Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Naissance et petite enfance à la cour de France (Moyen-Âge - xixe siècle)

 | 
Pascale Mormiche
, 
Stanis Perez

Première partie : Prendre soin des princesses et des princes

Maladies, morts et jalousies dans l’ouvrage de Rodolphe Le Maistre La santé du prince ou le soing qu’on y doit observer (1616)

Jacqueline Vons

Texte intégral

L’auteur

  • 1 J. P. Fontaine, « Rodolphe le Maistre, humaniste et médecin tonnerrois (avec un poème oublié de Tri (...)
  • 2 Les dates varient d’un auteur à l’autre : 1545, 1555, 1570 (cette dernière est peu probable dans le (...)
  • 3 Voir Jacqueline Vons, Le médecin, les institutions, le roi. Médecine et politique aux xvie-xviie si (...)
  • 4 AN, Minutier des notaires de Paris en date du 13 août 1600 : « Transaction entre Jean Le Maistre, a (...)
  • 5 Réimpression sous le titre Préservatif des fièvres malignes de ce temps, à Pont-à-Mousson, en 1631.

1Rodolphe Le Maistre, chargé de la santé des Enfants de France, reste une figure peu connue dans l’entourage médical de Marie de Médicis. Les informations fournies par d’anciennes sources érudites locales sont peu nombreuses et mettent en avant le côté humaniste et savant du médecin champenois. Elles s’accordent néanmoins sur quelques faits de sa biographie1. Né à Tonnerre, à une date variable selon les sources2, fils d’un avocat au Parlement, domicilié à Tonnerre, Rodolphe Le Maistre avait deux frères qui sont connus, Paul Le Maistre, conseiller, médecin et professeur du roi en la faculté de Médecine de l'Université de Paris jusqu’en 16243, et Pierre Le Maistre, greffier au bailliage et comté de Tonnerre4. Issu d’une famille de religion protestante, Rodolphe semble avoir choisi le catholicisme. Protégé par Louis Potier de Gesvres, conseiller et secrétaire d’État sous Henri III puis sous Henri IV, il lui dédia l’Aimable advis sur la diversité des opinions de la religion ; il bénéficia également de la protection de Louise de Clermont, duchesse d’Uzès et comtesse de Tonnerre : il séjourna probablement à Uzès en 1588 et publia à Nîmes, ville voisine, son traité sur les délais des accouchements, suivi d’un éloge de la médecine, De Temporibus humani partus, Rodolphi Magistri […] liber. Ejusdem Apologia medicinae, apud G. Malinianum, en 1591. Le traité est dédié à Antoine Moret, seigneur des Réaux, ambassadeur du roi en Grande-Bretagne, dont il est un familier : la lettre dédicatoire mentionne leurs débats philosophiques et leurs longues discussions sur l’art militaire. Nommé médecin et conseiller du roi en 1588, il semble avoir gardé des contacts avec sa ville natale ; c’est ainsi qu’en 1606, il publie, à Dijon, chez Jehan Maignien, à la demande du vicomte Maïeur de Tonnerre un petit traité en français, Fidèle advis contenant brièvement les moyens de guérir la peste et de s’en préserver5.

  • 6 Jean Héroard, Journal sur l’enfance et la jeunesse de Louis XIII, Paris, Didot Frères, 1868, II, p. (...)
  • 7 Le Tibère français ou les six premiers livres des Annales de Cornelius Tacitus, Paris, imprimerie R (...)
  • 8 Doctrina Hippocratis : Aphorismi nova interpretatione ac methodo exornati […], Parisiis, Edmundus M (...)

