alors professeur à l’université de Lille 3 dans le département de sciences de (...)
  • 11 Alain Corbin dans son compte-rendu de l’ouvrage de Françoise Mayeur relevait « avec plaisir » qu’on (...)
  • 12 A. Prost, Histoire générale…, op. cit., p. 589-611.
  • 13 Antoine Léon, Histoire de l’éducation populaire en France, Paris, Nathan, 1983. La même année paraî (...)

3Contrairement à ce qu’on aurait pu penser, la crise qui touche les mouvements d’éducation populaire au tournant des années 1980 n’a pas produit d’effet particulier, du moins à moyen terme sur l’historiographie : « la mémoire légendaire » continue à prévaloir dans le milieu professionnel et militant sans grand changement, alors même que le militantisme a été profondément remanié. En revanche, on constate un changement du côté de l’histoire universitaire, puisque l’éducation populaire fait son entrée dans les synthèses d’histoire de l’éducation qui paraissent alors. Elle figure dans les deux tomes de L’histoire générale de l’enseignement et de l’éducation en France, publiée respectivement par Françoise Mayeur pour le XIXe siècle et par Antoine Prost pour la période postérieure, et dans le livre, qui tient autant de l’essai que de la synthèse, de Maurice Crubellier, L’enfance et la jeunesse dans la société française, 1800-19509. Ces publications témoignent du développement que connaît alors l’histoire de l’éducation dans des départements d’histoire ou de sciences de l’éducation10 ou encore au sein du Service d’histoire de l’éducation depuis 1977. L’ambition commune est de sortir d’une histoire des institutions ou des idées pédagogiques, mais également de ne pas privilégier le cadre exclusivement scolaire. Les trois ouvrages évoquent aussi bien l’éducation familiale, ou religieuse que l’éducation extra-scolaire des enfants ou encore l’éducation des adultes11. Notons que l’expression « éducation populaire » est peu présente dans les textes, sauf dans l’ouvrage d’Antoine Prost qui en fait un ancêtre possible de la formation permanente, sans cacher ses doutes quant à la possibilité d’une rencontre effective entre formation professionnelle des adultes et éducation populaire12. Cette perspective est reprise dans un sens plus réducteur par Antoine Léon qui publie en 1983 une Histoire de l’éducation populaire qui traite presque exclusivement de la formation des adultes, en lien avec les centres d’intérêt de son auteur, historien de l’enseignement technique sous la Révolution et spécialiste de l’orientation professionnelle13.

  • 14 Geneviève Poujol, L’éducation populaire. Histoires et pouvoirs, Paris, Les Éditions ouvrières, 1981 (...)
  • 15 Sur l’INEP devenu INJEP (Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire) en 1990 et s (...)
  • 16 Directeur-fondateur du centre d’études et de documentation de l’INJEP. Cf. sa notice dans http://ma (...)
  • 17 Parmi les historiens, on notait la présence de Maurice Agulhon, Pascal Ory ou Jean-Pierre Rioux.
  • 18 Geneviève Poujol, Éléments pour l’histoire de l’éducation populaire : actes des Journées d’études s (...)

4Au même moment paraît l’ouvrage L’éducation populaire : histoires et pouvoirs de Geneviève Poujol, militante à Peuple et culture et sociologue14. Son auteur ne prétend pas faire œuvre d’historienne, bien qu’elle ait été influencée par Maurice Agulhon dans ses recherches sur le monde associatif. L’ouvrage rompt – en partie seulement – avec la vision militante développée par Bénigno Cacérès : il remet en cause l’évidence d’une éducation populaire fondée par le mouvement ouvrier et souligne l’importance des initiatives venues des classes supérieures et moyennes. Il insiste surtout sur l’importance des conflits entre acteurs, mais pour autant, il ne conteste pas la généalogie qui plaçait l’éducation populaire sous le patronage presque exclusif de Condorcet. Mais, au-delà de son livre, la sociologue a largement contribué à rendre possible l’émergence d’une approche fondée sur de véritables enquêtes historiques et à en diffuser les travaux auprès d’une élite de responsables professionnels. En poste à l’INEP (Institut national de l’éducation populaire) de Marly-le-Roi15, elle œuvra, avec Raymond Labourie16, pour que l’histoire ait une place dans les recherches et elle fut à l’initiative d’une série de colloques qui, entre 1975 et 1993, ont fait se croiser acteurs et chercheurs17. Les publications qui en ont été tirées ont dressé le premier panorama pour le XXe siècle d’une éducation populaire, fondé sur des travaux d’historiens et des témoignages18. Plusieurs chercheurs bénéficieront de son soutien à l’INEP (Jean-Paul Martin, Françoise Tétard) ou dans le cadre de la SFCA (Société française des chercheurs sur les associations) – ainsi Sylvie Fayet-Scribe. Ils sont les premiers, dont les travaux seront exclusivement ou principalement consacrés à l’histoire de l’éducation populaire, on les présentera ci-après.

  • 19 Publiée sous le titre : Les universités populaires : 1899-1914. Éducation populaire et mouvement ou (...)

5L’affermissement de cet intérêt nouveau pour l’éducation populaire est sensible également par l’émergence au même moment de quelques travaux non liés au pôle de Marly-le-Roi. Ainsi en 1979, Lucien Mercier soutient sa thèse de 3e cycle sur les universités populaires de la fin du XIXe siècle19. Mais c’est surtout du côté de l’histoire religieuse que la dynamique est la plus nette.

Le poids de l’histoire religieuse et de l’histoire de la jeunesse

  • 20 Le GRECO d’histoire religieuse du CNRS inscrit l’étude des mouvements de jeunesse à son programme e (...)
  • 21 Gérard Cholvy (dir.), Mouvements de jeunesse chrétiens et juifs : sociabilité juvénile dans un cadr (...)
  • 22 Gérard Cholvy, Histoire des organisations et mouvements chrétiens de jeunesse en France (XIXe-XXe s (...)
  • 23 Son mémoire de maîtrise portait en 1969 sur la fédération des patronages catholiques. Il s’est inté (...)
  • 24 Gérard Cholvy, Yvon Tranvouez, Sport, culture et religion : les patronages catholiques (1898-1998), (...)
  • 25 Dans un domaine foisonnant, citons pour ne s’en tenir qu’à des thèses et à quelques colloques : Jea (...)
  • 26 Alain-René Michel, Catholiques en démocratie [l’ACJF de 1918 à 1956], Paris, Le Cerf, 2006 ; Vincen (...)

6Soucieuse d’étudier le rôle des laïcs dans la vie religieuse contemporaine et plus largement les entreprises de reconquête chrétienne, l’histoire religieuse ne pouvait manquer de rencontrer les actions d’éducation populaire. L’aspect le plus saillant de ces travaux est la prise en compte de l’enfance et plus encore de la jeunesse20. Elle découle de l’incontestable supériorité des initiatives religieuses, en particulier catholiques dans ce domaine, phénomène qui est encore plus évident en ce qui concerne les mouvements de jeunesse. Aucune organisation, laïque, républicaine, socialiste ou communiste n’eut une importance comparable aux Scouts de France ou à la JEC (Jeunesse étudiante chrétienne) ou à la JOC (Jeunesse ouvrière chrétienne). La présence parmi les spécialistes d’histoire religieuse contemporaine, d’anciens responsables de ces mouvements, a sans doute également favorisé leur étude, d’autant plus qu’il existait des travaux antérieurs21. Trois types d’organisations ont été étudiés et continuent de l’être, ce qui en fait le domaine le mieux exploré de l’éducation populaire, pour lequel on dispose, de plus, d’une synthèse22. Les patronages, dont l’intérêt avait été souligné de manière précoce par Michel Lagrée23, ont donné lieu à des différentes études qui ont montré la conversion à leur cause d’un clergé initialement réticent et leur importance pour l’enfance et certaines pratiques culturelles du premier XXe siècle24. Les scoutismes ont fait l’objet de travaux surtout après 1990, qui, d’une histoire nécessairement institutionnelle à l’origine, se sont orientés davantage vers les aspects éducatifs et culturels. Loin de se limiter aux Scouts de France, organisation majoritaire, les travaux ont porté également sur les scoutismes juifs et protestants ainsi que sur le scoutisme spiritualiste puis laïque des Éclaireurs de France25. Enfin, l’action catholique a été l’objet de très nombreuses thèses. Son rôle dans la production d’élites, son importance pour les rapports entre institution ecclésiastique et société et la complexité des conflits – religieux, politiques, sociaux – qui l’affectent dans les années 1950-1960 en faisait un objet de choix. Les travaux les plus récents s’efforcent de réévaluer la question des rapports avec la hiérarchie ecclésiale26.

