Version classiqueVersion mobile

Les surveillants généraux (1847-1970)

 | 
Christine Focquenoy Simonnet

Préface

Le surveillant général, un préposé au « sale boulot1 » ?

Par Jean-François Condette

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Peu de professions ont attiré sur elles autant de ressentiments et d’images noires que celle de surveillant général qui officie dans les établissements secondaires français de 1847 à 1970. Que l’on songe ici à la figure détestable de Monsieur Viot, l’homme aux clefs, surveillant général du collège de Sarlande, « petite ville des Cévennes2 », sous l’autorité duquel est placé le jeune Daniel Eyssette. Ce dernier, issu d’une famille désargentée, doit prendre un poste de maître d’études pour poursuivre ses études supérieures. Pour tout conseil, Monsieur Viot lui remet un petit cahier.

C’est le règlement de la maison, me dit-il. Lisez et méditez. Le règlement, recopié avec amour de la propre main de M. Viot, son auteur, était un véritable traité, divisé méthodiquement en trois parties : 1°. Devoirs du maître d’étude envers ses supérieurs ; 2°. Devoirs du maître d’étude envers ses collègues ; 3°. Devoirs du maître d’étude envers les élèves. Tous les cas y étaient prévus, depuis le carreau ...

Auteur

Université de Lille (INSPE), Laboratoire IRHIS-UDL

© Presses universitaires du Septentrion, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search