Version classiqueVersion mobile

Naissance et petite enfance à la cour de France (Moyen-Âge - xixe siècle)

 | 
Pascale Mormiche
, 
Stanis Perez

Deuxième partie : Le corps mis en scène

La grossesse invisible : la représentation des reines et des princesses enceintes à la cour de France (XVIIe-XIXe siècles)

Emmanuelle Berthiaud

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La grossesse est un événement attendu et particulièrement fréquent dans la vie des reines et des princesses européennes à l’époque moderne et encore au XIXsiècle. Bartholomé Benassar a rappelé combien ces femmes, mariées souvent jeunes, connaissaient des maternités répétées, allant jusqu’à parler de « harcèlement procréateur aberrant » à leur sujet1. En effet, pour Fanny Cosandey, « le devoir de maternité n’est pas un vain mot : la venue d’un enfant est la seule véritable garantie, pour la reine, d’une incorporation totale et définitive à la monarchie »2. La capacité reproductrice des reines, mais aussi des dauphines ou des princesses en situation de donner un héritier au trône, est encore plus vitale en France qu’ailleurs en raison des impératifs de la loi salique3.

Pourtant, il n’est pas d’usage de les figurer enceintes et, de manière générale, bien peu d’images de grossesse existent, hors du domaine médical, avant le XXsiècle. Cette question n’a guère fait l’objet d’études par...

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search