  • 27 Un bilan récent dans les actes des journées d’études organisées par Jean-François Chanet, Philippe (...)
  • 28 Matthieu Brejon de Lavergnée, La société de Saint-Vincent-de-Paul au XIXe siècle. Un fleuron du cat (...)
  • 29 Pascal Bousseyroux, Robert Garric (1896-1967), éducateur catholique du social, thèse de doctorat d’ (...)
  • 30 Denis Lefèvre, Marc Sangnier, l’aventure du catholicisme social, Paris, Éditions Mame, 2008 ; Olivi (...)
  • 31 Lucette Heller-Goldenberg, Les auberges de jeunesse en France des origines à la Libération, thèse d (...)

7Mais hors de ces trois objets majeurs, c’est l’ensemble de l’action chrétienne qui a suscité des travaux27. La thèse de Matthieu Brejon de Lavergnée28 permet de saisir la genèse de la prise en charge de la question sociale par le catholicisme. Les équipes sociales ont également fait l’objet d’une thèse récente29 et l’action silloniste a été étudiée dans des thèses mais également dans des travaux soutenus par la fondation Marc Sangnier, qui promeut la mémoire d’une figure majeure de l’éducation populaire, dont on oublie parfois qu’il fut le fondateur de la LFAJ (Ligue française des Auberges de jeunesse)30. La thèse d’Olivier Prat reconstitue l’introduction des Auberges de jeunesse en France dans le contexte des années 1920. Pour la période postérieure à 1932 en revanche, les Auberges de jeunesse n’ont pas donné lieu à des travaux nouveaux depuis la thèse de Lucette Heller-Goldenberg en 198531.

La part des militants

8Le rôle des hommes et des femmes qui ont fait l’éducation populaire a donné lieu à des inventaires depuis les années 1990. Le Dictionnaire biographique des militants. XIXe-XXe siècles. De l’éducation populaire à l’action culturelle de Geneviève Poujol et Madeleine Romer a permis de découvrir un grand nombre d’acteurs de l’éducation populaire, autres que les figures historiques32. Il a été suivi de l’intégration du corpus des militants d’éducation populaire par le Dictionnaire biographique Jean Maitron pour la période postérieure à 194033. Pour les tomes antérieurs du dictionnaire, l’action éducative avait fait l’objet d’une attention plutôt faible, exception faite d’un intérêt particulier porté aux militants des universités populaires, dont le lien avec le mouvement ouvrier paraissait aller de soi.

  • 34 Cf. les travaux en particulier d’Éric Belouet ainsi que de nombreuses contributions dans Bruno Duri (...)
  • 35 Cf. les différents numéros des Cahiers du GRMF.
  • 36 Michel Chauvière et Bruno Duriez, « Chercheurs et militants peuvent-ils être des partenaires ? », S (...)

9L’histoire de la JOC a été revisitée également sous l’angle de l’action militante, en lien avec son ancrage dans le monde ouvrier. Les anciens jocistes – la JOC après la JOC – ont donné lieu à différentes études portant sur les itinéraires et sur la floraison des initiatives, confirmant la fonction de pépinière militante de la JOC et la variété des investissements de ses membres, dans des initiatives diverses, dont un nombre important relevant de l’éducation populaire34. Il faut noter qu’une partie de ces recherches ont été menées dans le cadre d’une procédure originale réussissant à tenir exigence scientifique et travail avec les anciens militants dans le cadre du GRMF (Groupe de recherche sur les militantismes familiaux)35 autour de Michel Chauvière et Bruno Duriez, selon des procédures qui attestaient la force de la formation acquise dans le cadre de la JOC36.

  • 37 Retour sur les Bourses du travail. Aux sources de l’histoire syndicale française, dossier des Cahie (...)
  • 38 Sur ce point : Nathalie Ethuin, Karel Yon, « Entre travail, citoyenneté et militantisme : un panora (...)
  • 39 Sylvain Pattieu, Tourisme et travail : de l’éducation populaire au secteur marchand (1945-1985), Pa (...)

10Les relations entre éducation populaire et mouvement ouvrier n’ont pas fait l’objet de travaux récents, en dépit d’un regain d’intérêt pour les Bourses du travail qui furent des lieux de contact entre ces deux univers37. La coupure entre éducation populaire, éducation ouvrière et formation syndicale, après 1930 au moins, semble être un point acquis38, que renforce l’orientation grandissante de l’éducation populaire vers les loisirs et le public jeunes et enfants dans la seconde moitié du XXe siècle. On rappellera, toutefois, l’importance des initiatives syndicales dans le domaine du tourisme social, avec Tourisme et travail, une des associations d’éducation populaire née à la Libération39.

Philanthropie, action sociale et éducation des adultes

  • 40 Catherine Duprat, Usage et pratiques de la philanthropie. Pauvreté, action sociale et lien social, (...)
  • 41 François Jacquet-Francillon, Naissances de l’école du peuple, 1815-1870, Paris, Les Éditions de l’A (...)
  • 42 Carole Christen et François Vatin (dir.), Charles Dupin (1784-1873) : savant, économiste, pédagogue (...)
  • 43 Pour une présentation générale cf. Carole Christen, « L’éducation populaire sous la Restauration et (...)
  • 44 Jean-Luc Chappey, Carole Christen et Igor Moullier (dir.), Joseph-Marie de Gérando (1772-1842). Con (...)
  • 45 Giovana Procacci, Gouverner la misère. La question sociale en France 1789-1848, Paris, Le Seuil, 19 (...)
  • 46 Yannick Marec, Bienfaisance communale et protection sociale à Rouen (1797-1927). Expériences locale (...)
  • 47 Dominique Dessertine, Robert Durand, Jacques Eloy, Mathias Gardet, Yannick Marec, Françoise Tétard, (...)
  • 48 Alain Bataille et Michel Cordillot, Former les hommes et les citoyens. Les réformateurs sociaux et (...)

11Au cours des années 1990 et 2000, l’histoire de la philanthropie dans les deux premiers tiers du XIXe siècle a donné lieu à plusieurs travaux universitaires. Ces études abordent l’éducation populaire sans parfois utiliser cette expression. Celle-ci est tout d’abord entendue comme la nécessité d’instruire, d’éduquer et de moraliser les plus pauvres pour répondre à la « question sociale » qui émerge dans les années 1830 et 1840. Catherine Duprat dans son importante thèse40 l’évoque à de nombreuses reprises et François Jacquet-Francillon a montré comment en matière d’éducation populaire, la tradition philanthropique se démarque de la tradition catholique, donnant ainsi lieu à plusieurs naissances de l’école du peuple41. Des figures importantes de la philanthropie et de l’éducation populaire dans le premier XIXe siècle ont fait l’objet de colloques comme Charles Dupin42 qui est à l’origine, sous la Restauration, des cours publics gratuits pour les ouvriers – cours qui prennent leur essor sous la monarchie de Juillet43 – ou Joseph-Marie de Gérando44 principal fondateur en 1815 de la Société pour l’instruction élémentaire et considéré comme un « véritable précurseur du travail social »45. Diverses institutions philanthropiques participent, au XIXe siècle, à l’éducation populaire. Yannick Marec dans ses travaux sur la pauvreté et les moyens d’y faire face – la protection sociale – le montre en étudiant par exemple le rôle du « clou » rouennais ou de la Caisse d’épargne46 et bien sûr la création à la fin du XIXe siècle des maisons sociales, ancêtres des centres sociaux qui se disent non philanthropiques mais relevant de ce qu’on va appeler, l’action sociale47. La question de l’éducation populaire au XIXe siècle préoccupe également les réformateurs sociaux républicains, socialistes et révolutionnaires et les militants et militantes féministes comme le montre le recueil de documents divers rassemblés par Alain Bataille et Michel Cordillot48. Ces travaux révèlent les multiples enjeux socio-économiques et politiques de l’éducation populaire au XIXe siècle.