2Après avoir servi dix-huit ans dans la maison du roi, il est nommé premier médecin des Enfants de France en 1606 : il va exercer cette fonction auprès du petit duc d’Orléans, de son frère Gaston, de madame Chrétienne, de la petite Madame, et par intermittences auprès du Dauphin, comme en témoignent les pages écrites de sa main dans le journal de santé de ce dernier6, pendant une absence d’Héroard, et avec l’accord de ce dernier ; à maintes reprises en effet Le Maistre fait état de son amitié avec le premier médecin du futur Louis XIII. Est-ce un hasard, une coïncidence ou le résultat de discussions communes si, la même année 1608, les deux médecins remettent à Henri IV, un traité sur L’Institution du prince, dû à Héroard, et un Advis pour l’instruction du prince, rédigé par Le Maistre ? À la mort de Henri IV, Le Maistre resta attaché à la personne de Gaston d’Orléans jusqu’à sa mort. Médecin du corps et de l’esprit, il traduisit les six premiers livres des Annales de Tacite7 en célébrant la valeur exemplaire de l’histoire dans l’éducation du prince et publia plusieurs ouvrages d’érudition : une traduction des Aphorismes d’Hippocrate en 16138, une édition bilingue grec-latin des Maximes de Pythagore en 1618, des traductions latines du Cantique des Cantiques et de psaumes divers…

  • 9 Voir Patrice Le Floch-Prigent, Philippe Bonnichon, Denis Pariente, « La mort du roi Henri IV (14 ma (...)
  • 10 R. Le Maistre, Santé du prince, « Rapport des medecins sur l’ouverture du corps de mondit Seigneur  (...)
  • 11 Louise Bourgeois, Apologie de Louise Bourgeois, dite Bourcier, sage femme de la reine mère du Roi, (...)

3Il mourut le 17 janvier 1637. Sa présence à la cour est attestée par plusieurs actes écrits : il signa le rapport d’ouverture de Henri IV après la mort de ce dernier9 ainsi que le rapport d’autopsie de Monseigneur d’Orléans, frère du roi Louis XIII, né le 13 avril 1607 et mort le 17 novembre 161110. Il assista à l’accouchement de Marie de Bourbon Montpensier (1605-1627), épouse de Gaston d’Orléans : le 29 mai 1627, la princesse meurt en donnant naissance à la Grande Mademoiselle, Anne-Marie d’Orléans, duchesse de Montpensier ; Rodolphe Le Maistre figure parmi les médecins qui ont visité le placenta et l’ont trouvé sain11.

Un journal de santé des Enfants de France

4En tant que médecin des Enfants de France, Rodolphe Le Maistre avait la charge des cinq frères et sœurs du Dauphin Louis (ce dernier étant confié au médecin Héroard) : Élisabeth de France (1602-1644), Christine-Marie de France (1606-1663), Monsieur ou Monseigneur d’Orléans (1607-1611), Gaston de France (1608-1660), duc d’Anjou, puis d’Orléans à la mort de son frère, Henriette de France (1609-1669). Des six enfants issus du mariage de Henri IV et de Marie de Médicis, un seul n’a pas de nom de baptême et n’est connu que par son titre, dont son frère puiné héritera à sa mort.

5En janvier 1616, Rodolphe Le Maistre fait paraître à Paris un libelle (un petit in douze de 130 pages environ) intitulé La santé du prince ou le soing qu’on y doit observer, adressé à la Reine. L’ouvrage se présente sous la forme de deux volets distincts, précédés chacun d’une dédicace. La première partie consiste en une énumération d’observations des maladies survenues aux frères et sœurs du roi entre 1611 et 1615 ; son intérêt semble essentiellement anecdotique. La deuxième partie est consacrée aux réparties de Gaston, duc d’Anjou, futur duc d’Orléans. L’ensemble est présenté comme un témoignage vrai et doit « faire voir la félicité de ceux qui ont de sages medecins non temeraires ni trop hardis à præcipiter la vie des hommes pour faire valoir leurs opinions » (p. 5). Le médecin avait-il l’intention d’écrire un Journal de santé sur le modèle de celui d’Héroard ? Nous en restons aux hypothèses, d’autant plus que l’ordre des noms retenus dans le titre suscite l’étonnement : dans le contexte des maladies et de la mort des princes, le terme de « jalousies » en dernier lieu surprend le lecteur ; mais je ne pense pas qu’il s’agisse d’une maladresse, j’y vois plutôt une clé possible pour expliquer l’étrangeté de certaines situations curiales.

