Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les limites de Paris (xiie-xviiie siècles)

 | 
Anne Conchon
, 
Hélène Noizet
, 
Michel Ollion

Limites vécues et pratiques sociales des marges de Paris au XVIe siècle

Diane Roussel

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les premiers plans de Paris offrent assurément « la certitude du paysage » d’une ville « enfermée dans ses murs, bien définie par rapport au plat pays »1. Au XVIe siècle, les représentations de la capitale relèvent du portrait plutôt que de la carte géométrique qui s’imposera progressivement au siècle suivant et mettent en œuvre les conventions picturales et littéraires du temps au service d’un discours sur l’unité, l’harmonie et l’ordre définissant l’urbain. Dans cet ancien régime cartographique, la limite de la ville est un tracé clair, net et précis, qui proclame la supériorité urbaine par la séparation et l’opposition avec le monde extra-muros. Elle établit la lisibilité d’une forme urbaine idéalisée et l’apparence de la simplicité et de l’évidence que démentent pourtant l’indécision géographique et l’évolution des contours de la ville qu’étudient les historiens2. Mais au-delà de la simple opposition entre les discours et les pratiques, on peut poser la question du point de vue ...

Auteur

Centre d’Études et de Recherches en Histoire Culturelle (CÉRHiC), Université de Reims Champagne-Ardenne

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540