  • 49 On songe néanmoins à l’ouvrage ancien de Jean-Pierre Guinot, Formation professionnelle et travaille (...)
  • 50 Françoise Laot et Emmanuel de Lescure (dir.), Pour une histoire de la formation, Paris, L’Harmattan (...)
  • 51 Signalons les colloques dont les actes ont été publiés : Gérard Gayot, Philippe Minard (dir.), Les (...)
  • 52 Carole Christen (dir.), L’éducation industrielle et les savoir enseignés aux ouvriers, dossier paru (...)
  • 53 Agnès Sandras (dir.), Des bibliothèques populaires à la lecture publique, Paris, Presses de l’Enssi (...)

12Thématique essentielle de l’éducation populaire et qui tend parfois à se confondre avec elle : l’éducation des adultes, en particulier la formation professionnelle. Celle-ci a longtemps été délaissée par les historiens49 comme le déploraient Françoise Laot et Emmanuel de Lescure qui s’interrogeaient sur « L’histoire de la formation des adultes, un domaine en plein essor ? » dans la présentation-introduction de leur ouvrage issu d’un colloque organisé par le Groupe d’étude – Histoire de la formation des adultes (GEHFA) qui s’est tenu en 200650. Les travaux sur l’histoire de la formation professionnelle et sur l’enseignement technique au XIXe siècle, déjà engagés, se sont poursuivis51, et les cours pour adultes d’alphabétisation et de formation professionnelle, et plus généralement ce qu’on peut nommer « l’éducation industrielle », suscitent actuellement l’intérêt des historiens52. Souvent présentées comme le complément nécessaire aux cours d’adultes, les bibliothèques populaires connaissent aussi un renouvellement historiographique53.

Éducation populaire et État-enseignant

  • 54 Jean-Paul Martin (avec la collaboration de Frédéric Chateigner et Joël Roman), La Ligue de l’enseig (...)
  • 55 Sur les tentatives de transformation de la pédagogie scolaire par l’importation des techniques d’éd (...)

13L’éducation populaire, au moins dans sa version « laïque-républicaine », se veut un projet démopédique visant l’intégration démocratique du peuple, la pédagogie prolongeant et dépassant la politique. Il trouve dans la Ligue de l’enseignement son incarnation durable. Malgré son antériorité et son poids considérable dans le paysage associatif et culturel français, elle n’avait jamais fait l’objet d’une histoire d’ensemble. Le 150e anniversaire fêté en 2016 a vu la publication d’une synthèse majeure par Jean-Paul Martin qui a consacré l’essentiel de ses travaux au monde associatif laïque54. L’ouvrage aborde de multiples aspects de l’action de cette grande confédération en privilégiant la dimension politique. Outre la laïcité qui est la raison d’être de la Ligue, l’auteur examine sur la longue durée deux thématiques : le type de citoyenneté que cette organisation a prétendu promouvoir par l’éducation populaire et enfin le rapport à l’État-enseignant qui pose la question plus large de l’institutionnalisation de la Ligue. Le rôle des enseignants du primaire est essentiel, dès 1894, lorsqu’est lancée « la croisade des lendemains de l’école ». Il ne cessera de se renforcer jusqu’aux années 1970 lorsque les animateurs socioculturels commencent à contester la primauté des enseignants et le projet culturel et politique d’éducation populaire de la Ligue. La logique du « tout à l’Éducation nationale » (Jean-Paul Martin) qui prévalait dans le camp laïque pour toute action éducative – y compris non scolaire – est remise en question, suscitant de douloureuses adaptations. La Ligue constitue sous cet aspect un observatoire privilégié pour observer la complexité des rapports entre l’éducation populaire et une école qu’elle a contribué à faire advenir et à transformer55 tout en s’en détachant.

L’éducation populaire en actes

  • 56 L’ouvrage de J.-P. Martin, La Ligue…, op. cit., apporte des éléments sur ce point mais l’histoire d (...)
  • 57 En réduisant un peu abusivement leur portée aux aspects « doctrinaux » qu’ils savent dépasser, sign (...)
  • 58 Annie Bruter (dir.), Le cours magistral XV-XXe siècles, dossier Histoire de l’éducation, n° 120, 20 (...)
  • 59 Alain Corbin, Les Conférences de Morterolles. Hiver 1895-1896. À l’écoute d’un monde disparu, Paris (...)
  • 60 Sur l’action des instituteurs de la fin du XIXe siècle, cf. également Christophe Granger, « La “pet (...)

14Si le rôle des instituteurs dans l’éducation populaire laïque est un phénomène connu, le détail concret de leur action au quotidien reste encore à découvrir ou redécouvrir, faute d’études systématiques56. Ce point vaudrait pour la plus grande partie des actions d’éducation populaire, tant les travaux ont dans l’ensemble privilégié les aspects institutionnels et doctrinaux57. Suivant une tendance perceptible dans l’histoire de l’enseignement qui s’est intéressée au cours magistral58 ou aux examens, des recherches récentes ont porté sur les techniques d’éducation populaire. Ainsi, Alain Corbin a restitué récemment les conférences données à la fin du XIXe siècle par un instituteur de Haute-Vienne, mettant en avant l’importance d’une culture de l’oralité. L’historien a tenté « d’imaginer l’appétit de savoir qui poussait des cohortes obscures à venir entendre [l’instituteur], dans les nuits froides de l’hiver »59, permettant d’approcher les publics, qui restent les inconnus, sinon les oubliés de l’historiographie, quelle que soit la période60.

  • 61 Ce point est l’occasion d’attirer l’attention sur le fait qu’il y a aujourd’hui davantage d’enseign (...)
  • 62 Ainsi le petit manuel fort utile de Jean-Pierre Augustin et Jacques Ion, Des loisirs et des jeunes  (...)
  • 63 Qui regroupent leurs usagers selon des logiques initialement idéologiques et non pas seulement par (...)
  • 64 Laurence Munoz, Une histoire du sport catholique : la Fédération sportive et culturelle de France 1 (...)
  • 65 Valérie Vignaux, Jean Benoît-Lévy ou le corps comme utopie : une histoire du cinéma éducateur dans (...)

15Depuis une quinzaine d’années, l’étude des pratiques ou méthodes d’éducation populaire doit beaucoup à des travaux qui relèvent de disciplines en essor : l’histoire des activités physiques et sportives, les études cinématographiques et, dans une moindre mesure, les sciences de l’éducation61. Quelques ouvrages des années 1990 s’efforçaient déjà de les prendre en compte62. Mais les années 2000 ont vu la publication de nombreux travaux sur les pratiques sportives dans le cadre de fédérations affinitaires63, qui se revendiquent de l’éducation populaire64. C’est au tour des pratiques liées au cinéma de susciter depuis quelques années des recherches historiques : cinéma éducateur, cinéma de patronage, ciné-clubs sont systématiquement étudiés65.

  • 66 Sur le Théâtre National Populaire, signalons les travaux d’Emmanuelle Loyer, Le théâtre citoyen de (...)
  • 67 Olivier Chovaux, Des colonies de vacances à l’économie sociale : histoire de l’UFCV (1907-2007), Ma (...)

16En revanche, le théâtre d’éducation populaire66 ou surtout l’histoire des techniques pédagogiques restent des champs pratiquement vierges. La plupart des techniques d’animation utilisées aujourd’hui s’inscrivent pourtant dans une longue histoire. Or les colonies de vacances ont suscité plusieurs recherches importantes mais leurs pratiques pédagogiques n’ont pas encore été étudiées de manière systématique67. Tout un patrimoine de jeux, de chants est à inventorier et à redécouvrir. L’apport de l’éducation populaire pour des générations de Français est pourtant à chercher d’abord dans ces pratiques culturelles et sportives.

Des archives pour l’éducation populaire

  • 68 Ces organisations le financent avec le conseil départemental du Val-de-Marne. Présentation du Pajep (...)
  • 69 La bibliographie complète de Françoise Tétard et certains de ses articles en texte intégral seront (...)
  • 70 Danielle Tartakowky et Françoise Tétard, Syndicats et associations . Concurrence ou complémentarité(...)
  • 71 Laurent Besse, Les MJC. De l’été des blousons noirs à l’été des Minguettes, 1959-1981, Rennes, Pres (...)
  • 72 Françoise Tétard, Denise Barriolade, Valérie Brousselle, Jean-Paul Egret (coord.), Cadres de jeunes (...)