 

6La dédicace à la reine, datée du mois de septembre 1615, rappelle la fonction octroyée au médecin depuis son entrée au service du roi dix-huit ans plus tôt, et précise le contenu du livre, c’est-à-dire « les observations particulières de chaque maladie survenue depuis 6 ans aux enfants royaux ». À première vue il s’agit d’un exemple représentatif d’un genre littéraire qui présente une série de cas, de témoignages ordonnés chronologiquement sous la forme de récits et d’anecdotes. On apprend ainsi successivement que Madame Chrétienne souffrit d’une « ophtalmie » le 9 mars 1613 (histoire 2), d’une maladie indéterminée, sorte de variole, le 14 octobre 1613 (histoire 5) et d’une forme de diarrhée (dysenterie) le 1er novembre1613 (histoire 6), que la petite Madame eut deux fièvres continues, l’une le 23 mai 1613 (histoire 3), la seconde le 3 avril 1614 (histoire 7), que le 22 septembre 1613, Monseigneur frère du roi souffrit des yeux, et qu’on le traita pour une « ophthalmie » (histoire 4), dont il avait déjà éprouvé les douleurs lors d’une attaque précédente lorsqu’il était encore duc d’Anjou (histoire 11).

7Le tableau clinique est relativement banal aux XVIe et XVIIsiècles ; il est accompagné des remèdes administrés par le médecin qui trouvent leur justification dans la guérison des jeunes malades, en un laps de temps assez court. De toute évidence, la déontologie professionnelle de Le Maistre se fonde sur une conception hippocratique de la médecine, célébrant « la prudence necessaire contre les dangers revestus du prætexte des remedes » (p. 6). Des maximes et des sentences sont disséminées dans l’ouvrage et confirment la valeur du sage médecin : « La meditation est la mere du jugement : la Doctrine et l’Experience en sont les nourrices : et le tout peu de choses sans l’integrite » (p. 7).

8Les observations des maladies se doublent d’une ébauche de traité de pédiatrie et précisent la nécessité de relations confiantes entre l’enfant malade et le médecin. Plusieurs anecdotes insistent sur le respect des horaires dans les soins à apporter aux enfants, sur l’obligation d’être à l’écoute du petit malade tout en ne faisant pas montre d’un excès de crédulité, ce dont l’enfant abuserait rapidement ; d’autres mettent en avant des conseils d’hygiène de vie et recommandent le silence, le repos autour de l’enfant malade (p. 102). L’ensemble des anecdotes constitue donc des leçons données aux princes :

C’est un grand bien aux princes de faire eux-mesmes le chois de leurs officiers et diligemment fonder les témoignages de leur suffisance, et de leur prudhomie. Car l’argent et la faveur introduisent aux maisons Royales beaucoup de gents qui ont peu de merite (p. 20).

9Toutefois, le lecteur est frappé par la réitération des conseils de prudence dans le choix des remèdes à administrer et des dangers d’une cure précipitée par certains médecins de cour. L’exemple de l’« ophthalmie » dont a souffert madame Chrestienne est à cet égard significatif. La description des signes renvoie à une inflammation de la sclérotique, avec œdème palpébral, provoquant la baisse ou la perte de vision pendant quelques jours, mais sans douleur et sans fièvre. Les remèdes prescrits (purgations, clystères et topiques) destinés à soigner simultanément la partie atteinte et le corps tout entier sont caractérisés par la douceur, affirme leur auteur, qui promet une guérison assurée en peu de temps (p. 12). Simple satisfaction auto-apologétique ? Non pas. La suite du récit fait pénétrer le lecteur dans un monde curial dominé par les réseaux d’influences et les intrigues ; à propos de cette inflammation, les rumeurs les plus graves se répandent (pronostics d’ulcères en la cornée et de la perte de l’œil), secrètement entretenues par ceux qui assoient leur pouvoir sur la crainte et l’émotion que leurs propos suscitent dans l’entourage majoritairement féminin des princes. L’exagération des termes (une toux étant qualifiée d’emblée d’inflammation de poumon) justifie ainsi les excès des médications, et en particulier de la saignée.

