Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les limites de Paris (xiie-xviiie siècles)

 | 
Anne Conchon
, 
Hélène Noizet
, 
Michel Ollion

Les barrières de l’octroi de Paris au XVIIIe siècle avant le mur des Fermiers généraux

Nicolas Lyon-Caen

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le mur des Fermiers généraux, édifié à partir de 1784, a imposé l’idée d’une ligne, d’une frontière fiscale isolant les Parisiens du reste du royaume, à l’instar d’une nouvelle enceinte. Elle a d’ailleurs pris place dans les représentations cartographiques des limites de la ville et dans la longue histoire de ses fortifications, de Philippe Auguste au périphérique. De fait, ce mur de 24 km de long en est bien un, certes plutôt modeste (un peu plus de trois mètres de haut) mais pratiquement continu, interrompu seulement par des portes monumentales (ainsi que par le fleuve et la Folie de Chartres, l’actuel parc Monceau) et séparé des constructions des deux côtés1. La réalité antérieure semble cependant assez différente. Non pas tant parce qu’il ne s’agirait que d’une simple palissade moins solide. Mais surtout parce que les barrières fiscales sont longtemps constituées de points de perception non reliés entre eux de manière continue et systématique, en particulier après la suppression...

Auteur

CNRS-IHMC (UMR 8066)

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540