17L’un des faits notables des quinze dernières années est la création du Pajep (Pôle des archives des associations de jeunesse et d’éducation populaire) en 1999. Chargé de favoriser la préservation des archives des organisations, cet organisme témoigne d’une forme de conciliation entre les deux histoires de l’éducation populaire évoquées au début de cette présentation, puisqu’il repose sur la collaboration des organisations de jeunesse et d’éducation populaire68, de chercheurs et de partenaires institutionnels, en particulier des services d’archives. Sa création doit beaucoup à Françoise Tétard (1953-2010) qui milita – le mot n’est pas trop fort – pour la prise en compte de l’histoire par les acteurs de l’éducation populaire. Ses travaux très variés, mais souvent mal diffusés, font d’elle « la » spécialiste de la question au cours des décennies 1990 et 200069. Elle s’attacha surtout au monde associatif et à ses relations complexes avec les pouvoirs publics70 et entreprit un effort de sensibilisation à la conservation du patrimoine que constituent les fonds documentaires des associations et des militants. « Pas d’histoire sans archives » avait-elle coutume de rappeler, évidence pour ses collègues historiens mais qui ne l’était pas pour les militants auxquels elle s’adressait, soucieux, pour les plus concernés d’entre eux par l’histoire, de recueillir des témoignages oraux mais ne percevant pas l’intérêt de conserver les traces écrites de leur action. Cette sensibilisation et l’investissement des services d’archives dans la collecte ont permis, en une quinzaine d’années, le versement de nombreux fonds qui concernent très majoritairement le XXe siècle, en particulier après 1945. La dynamique créée par le Pajep a favorisé des travaux menés à partir de ses archives, dans une perspective qui a mis l’accent en particulier sur les aspects d’institutionnalisation du secteur et l’essor de l’animation socioculturelle au cours des années 1960-197071. Outre de nombreuses journées d’études, cet organisme a organisé trois colloques réunissant chercheurs, archivistes et militants d’éducation populaire72.

Histoire, mémoire et renouveau militant

  • 73 F. Chateigner, « Éducation populaire » : les deux ou trois vies d’une formule, op. cit.
  • 74 Ainsi une partie de la critique sociale s’en revendique, l’exemple le plus connu étant l’associatio (...)
  • 75 Alice Krieg-Planque, « “La conférence gesticulée” comme théâtre politique et expérience personnelle (...)

18Depuis le milieu des années 1990, l’éducation populaire a bénéficié d’un certain regain d’intérêt, du moins si l’on analyse les discours, car les associations connaissent au quotidien des difficultés financières, institutionnelles et pédagogiques73. Le contraste est net avec les années 1980 où l’objet et sa désignation avaient subi une dévalorisation flagrante : l’éducation populaire est de nouveau affirmée avec une certaine force et elle connaît même une fortune nouvelle dans des secteurs où elle était peu revendiquée au cours des décennies précédentes74. Un effort de réflexion a été mené : il passe d’abord par une critique de l’institutionnalisation de l’éducation populaire, avec pour corollaire une volonté de repolitisation. Franck Lepage et les groupes qui sont proches de lui incarnent, depuis une vingtaine d’années, cette tendance qui rencontre un certain succès, au moins sur le plan idéologique. Sa caractéristique la plus originale est d’avoir inventé et promu de nouvelles méthodes, dont la plus connue est la « conférence gesticulée »75 – style de spectacle entre le théâtre et la conférence qui mêle le récit d’éléments vécus par les conférenciers (« savoirs chauds ») et des éléments de théorie (« savoirs froids »), et qui vise à donner des clés de compréhension de la société et à développer l’esprit critique des spectateurs.

  • 76 Jean-Marie Mignon, Une histoire de l’éducation populaire, Paris, La Découverte, 2007. Cet ouvrage q (...)
  • 77 Voir à ce sujet Jean-François Condette, « Entre mémoires éducatives et histoire de l’éducation. Une (...)
  • 78 Parmi les beaux livres mais bons livres sur le sujet : Mathias Gardet, Les colonies de vacances¸ Pa (...)
  • 79 Il est intéressant de noter que le 150e anniversaire de la Ligue de l’enseignement a donné lieu à l (...)

19Il est difficile d’évaluer les effets de ce renouveau sur l’historiographie, au-delà d’un constat de bon sens : un objet dépoussiéré attire sans doute davantage les chercheurs. Un seul ouvrage à visée synthétique est paru, qui n’est pas le fait d’un chercheur professionnel mais d’un formateur, praticien de l’éducation populaire, Jean-Marie Mignon, conseiller technique et pédagogique supérieur de Jeunesse et sports. Une histoire de l’éducation populaire, qui ne traite que de la période postérieure à 1945, en dépit de son titre, témoigne de la poursuite d’une tradition croisant apports de la recherche scientifique – encore limités pour la période considérée – et connaissance « indigène » de l’objet76. C’est du côté des acteurs que l’intérêt pour le passé de l’éducation populaire a davantage crû au cours de cette période. La fondation du Pajep, son financement pour partie par des organismes d’éducation populaire, s’inscrit dans ce contexte. Les historiens peuvent également témoigner des très nombreuses sollicitations dont ils sont l’objet de la part des acteurs du secteur. Non sans ambigüités d’ailleurs : on leur demande de venir parler d’histoire mais on attend parfois qu’ils se muent en prophètes de l’éducation populaire ou plus banalement qu’ils mettent en forme une mémoire. Ce fut le grand mérite de Françoise Tétard que de combattre inlassablement cette tendance, avec un réel succès si l’on compare avec la situation des années 1980. Par ailleurs, le risque de la simple patrimonialisation existe, comme pour le reste de l’histoire de l’éducation77 : il sera toujours plus facile de célébrer des anniversaires d’associations ou publier de beaux livres sur l’histoire des colonies de vacances78 que sur celle des pratiques pédagogiques concrètes79.

  • 80 G. Poujol, « Un nouveau projet : l’action culturelle », F. Tétard, « L’éducation populaire : l’hist (...)
  • 81 Franck Lepage, Les stages de réalisation 1945-1995. Histoire et modernité d’un dispositif original (...)
  • 82 J.-C. Richez, « La mémoire légendaire… », art. cit.

20Le phénomène le plus intéressant tient à la manière dont des acteurs ont su s’emparer des travaux de la recherche, en particulier historique, pour repenser l’éducation populaire aujourd’hui. Ainsi la découverte, au départ fortuite, par Françoise Tétard des racines d’un conflit d’attribution entre l’administration de Jeunesse et sports et le nouveau ministère des Affaires culturelles au début des années 1960 a-t-elle largement contribué à faire émerger un pan oublié de l’histoire du secteur, ce que Geneviève Poujol a appelé la captation de l’héritage de l’éducation populaire par le nouveau secteur des politiques culturelles en voie d’émergence80. La coupure entre action culturelle et éducation populaire ou, pour parler en termes institutionnels, entre Culture et Jeunesse et sports n’apparaissait plus ainsi comme aussi évidente qu’on pouvait le penser dans les années 1980 : elle découle, pour partie, d’un partage institutionnel du début des années 1960. Cette redécouverte rencontrait les attentes de militants soucieux de contester ce qu’ils estimaient être le monopole indu du ministère de la Culture sur les questions culturelles. L’un d’entre-eux, Franck Lepage, évoqué plus haut, s’en est emparé pour mener une recherche à caractère historique sur les stages de réalisation. Il en a tiré un spectacle qui revient sur l’éducation populaire de l’après-guerre81 : largement diffusé dans le réseau militant et en ligne, il a davantage fait pour remettre en cause « la mémoire légendaire »82 auprès du public militant que les travaux des historiens. Le risque d’écrire une autre légende n’est pas totalement écarté : le spectacle surestime la dimension proprement politique de l’éducation populaire de la Libération (au détriment des aspects artistiques et culturels) et sous-estime en partie les clivages entre « éducation populaire » et « action culturelle » avant 1959, ne serait-ce que sous l’angle de la sociologie des publics.

  • 83 Voir en particulier Jean-Claude Richez, « L’éducation populaire à l’épreuve du service social : les (...)