Controverse médicale et attaques ad hominem

10Les exemples choisis dans la maison des Enfants de France vont au fil du texte confirmer le but polémique de l’ouvrage. En arrière-plan se dessinent les rivalités entre clans politiques autour de la faible Marie de Médicis, sur un fond de déplacements incessants entre Saint-Germain, Paris et Fontainebleau. Autour des princes gravitent les favoris, la marquise d’Ancre et son médecin Montalto, des gouvernantes, telle madame de Monglat, ou des nourrices, ou un anonyme médecin Quelqu’un, tous accusés par l’auteur d’incurie et de manque de probité mettant en danger la vie de ceux qu’ils devraient soigner :

L’Avarice et l’Ambition sont de mauvaises conseilleres, quand on peut espérer quelque commodité du mal d’autruy » (p. 19), et « Les ignorans s’imaginent, que la Medecine ne consiste, qu’aux dejections et saignees, intruments de beaucoup d’homicides : lesquels remedes ne sont que bons toutesfois, ès mains des sages Medecins qui sçavent le moyen d’en bien user (p. 23).

11Si certains médecins obéissent servilement aux ordres qui leur sont donnés (« Les Medecins n’ont pas accoustumé de contester pour un clystere », p. 14), parce qu’ils sont l’objet de menaces ou de calomnies (p. 17), Le Maistre se réjouit de ne point céder à ces pratiques dangereuses et se montre respectueux de la doctrine hippocratique, suivi en cela par d’autres médecins de cour tels Delorme, Héroard ou Montalto, malgré la pression que tente d’exercer sur eux un médecin bien en cour, quelqu’un, déjà âgé, introduit par « quelque puissante faveur », plus chirurgien que médecin, qui ne connaît que la saignée et la purge. L’auteur s’insurge devant l’inutilité de ces pratiques auxquelles on recourt sans nécessité : « Un enfant de sept ans (disions-nous) si délicate qui n’a que la peau sur les os, et ses veines des filets : la saigner pour un mal de trois jours, sans fievre et sans douleur » (p. 16). Mais devant l’état de faiblesse de l’enfant consécutif à six clystères, deux purgations et des flux de ventre, il laisse éclater sa colère : « Tant que la cholere et l’impatience me firent éclatter, et demander si on vouloit point encore tirer les boyaux du ventre pour en avoir la peau » (p. 19), à moins qu’il ne doive se retirer dans sa chambre pour y pleurer. Les cris, les pleurs, les disputes constituent la toile de fond de ce monde au paroxysme de la violence auquel l’enfant malade participe également : Chrestienne commence « à crier bien haut si on avoit point envie de la faire mourir comme son frere » (p. 20). Bien plus, lors de la maladie de la petite Madame, les saignées sont décrites comme de véritables tortures infligées à un petit corps souffrant :

Le pauvre petit bras est piqué sans effect : les veines toutes dechëues, et épuysees par les sueurs et le flux de ventre : le Chirurgien refuse de s’y hazarder dauantage. Mais craignant que la Princesse guerist trop à son ayse, ou pour eviter la honte d’une risee, On crie : qu’il en faut resolument, qu’il faut du sang, et au défaut de la lancette, mettent en avant les ventouses et les sangsües (p. 68).

12Dans cette attaque si violente contre ce Quelqu’un « aymant furieusement le sang » (p. 24), n’y-a-t-il qu’un conflit de pratiques médicales opposées, une controverse entre partisans et adversaires de la saignée ? Il semble que l’enjeu soit également politique. Peu importe au fond que ces récits aient une « vérité historique » ou pas, leur intérêt est précisément de dépasser l’aspect convenu du récit officiel, de montrer une face cachée du monde médical à la cour, peut-être exagérée, diront certains, mais qu’il semble difficile de nier. Car Le Maistre n’est pas seul à protester contre des pratiques médicales jugées cruelles et inutiles, ni à condamner la soif de pouvoir qui règne dans l’entourage des princes. Autour de lui, gravitent et discourent d’autres membres du monde médical, installés à demeure, ou par quartiers ou appelés en consultation : « Discours aussi enflez que grosses montagnes, pour n’enfanter que des souris : Discours à l’ennuy à qui fera le plus ennuyeux ou le plus ridicule : Et concluans bien souvent le contraire de ce qu’ils prætendoient » (p. 38).