21L’hybridation entre recherche historique et réflexion militante ou « indigène » joue également en sens inverse. Ainsi le rapprochement incité par les pouvoirs publics au cours des années 2000 entre les associations d’éducation populaire et l’action sanitaire et sociale a-t-il conduit les historiens à se replonger sur le passé des relations entre ces deux univers qui paraissaient jusqu’alors relativement étrangers l’un à l’autre, ouvrant la voie à des recherches stimulantes sur les rapports entre pédagogie et action sociale83.

  • 84 La découverte par les acteurs de l’animation de la complexité des rapports avec l’institution scola (...)

22À une période où l’histoire, comme les autres sciences sociales, est plus attentive qu’auparavant aux questions de désignation, aux frontières et s’efforce de mieux débusquer les fausses continuités et, au contraire, de retrouver des pistes oubliées, la « bâtardise » de l’éducation populaire, son foisonnement peuvent constituer des terrains d’investigation stimulants. Plusieurs conditions sont toutefois nécessaires. La première est de disposer d’archives, ce qui est dorénavant le cas pour le XXe siècle. La seconde repose sur la nécessité de ne pas enfermer cette histoire sur elle-même, en particulier sur une histoire institutionnelle, même si celle-ci est également nécessaire. La dernière condition enfin découle de la nécessité de replacer l’éducation populaire dans l’histoire plus générale de l’éducation. La transformation majeure des deux derniers siècles en matière éducative est la généralisation d’une scolarisation obligatoire au XIXe siècle et sa prolongation au suivant. L’éducation populaire s’est construite dans ce contexte, dans un rapport de proximité et d’opposition avec les méthodes scolaires – « contre » l’école, au double sens du terme. Or ses artisans ont parfois oublié cet aspect, comme parfois les historiens à leur suite. L’un des enjeux pour l’histoire, mais également peut-être pour l’éducation, populaire et scolaire, est pourtant de repenser sur la longue durée ces rapports complexes84.

Notes

1 On songe aux travaux de Jean-Baptiste Duroselle, Les débuts du catholicisme social en France (1822-1870), Paris, PUF, 1951 ou ceux de Georges Duveau, La pensée ouvrière sur l’éducation pendant la Seconde république et le Second Empire, Paris, Montchrestien, 1948.

2 Récemment encore, cf. Hervé Terral, Éduquer les pauvres, former le peuple. Généalogie de l’enseignement professionnel français, Paris, L’Harmattan, 2009 ; Alain Vergnioux, George Sand et l’éducation populaire. Leroux, Nadaud, Perdiguier, Limoges, Lambert-Lucas, 2014.

3 Pour présenter ce panorama des travaux sur l’éducation populaire, nous avons privilégié, sauf exception, les ouvrages, en particulier thèses et actes de colloques.

4 Albert Léger, délégué général de la FFMJC (Fédération française des maisons des jeunes et de la culture) écrivait en 1953 qu’il faudrait que le CNRS soit chargé d’écrire l’histoire de l’éducation populaire afin de faire un inventaire des actions menées. Archives de la FFMJC, Communication d’A. Léger oct. 1953. Vrac années 1950 (archives de la délégation générale).

5 Bénigno Cacérès, Histoire de l’éducation populaire, Paris, Seuil, 1964 ; Bénigno Cacérès, Les deux rivages. Itinéraire d’un animateur d’éducation populaire, Paris, Maspéro, 1982 ; cf. l’article-hommage écrit par Joffre Dumazedier, « Bénigno Cacérès ou les deux rivages », Esprit, n° 2, février 1992, p. 103-113.

6 Frédéric Chateigner, « Éducation populaire » : les deux ou trois vies d’une formule, thèse de doctorat en science politique, université de Strasbourg, 2012.

7 B. Cacérès, Histoire de l’éducation populaire, op. cit., p. 5.

8 Jean-Paul Richez, « La mémoire légendaire de l’éducation populaire », POUR, n° 181, mars 2004, p. 114.

9 Françoise Mayeur, Histoire générale de l’enseignement et de l’éducation en France, t. III : De la Révolution à l’école républicaine, Paris, France, G.-V. Labat éditeur, 1981 ; Antoine Prost, Histoire générale de l’enseignement et de l’éducation en France, t. 4 : L’École et la famille dans une société en mutation depuis 1930, Paris, France, Nouvelle Librairie de France, Paris, G.-V. Labat, 1981, ; Maurice Crubellier, L’enfance et la jeunesse dans la société française, 1800-1950, Paris, France, A. Colin, 1979.

10 Françoise Mayeur est alors professeur à l’université de Lille 3 dans le département de sciences de l’éducation qu’elle a fondé, Jean-Noël Luc, « Françoise Mayeur (1933-2006). Les territoires d’une historienne », Histoire de l’éducation [En ligne], 115-116 | 2007, consulté le 3 avril 2016. URL : http://histoire-education.revues.org/1418.

11 Alain Corbin dans son compte-rendu de l’ouvrage de Françoise Mayeur relevait « avec plaisir » qu’on voyait dans l’ouvrage « coexister l’Œuvre des Cercles et les Universités populaires », Histoire de l’éducation, n° 17, 1982, p. 88-91.

12 A. Prost, Histoire générale…, op. cit., p. 589-611.

13 Antoine Léon, Histoire de l’éducation populaire en France, Paris, Nathan, 1983. La même année paraît l’ouvrage de Noël Terrot, Histoire de l’éducation des adultes en France. La part de l’éducation dans la formation des travailleurs : 1789-1971, Paris, Edilig, 1983 (dans la nouvelle édition mise à jour en 1997 chez L’Harmattan est incluse la période 1971-1983).

14 Geneviève Poujol, L’éducation populaire. Histoires et pouvoirs, Paris, Les Éditions ouvrières, 1981. Sur le parcours et l’œuvre de Geneviève Poujol, cf. Francis Lebon, Pierre Moulinier, Jean-Claude Richez et Françoise Tétard, Un engagement à l’épreuve de la théorie. Itinéraires et travaux de Geneviève Poujol, Paris, L’Harmattan, 2008.

15 Sur l’INEP devenu INJEP (Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire) en 1990 et son rôle dans la recherche : Jean-Claude Richez, « L’INJEP et l’éducation populaire dans toutes leurs histoires », Vie sociale, 2009, n° 4, p. 19-45.

16 Directeur-fondateur du centre d’études et de documentation de l’INJEP. Cf. sa notice dans http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?page=article_long&id_article=137408.

17 Parmi les historiens, on notait la présence de Maurice Agulhon, Pascal Ory ou Jean-Pierre Rioux.

18 Geneviève Poujol, Éléments pour l’histoire de l’éducation populaire : actes des Journées d’études sur l’histoire de l’éducation populaire organisées par l’Institut national d’éducation populaire les 28-29-30 avril 1975¸ INEP, Marly le Roi, 1976 ; Éducation populaire 1920-1940 [colloque Marly nov. 1979] , dossier publié dans les Cahiers de l’animation n° 32, 1981 ; Éducation populaire jeunesse dans la France de Vichy [colloque de Marly déc. 1983], dossier publié dans les Cahiers de l’Animation, n° 49-50, 1985 ; Jean-Paul Martin (dir.) L’espérance contrariée (1944-1947) : éducation populaire et jeunesse à la Libération, dossier paru dans Les Cahiers de l’animation, n° 57-58, déc. 1986 ; Geneviève Poujol (dir.), L’éducation populaire au tournant des années soixante: État, mouvement, sciences sociales, Marly-le-Roi, INJEP, 1993, (actes des journées d’études organisées par Peuple et culture en nov. 1991) ; Geneviève Poujol (dir.), Éducation populaire : le tournant des années 70, L’Harmattan, 2000. Mal diffusées, ces publications restent cependant des références irremplaçables sur certains sujets.

19 Publiée sous le titre : Les universités populaires : 1899-1914. Éducation populaire et mouvement ouvrier au début du siècle, Les Éditions ouvrières, 1986. Le colloque organisé à l’université de Lille en 1986 sur les expériences d’éducation populaire dans l’Europe du Nord-Ouest depuis le début du 20e siècle, dont les actes ont été publiés par Georges Ueberschlag et Françoise Muller, Éducation populaire: objectif d’hier et d’aujourd’hui, Lille, Presses universitaires de Lille, 1987, ne comporte que deux communications à propos de la France, dont celle de Lucien Mercier qui résume sa thèse.