Un plaidoyer pro domo. L’histoire de Monseigneur d’Orléans

13La satire des consultations, bien avant Molière, ferait sourire, à moins qu’elle ne paraisse dramatique dans le contexte précis des observations décrites. En effet, la première histoire relate le traitement observé pendant la dernière maladie de feu Monseigneur d’Orléans, à partir du 5 novembre 1611. Le petit prince eut deux accès de convulsions du samedi 5 novembre au mercredi suivant, et trois ou quatre clystères durant la même période, ce que l’auteur estime une « purgation raisonnable » pour un corps si petit et si délicat (p. 2), même si l’imprécision du chiffre étonne de la part du médecin chargé de veiller sur l’enfant. Deux nouveaux clystères, imposés par Quelqu’un, et dix séjours sur la chaise percée, mettent l’enfant au lit. Une consultation a lieu entre l’auteur, Héroard, Hautin et le Quelqu’un, en présence de la reine. Les dernières pages du récit sont une description effrayante d’une accumulation de saignées, de clystères (9 le même jour), d’applications de sangsues aux tempes, au front et derrière les oreilles, pour terminer avec un cautère au sommet du crâne. Treize à quatorze onces de sang furent tirées en trente-six heures (p. 6 à 8). Mais la cruauté et l’inutilité de tels traitements sont clairement dénoncées dans le dernier paragraphe du récit : « Leurs Majestez et tous les medecins qui avoient veu ce prince l’avoient jugé incapable de vie : et depuis la mort en furent par la dissection du Corps, les causes assez manifestees au cerveau » (p. 8).

  • 12 La mort de Monseigneur d’Orléans fait l’objet d’un seul paragraphe dans le Journal d’Héroard qui l’ (...)
  • 13 Le Maistre se réfère ici à la théorie physiologique galénique de l’évacuation (transpiratio) des va (...)

14Dès lors, le livre acquiert une nouvelle dimension, et on peut se demander dans quelle mesure il constitue aussi un plaidoyer pro domo. En effet, Le Maistre a assisté à l’ouverture post mortem du corps et a signé le rapport avec Petit, Hautin, Bardin, Honoré, Bertelot le 26 novembre 161112. Le texte du rapport fournit une observation singulière fondée sur la théorie ancienne de l’évacuation des humeurs du cerveau par les sutures des os du crâne et les foramina de l’ethmoïde13 :

En la dissection du Corps de feu Monseigneur frere du Roy, faisant l’ouverture du cerveau, fut premierement consideré l’Os de la teste ; égalant en épesseur et durté celuy d’un homme de XXV à XXX ans. Et les sutures si fort reserrees qu’il ne s’en pouvoit espérer d’evaporation. Les quatre cavitez [ventricules] pleines d’eau, singulierement celle du milieu, d’une eau moins claire, mais comme troublee, avec une impression de noirceur au fond d’icelle. Qui fut jugee estre le vray siege où consistoit la cause des accidens convulsifs. Le Cerveau non solide, ny affermy suyvant le naturel, s’émyoit aux doits en le maniant. Les pertuis de l’Apophyse clinoïde et de l’os appellé Crible par où le Cerveau doit avoir la descharge naturelle de ses humidités, semblablement du tout bouchés et reserrés. Si bien qu’à l’occasion desdites humidités retenües, ce grand cerveau excédant l’ordinaire du naturel, se grossissait d’icelles [de ces humeurs] : et de sorte que l’espace de son domicile sembloit par trop estroit pour le libre exercice d’un si gros corps [c’est-à-du cerveau]. Et plus pour les efforts requis à secoüer des humeurs corrompues, qui luy causoient lesdits accidens (p. 9-10).

15Ce rapport innocente le médecin des accusations qui furent portées contre lui après la mort du petit prince. Le Maistre entreprend de se justifier dans une « Réponse à une calomnie » sous la forme d’une lettre à la reine qui constitue la neuvième histoire. L’accusation portait sur trois points précis qu’il réfute successivement. Il dément avoir posé un cautère bouché au cou de l’enfant, en rappelant sa conscience professionnelle et en faisant mention de témoins oculaires, Renard, médecin ordinaire et Martel, premier chirurgien du roi, qui pourraient attester qu’il avait posé un cautère en bon état. Il réfute comme fausse l’accusation selon laquelle il n’aurait pas correctement administré les remèdes prescrits par les médecins consultants ; et affirme qu’il a bien consulté avec Hautin, Renard et Petit qui ont traité l’enfant avec lui et qu’il a envoyé quotidiennement un rapport à la reine à Fontainebleau : les médecins ont diagnostiqué une « coqueluche » plus longue que les autres, beaucoup de mal à « cuire ces crudités de rhume », mais ont constaté que l’enfant était gai, jouant dans sa chambre et dans le château avec un petit chien.