20 Le GRECO d’histoire religieuse du CNRS inscrit l’étude des mouvements de jeunesse à son programme en juin 1981.

21 Gérard Cholvy (dir.), Mouvements de jeunesse chrétiens et juifs : sociabilité juvénile dans un cadre européen, Paris, France, Éd. du Cerf, 1985. Parmi les travaux plus anciens : Charles Molette, L’association catholique de la jeunesse française 1886-1907 ; une prise de conscience du laïcat catholique, Paris, A. Colin, 1968 et l’article de synthèse de Yves-Marie Hilaire, « L’ACJF. Les étapes d’une histoire (1886-1956) », Revue du Nord, 1984, n° 266, p. 903-916 ; sur le Sillon signalons la thèse de Jeanne Caron, Le Sillon et la démocratie chrétienne, 1894-1910, Paris, Plon, 1967 et sur l’œuvre des Cercles catholiques d’ouvriers, la thèse de Philippe Levillain, Albert de Mun, Catholicisme français et catholicisme romain du Syllabus au Ralliement, Éditions de l’école française de Rome, 1983.

22 Gérard Cholvy, Histoire des organisations et mouvements chrétiens de jeunesse en France (XIXe-XXe siècle), Paris, Le Cerf, 1999.

23 Son mémoire de maîtrise portait en 1969 sur la fédération des patronages catholiques. Il s’est intéressé également de manière précoce au cinéma de patronage.

24 Gérard Cholvy, Yvon Tranvouez, Sport, culture et religion : les patronages catholiques (1898-1998), Brest, CRBC, 1999. Pour une étude comparée en miroir des patronages catholiques et laïques : Dominique Dessertine et Bernard Maradan, L’âge d’or des patronages (1919-1939). La socialisation de l’enfance par les loisirs, Vaucresson, CNFE-PJJ, 2001.

25 Dans un domaine foisonnant, citons pour ne s’en tenir qu’à des thèses et à quelques colloques : Jean-Jacques Gauthé, Le scoutisme en France : inventaire de la bibliographie et des sources, Montpellier, 1997, CRHM ; Christian Guérin, L’utopie Scouts de France, Paris, Fayard, 1997 ; Marie-Thérèse Cheroutre, Le scoutisme au féminin : les Guides de France, 1923-1998, Paris, Le Cerf, 2002 ; Alain Michel, Juifs, Français et scouts : l’histoire des E.I. de 1923 aux années 1990, Jérusalem, Elkana, 2002, ; Arnaud Baubérot, L’invention d’un scoutisme chrétien : les Éclaireurs unionistes de 1911 à 1921, Paris, Les Bergers et les Mages, 1997 ; Nicolas Palluau, La Fabrique des pédagogues. Encadrer les colonies de vacances, 1919-1939, Rennes, Presses universitaire de Rennes, 2013 ; Julien Fuchs, Toujours prêts ! Scoutisme et mouvements de jeunesse en Alsace, 1918-1970, Strasbourg, La Nuée Bleue, 2007 ; Arnaud Baubérot et Nathalie Duval (dir.), Le scoutisme dans la guerre et dans la paix au XXe siècle, Paris, L’Harmattan, 2006.

26 Alain-René Michel, Catholiques en démocratie [l’ACJF de 1918 à 1956], Paris, Le Cerf, 2006 ; Vincent Flauraud, La JAC dans le Massif central méridional (Aveyron, Cantal) de 1930 à 1960, thèse de doctorat d’histoire, université de Provence, 2003 ; Bernard Giroux, La Jeunesse étudiante chrétienne : des origines aux années 1970, Paris, Le Cerf, 2013,

27 Un bilan récent dans les actes des journées d’études organisées par Jean-François Chanet, Philippe Guignet et Jacques Prévotat à l’université de Lille 3 en 2009, publiés sous le titre Éducation populaire : initiatives laïques et religieuses au XXe siècle, Revue du Nord, hors série, n° 28, 2012. « Laïques » est ici à prendre dans ses deux acceptations (« distinct du clergé » et « partisan de la laïcité »)

28 Matthieu Brejon de Lavergnée, La société de Saint-Vincent-de-Paul au XIXe siècle. Un fleuron du catholicisme social, Paris, Le Cerf, coll. « Histoire religieuse de la France », 2008. Les œuvres de moralisation (comme les patronages) ne sont toutefois pas au centre de l’ouvrage. Cf. également le dernier ouvrage qu’il a dirigé sur le rôle des femmes dans l’action sociale catholique : Des filles de la Charité aux Sœurs de Saint-Vincent de Paul, Paris, Honore Champollion, 2016.

29 Pascal Bousseyroux, Robert Garric (1896-1967), éducateur catholique du social, thèse de doctorat d’histoire, université Paris 7-Denis Diderot, 2011.

30 Denis Lefèvre, Marc Sangnier, l’aventure du catholicisme social, Paris, Éditions Mame, 2008 ; Olivier Prat, Marc Sangnier et la Paix : Bierville et les Congrès démocratiques (1921-1932), thèse de doctorat d’histoire, université Paris Sorbonne, 2003 ; Jean-Marie Mayeur, Le Sillon de Marc Sangnier et la démocratie sociale [actes du colloque des 18 et 19 mars 2004], Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2006.

31 Lucette Heller-Goldenberg, Les auberges de jeunesse en France des origines à la Libération, thèse d’État, université de Nice, 1985. À noter sur l’après-guerre, la fiche très utile sur le site du Pajep, permettant de se repérer dans un univers d’une grande complexité institutionnelle : http://archives.valdemarne.fr/content/fiches-th%C3%A9matiques-de-recherche.

32 Geneviève Poujol et Madeleine Romer, Dictionnaire biographique des militants. XIXe-XXe siècles. De l’éducation populaire à l’action culturelle, Paris, L’Harmattan, 1996. À noter également, la présence de militantes actives dans l’éducation populaire dans deux ouvrages : Évelyne Diebolt, Les femmes dans l’action sanitaire, sociale et culturelle 1901-2001, Paris, Femmes et associations, 2001 ; Sylvie Fayet-Scribe, Associations féminines et catholicisme XIXe-XXe siècles, Paris, Les Éditions ouvrières, 1990.

33 http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/.

34 Cf. les travaux en particulier d’Éric Belouet ainsi que de nombreuses contributions dans Bruno Duriez, Étienne Fouilloux, Alain-René Michel, Chrétiens et ouvriers en France 1937-1970, Les Éditions de l’Atelier, Paris, 2001.

35 Cf. les différents numéros des Cahiers du GRMF.

36 Michel Chauvière et Bruno Duriez, « Chercheurs et militants peuvent-ils être des partenaires ? », SociologieS [En ligne], Dossiers, Les partenariats de recherche, mis en ligne le 18 octobre 2011, consulté le 9 avril 2016. URL : http://sociologies.revues.org/3609.

37 Retour sur les Bourses du travail. Aux sources de l’histoire syndicale française, dossier des Cahiers d’histoire, revue d’histoire critique, n° 116-117, 2011 ; David Hamelin, « Les Bourses du travail : entre éducation politique et formation professionnelle », Le Mouvement social, 2/2011 (n° 235), p. 23-37.

38 Sur ce point : Nathalie Ethuin, Karel Yon, « Entre travail, citoyenneté et militantisme : un panorama des travaux sur les relations polyphoniques entre syndicalisme et formation », Savoirs 3/2010 (n° 24), p. 9-57, en particulier p. 4-17.

39 Sylvain Pattieu, Tourisme et travail : de l’éducation populaire au secteur marchand (1945-1985), Paris, Presses de Sciences Po, 2009.

40 Catherine Duprat, Usage et pratiques de la philanthropie. Pauvreté, action sociale et lien social, à Paris, au cours du premier XIXe siècle, Paris, Comité d’histoire de la Sécurité sociale, 1996, 2 vol.

41 François Jacquet-Francillon, Naissances de l’école du peuple, 1815-1870, Paris, Les Éditions de l’Atelier, 1995. La pluralité des écoles du peuple entendues au sens large incluant l’alphabétisation des adultes à « l’école du soir », voire leur formation professionnelle avant les lois Ferry est l’objet d’un dossier en préparation : Carole Christen, Caroline Fayolle (dir.), Les écoles du peuple à l’ère des révolutions (1815-1880), Revue d’histoire du XIXe siècle, n° 55, 2017-2.

42 Carole Christen et François Vatin (dir.), Charles Dupin (1784-1873) : savant, économiste, pédagogue et parlementaire, du Premier au Second Empire, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Carnot », 2009.

43 Pour une présentation générale cf. Carole Christen, « L’éducation populaire sous la Restauration et la monarchie de Juillet », La Révolution française [en ligne], 2013, n° 4, p. 1 et 3. Mis en ligne le 15 juin 2013, consulté le 17 juillet 2015. URL : http://lrf.revues.org/905.

44 Jean-Luc Chappey, Carole Christen et Igor Moullier (dir.), Joseph-Marie de Gérando (1772-1842). Connaître et réformer la société, Paris, Presses universitaires de Rennes, coll. « Carnot », 2014.

45 Giovana Procacci, Gouverner la misère. La question sociale en France 1789-1848, Paris, Le Seuil, 1993, p. 232.

46 Yannick Marec, Bienfaisance communale et protection sociale à Rouen (1797-1927). Expériences locales et liaisons nationales, Paris, La Documentation française et Association pour l’étude de l’Histoire de la Sécurité sociale, 2 vol., 2002 et Yannick Marec, Pauvreté et protection sociale aux XIXe et XXe siècles. Des expériences rouennaises aux politiques nationales, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Carnot ». Et sur l’éducation à l’épargne populaire et le lien entre l’école et la Caisse d’épargne, cf. Carole Christen, Histoire sociale et culturelle des Caisses d’épargne en France, 1818-1881, Paris, Economica, 2004.

47 Dominique Dessertine, Robert Durand, Jacques Eloy, Mathias Gardet, Yannick Marec, Françoise Tétard, Les centres sociaux 1880-1980. Une résolution locale de la question sociale ?, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septention, 2004.

48 Alain Bataille et Michel Cordillot, Former les hommes et les citoyens. Les réformateurs sociaux et l’éducation, 1830-1880, Paris, Les Éditions de Paris/Max Chaleil, 2010. Cf. aussi Nathalie Brémand, « Les projets éducatifs socialistes des années 1830-1848 : pour former l’homme nouveau », La Révolution française [En ligne], 4 | 2013, http://lrf.revues.org/915.

49 On songe néanmoins à l’ouvrage ancien de Jean-Pierre Guinot, Formation professionnelle et travailleurs qualifiés depuis 1789, Paris, Domat, 1946, et à celui de Bernard Charlot et Madeleine Figeat, Histoire de la formation des ouvriers (1789-1984), Paris, Minerve, 1985.

50 Françoise Laot et Emmanuel de Lescure (dir.), Pour une histoire de la formation, Paris, L’Harmattan, 2008. Et cf. GEHFA, Publications sur l’histoire de la formation des adultes, en ligne : http://gehfa.com/4_Bibliographie/Bibliofraphie.htm.

51 Signalons les colloques dont les actes ont été publiés : Gérard Gayot, Philippe Minard (dir.), Les ouvriers qualifiés de l’industrie (XVIe-XXe siècles). Formation, emploi, migrations, Revue du Nord, n° 15, 2001 ; Gérard Bodé et Philippe Marchand, Formation professionnelle et apprentissage XVIIIe-XXe siècles, Villeneuve-d’Ascq - Paris, co-édition Revue du Nord, hors-série, n° 17 et INRP, 2003 ; Philippe Marchand a consacré un article à un bilan historiographique sur cette question : « L’enseignement technique et professionnel en France 1800-1919. Essai de bilan historiographie », Techniques & Culture, 45, 2005, p. 15-35. Récemment Stéphane Lembré a soutenu une thèse sur la naissance de la formation professionnelle technique dans le Nord de la France publiée sous le titre : L’école des producteurs. Aux origines de l’enseignement technique en France, 1800-1940, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Carnot », 2013 et Histoire de l’enseignement technique, Paris, La Découverte coll. Repères, 2016. Et en juin 2013, Laurent Heyberger et Fabien Knittel ont organisé à l’université de technologie de Belfort-Montbéliard une journée d’étude sur les cultures et les formations techniques des ouvriers et des techniciens aux XVIIIe et XXe siècles dont les actes ont été publiés dans Les cahiers de RECITS, n° 10, 2014.

52 Carole Christen (dir.), L’éducation industrielle et les savoir enseignés aux ouvriers, dossier paru dans Les Études sociales, n° 159, 1er semestre 2014.

53 Agnès Sandras (dir.), Des bibliothèques populaires à la lecture publique, Paris, Presses de l’Enssib, 2014 ; Arlette Boulogne, Des livres pour éduquer les citoyens. Jean Macé et les bibliothèques populaires (1860-1881), Paris, L’Harmattan, 2016.

54 Jean-Paul Martin (avec la collaboration de Frédéric Chateigner et Joël Roman), La Ligue de l’enseignement. Une histoire politique (1866-2016), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2016. Sa thèse : Jean-Paul Martin, La Ligue de l’enseignement des origines à 1914, thèse de doctorat d’histoire, Paris, Institut d’Études Politiques, 1992 et celle de Nathalie Sevilla, La Ligue de l’enseignement. Confédération générale des œuvres laïques 1919-1939, IEP de Paris, 2004.

55 Sur les tentatives de transformation de la pédagogie scolaire par l’importation des techniques d’éducation populaire, outre N. Palluau, La fabrique…, op. cit., Jean-François Condette, « Les loisirs dirigés dans les collèges et les lycées (1937-1939) », Histoire de l’éducation, n° 129, 2011, p. 5-38.

56 L’ouvrage de J.-P. Martin, La Ligue…, op. cit., apporte des éléments sur ce point mais l’histoire de l’action de la Ligue au niveau local n’est pas son objectif.

57 En réduisant un peu abusivement leur portée aux aspects « doctrinaux » qu’ils savent dépasser, signalons la publication de deux anthologies : Yves Palazzeschi, Introduction à une sociologie de la formation : anthologie de textes français, 1944-1994, 2 vol., Paris, L’Harmattan, 1998, qui comporte des éléments importants sur les rapports entre éducation populaire et éducation permanente ainsi que Jean-Michel Ducomte, Jean-Paul Martin, Joël Roman, Anthologie de l’éducation populaire, Toulouse, Éditions Privat, 2013.

58 Annie Bruter (dir.), Le cours magistral XV-XXe siècles, dossier Histoire de l’éducation, n° 120, 2008 et n° 130, 2011.

59 Alain Corbin, Les Conférences de Morterolles. Hiver 1895-1896. À l’écoute d’un monde disparu, Paris, Flammarion, 2011, p. 9.

60 Sur l’action des instituteurs de la fin du XIXe siècle, cf. également Christophe Granger, « La “petite lanterne du progrès”. Instituteurs et éducation populaire aux marges de Paris (1890-1914) », Vingtième siècle. Revue d’histoire, 2012/4, n° 116, p. 69-80, ainsi que les très riches contributions du même auteur sur le site http://www.educationpopulaire93.fr/ [Ces articles sont malheureusement mal référencés].

61 Ce point est l’occasion d’attirer l’attention sur le fait qu’il y a aujourd’hui davantage d’enseignants-chercheurs en STAPS et Études cinématographiques qui consacrent leurs travaux à l’histoire de l’éducation populaire que parmi les historiens au sens de la 22e section du CNU.

62 Ainsi le petit manuel fort utile de Jean-Pierre Augustin et Jacques Ion, Des loisirs et des jeunes : cent ans de groupements éducatifs et sportifs, Paris, Éditions ouvrières, 1993. Une nouvelle édition augmentée doit paraître en 2017 à la Documentation française.

63 Qui regroupent leurs usagers selon des logiques initialement idéologiques et non pas seulement par type de pratiques sportives : ainsi la FSCF (voir note suivante) ou l’UFOLEP (Union française des œuvres laïques d’éducation populaire).

64 Laurence Munoz, Une histoire du sport catholique : la Fédération sportive et culturelle de France 1898-2000, Paris, L’Harmattan, 2003 ; Laurence Munoz (dir.), Des patronages aux associations : la Fédération sportive et culturelle de France face aux mutations socio-culturelles : regards croisés, 1898-2008, Paris, L’Harmattan, 2009. Pierre-Alban Lebecq (dir.), Sports, éducation physique et pratiques affinitaires au XXe siècle, 2 vol., Paris, L’Harmattan, 2003.