  • 14 Louise Bourgeois dite Boursier, Observations diverses sur la sterilité, perte de fruict […], Paris, (...)
  • 15 Ce chirurgien-accoucheur est plusieurs fois cité dans les Œuvres de chirurgie de Jacques Guillemeau (...)

16Si la première histoire est celle de la maladie et de la mort de petit prince, la huitième est le récit de sa naissance et de sa nourriture. Cette inversion bizarre dans la composition chronologique justifie à rebours, pourrait-on dire, la brièveté de la vie de celui que Le Maistre désigne constamment par l’expression « feu Monseigneur d’Orléans ». Le récit de sa naissance par Louise Bourgeois, sage-femme de la reine, ne mentionne apparemment rien de particulier sinon, pour le lecteur attentif, des irrégularités dans le protocole habituel des naissances royales14. C’est elle qui se charge d’avertir le roi ainsi que son médecin Du Laurens, que l’enfant « venoit les pieds devant, mais qu’il estoit menu ». C’est donc bien la sage-femme qui a pratiqué l’examen. Toutefois, cette présentation dystocique ainsi que l’embonpoint excessif de la reine pendant sa grossesse semblent avoir inquiété le monarque qui conseille d’alerter Honoré, accoucheur parisien très en vogue, mais qui n’avait encore jamais assisté la reine dans ses couches15. La présence d’Honoré avait été suggérée, sinon imposée au roi, par un certain Quelqu’un, désigné avec la même précaution oratoire que celle dont use Le Maistre. L’accoucheur fut d’ailleurs relégué dans un cabinet et n’entra point dans la chambre de la reine qui mit au monde le lundi seize avril 1607, à dix heures et demie du soir, un « très bel enfant grand et menu » [c’est-à-dire « fin »]. Il n’empêche que la demande du roi signifie l’entrée à la cour de consultants externes, de chirurgiens spécialisés dans les accouchements, qui seront bientôt en conflit avec les sages-femmes accréditées.

17Le récit de Le Maistre est plus circonstancié et plus brutal dans l’exposé des faits : le jour et l’heure correspondent aux indications de Louise Bourgeois (avec un décalage d’une demi-heure pour l’heure de l’accouchement), mais sont environnés de phénomènes météorologiques prodigieux diversement interprétés, dont l’issue négative est brutalement confirmée par le portrait du nouveau-né : « Aussi estoit il si chetif, palle et extenüé qu’il ne donnoit nulle esperance de vie : et un cerveau qui de sa grosseur et grandeur, égaloit le reste de son petit corps » (p. 72). Louise Bourgeois n’a-t-elle rien remarqué ? Les ragots de cour auraient cependant suffi à l’alarmer ; Le Maistre mentionne sans dissimuler qu’on « imputoit son infirmité aux facheries continuelles que la Royne avoit souffertes le long de sa grossesse. Il demeura donc languissant les premiers jours, jusqu’au quatorzième, que l’on creut estre le dernier de sa vie par une convulsion qui lui osta la force de plus respirer » (p. 73).

18La suite du récit montre que l’enfant survécut en dépit de la difficulté à trouver une nourrice qui ne fût pas discréditée par des calomnies, l’enfant vivant pendant ce temps « comme par emprunt, ores d’un tétin et puis d’un autre » (p. 73‑74). Aux querelles entre nourrices succèdent le sevrage le 2 avril 1609 et le nourrissage intensif au lait de chèvre pour rendre l’enfant plus gras, d’où résultent, selon l’auteur, des convulsions qui conduisent l’enfant aux bords de la mort, et la décision d’appliquer un cautère au cou. Plusieurs convulsions et fièvres continues s’ensuivent, imputées aux dents, jusqu’à celle, fatale, qui emporta le petit prince e 17 novembre 1611 (p. 75‑79). Le lien avec la première histoire ainsi établi permet à l’auteur de rétablir sa vérité des faits : s’il a renouvelé le cautère, ce n’est pas qu’il fût bouché (donc inopérant), comme on l’en a accusé, mais pour en renforcer la causticité et attirer davantage le sang vers la périphérie. Il est évident qu’on a essayé par tous les moyens de purger c’est-à-dire de « décongestionner » le cerveau de ses « eaux croupissantes dans le cerveau ou amassees es cavités d’iceluy » (p. 85), tout en reconnaissant les limites d’une médecine de l’évacuation, là où la « Nature manque » (ibid).