65 Valérie Vignaux, Jean Benoît-Lévy ou le corps comme utopie : une histoire du cinéma éducateur dans l’entre-deux-guerres, Paris, AFHC, 2007, ; Pascal Laborderie, Le cinéma éducateur laïque, Paris, L’Harmattan, 2015 ; Frédéric Gimello-Mesplomb, Pascal Laborderie, Léo Souillès-Desbats, La Ligue de l’enseignement et le cinéma : une histoire de l’éducation à l’image 1945-1989, Paris, AHFC, 2016, ainsi que la thèse de doctorat en arts de Léo Souillés-Debats, La culture cinématographique et le mouvement ciné-club : histoire d’une cinéphilie (1944-1999), université de Lorraine, 2013.

66 Sur le Théâtre National Populaire, signalons les travaux d’Emmanuelle Loyer, Le théâtre citoyen de Jean Vilar, une utopie d’après-guerre, Paris, PUF, 1997 et de Laurent Fleury, Le TNP de Vilar, une expérience de démocratisation de la culture, Paris, PUR, 2007.

67 Olivier Chovaux, Des colonies de vacances à l’économie sociale : histoire de l’UFCV (1907-2007), Marly-le-Roi, INEJP, 2008 ; Laura Lee Downs, Histoire des colonies de vacances de 1880 à nos jours, Paris, Perrin, 2009. N. Palluau, Former…, op. cit., s’est intéressé à la formation des moniteurs.

68 Ces organisations le financent avec le conseil départemental du Val-de-Marne. Présentation du Pajep : http://archives.valdemarne.fr/content/pr%C3%A9sentation-0. Les fonds datent majoritairement des années 1930-1990. En quinze ans, le Pôle de conservation des archives des associations de jeunesse et d’éducation populaire (PAJEP) a assuré la préservation d’une centaine de fonds datant majoritairement des années 1930-1990, comportant nombre de documents audiovisuels inédits, publié un guide des sources : http://archives.valdemarne.fr/sites/default/files/sites/default/files/guide%20des%20sources_19_02_2016.pdf.

69 La bibliographie complète de Françoise Tétard et certains de ses articles en texte intégral seront prochainement en ligne sur www.françoisetetard.org ; parmi ses nombreuses publications, citons son article sous forme d’entretien : « De l’Affaire Dreyfus à la guerre d’Algérie, un siècle d’éducation populaire », Esprit, dossier Quelle culture défendre ?, mars-avril 2002, n° 283, p. 39-59.

70 Danielle Tartakowky et Françoise Tétard, Syndicats et associations . Concurrence ou complémentarité, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006.

71 Laurent Besse, Les MJC. De l’été des blousons noirs à l’été des Minguettes, 1959-1981, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008 ; Geneviève Vannini, Les CEMEA et leur action en Europe et en Afrique de 1937 à la fin du XXe siècle. Une contribution originale à la diffusion de l’éducation nouvelle, thèse de doctorat en histoire, université Paris-Sorbonne, 2013 ; Laurent Besse, Construire l’éducation populaire. Naissance d’une politique de jeunesse (1959-1970), Paris, La Documentation française, 2014.

72 Françoise Tétard, Denise Barriolade, Valérie Brousselle, Jean-Paul Egret (coord.), Cadres de jeunesse et d’éducation populaire, 1918-1971, Paris, La documentation française, 2010 ; Laurent Gutierrez, Laurent Besse et Antoine Prost (dir.), Réformer l’école. L’apport de l’Éducation nouvelle (1930-1970), Grenoble, PUG, 2012 et les actes à paraître en 2017 du colloque « Des lieux pour l’éducation populaire. Conceptions, architectures et usages des équipements depuis les années 1930 » coordonné par Laurent Besse et Catherine Clarisse et organisé conjointement par le PAJEP et par l’École nationale supérieure d’architecture Paris-Malaquais.

73 F. Chateigner, « Éducation populaire » : les deux ou trois vies d’une formule, op. cit.

74 Ainsi une partie de la critique sociale s’en revendique, l’exemple le plus connu étant l’association ATTAC (Association pour la taxation des transactions financières et l’action citoyenne) qui, dès ses origines en 1998, s’est revendiquée comme une association d’éducation populaire.

75 Alice Krieg-Planque, « “La conférence gesticulée” comme théâtre politique et expérience personnelle : militantisme et travail de l’intime », Itinéraires, 2012-2, p. 165-168.

76 Jean-Marie Mignon, Une histoire de l’éducation populaire, Paris, La Découverte, 2007. Cet ouvrage qui explore des territoires variés et témoigne d’un effort pour sortir l’histoire de l’éducation populaire du cadre des seules institutions labellisées comporte des lacunes surprenantes. Ainsi l’action catholique et son héritage n’est même pas mentionnée.

77 Voir à ce sujet Jean-François Condette, « Entre mémoires éducatives et histoire de l’éducation. Une “inflation patrimoniale” qui doit être maîtrisée par la recherche », dans Jean-François Condette et Marguerite Figeac-Monthus (dir.), Sur les traces du passé de l’éducation… Patrimoines et territoires de la recherche en éducation dans l’espace français, Pessac, MSHA, 2014, p. 313-332.

78 Parmi les beaux livres mais bons livres sur le sujet : Mathias Gardet, Les colonies de vacances¸ Paris, Le Cherche-Midi, 2014.

79 Il est intéressant de noter que le 150e anniversaire de la Ligue de l’enseignement a donné lieu à la publication simultanée d’un beau livre grand public qui se revendique comme tel, Jean-Michel Djian, L’utopie citoyenne : une histoire républicaine de la Ligue de l’enseignement, Paris, La Découverte, 2016 et d’un ouvrage scientifique, J.-P. Martin (avec la coll…), op. cit.

80 G. Poujol, « Un nouveau projet : l’action culturelle », F. Tétard, « L’éducation populaire : l’histoire d’un rattachement manqué », P. Urfalino, « Les Maisons de la culture contre l’éducation populaire », dans G. Poujol (dir.), L’éducation populaire au tournant des années soixante. État, mouvement, sciences…, op. cit. et Philippe Urfalino, L’invention de la politique culturelle, Paris, la Documentation française, 1996.

81 Franck Lepage, Les stages de réalisation 1945-1995. Histoire et modernité d’un dispositif original d’intervention du ministère Jeunesse et sports, Marly-le-Roi, INJEP, 1996 et Franck Lepage, L’éducation populaire, monsieur, ils n’en ont pas voulu… ou Une autre histoire de la culture : incultures (1) : petits contes politiques et récits non autorisés, Bruxelles, Éditions du Cerisier, 2007 et paru récemment : Éducation populaire une utopie d’avenir, coordonné par l’équipe de Casandre/Horschamp à partir des enquêtes réalisées par Franck Lepage, Paris, Les liens qui libèrent, 2016.

82 J.-C. Richez, « La mémoire légendaire… », art. cit.

83 Voir en particulier Jean-Claude Richez, « L’éducation populaire à l’épreuve du service social : les rendez-vous manqués (1930-1950) », Agora-Débats jeunesses, 2011, n° 58, p. 55-72.

84 La découverte par les acteurs de l’animation de la complexité des rapports avec l’institution scolaire, à l’occasion de la réforme dite des rythmes scolaires en 2013-2014, y compris pour les membres des associations laïques, a été un phénomène fort révélateur pour l’historien.

Auteurs

Maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de Tours (IUT, département Carrières sociales), membre du CeTHiS (EA 6298). Il a travaillé sur l’histoire des MJC, sur l’apport de l’éducation nouvelle et sur l’histoire des équipements socioculturels depuis les années 1930.

Maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de Lille, CNRS, UMR 8529-IRHiS et membre junior de l’Institut universitaire de France. Après avoir travaillé sur l’histoire sociale des Caisses d’épargne en France, et sur quelques figures de la philanthropie du premier XIXe siècle comme Charles Dupin et le baron de Gérando, elle s’intéresse actuellement aux savoirs enseignés aux ouvriers adultes et à l’école du soir dans les deux premiers tiers du XIXe siècle.

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

Offert par