Est-il possible de conclure ?

  • 16 Voir François de Malherbe, « Épitaphe de feu Monseigneur d’Orléans », citée par Maria Green, « Les (...)
  • 17 Registres paroissiaux de Saint-Germain-en-Laye (registre communal de Saint-Germain-en-Laye, conserv (...)
  • 18 Lettre de François de Malherbe à Peiresc du 26 avril 1607 : « Nos nouvelles sont que M. d’orléans a (...)

19Les témoignages sur les quatre années d’existence de Monseigneur d’Orléans sont rarissimes par ailleurs16 ; aucune source contemporaine ne donne de prénom à ce prince qui meurt au château de Saint-Germain-en-Laye, ondoyé certes, mais sans avoir reçu de nom de baptême, puisque la cérémonie officielle n’a pas eu lieu. Son acte de décès est conservé aux Archives départementales des Yvelines17, où il n’est signalé que par son titre, titre sans terres d’ailleurs si l’on en croit une lettre de François de Malherbe, qui indique que le roi lui refusa d’abord le titre puis finit par accepter de lui conférer le nom de « Monsieur d'Orléans », mais « titulairement et non autrement »18. De ce petit prince sans nom, seuls quelques traits de caractère survivent à travers les observations de Le Maistre, confirmées par un récit de Tristan L’Hermite. Jeune page au service du duc de Verneuil, il avait côtoyé l’enfant et à la demande de la gouvernante madame de Montglat, l’avait diverti par quelques fables d’Ésope. Il note alors sa sensibilité, sa gaité, son esprit. Toutefois, les regrets qu’il exprime de sa mort ne l’empêchent pas de noter in fine les disputes entre médecins :

  • 19 Tristan L’Hermite, Le page disgrâcié, I, 6, J. Prévot (éd.), Paris, Gallimard, coll. « La Pléiade » (...)

Les plus excellents médecins furent appelés à sa maladie ; et comme ceux de cette profession ne s’accordent jamais guère en leurs jugements, ils donnèrent de différents avis sur la manière de le traiter durant son mal, et ne cessèrent pas leur dispute après qu’il eut cessé de vivre. Cependant ils furent tous contraints d’avouer qu’il y avait quelque mauvais principe en la constitution du corps de ce jeune prince, qui l’empêchait de retenir plus longtemps sa belle âme, qui fit connaître, peu devant que d’aller là-haut, qu’elle était toute lumineuse. Toute la cour en prit le deuil avec raison, et j’en es en mon particulier un regret fort sensible et fort légitime19.

  • 20 Dans ce monde médical en profonde mutation, la place des Guillemeau, père et fils, mérite d’être ét (...)

20En fin de compte, tout donne à penser que ce petit ouvrage, oscillant entre la compilation de témoignages directs, de rumeurs, de conseils moraux et politiques, comprenant des erreurs typographiques assez nombreuses, est essentiellement un ouvrage de circonstance, mais en même temps, il révèle les coulisses d’un théâtre de cour, auxquelles la littérature médicale ne nous a guère habitués. Il nous invite à jeter un regard nouveau sur l’abondante production de « cas choisis » paraissant à la fin du XVIsiècle et au début du siècle suivant, dont l’intérêt anecdotique est indéniable, mais qui peut aussi se révéler une littérature à clés dénonçant les personnages en vue dans des rivalités professionnelles dont l’impact sur les lecteurs contemporains resterait à approfondir. Le compte-rendu des maladies des enfants royaux, les controverses entre partisans et détracteurs de pratiques thérapeutiques opposées20 cèdent le pas devant l’évocation sans fards d’un monde curial dominé par les intrigues de palais et la soif de pouvoir, un monde si peu différent de celui que dépeignait Tacite, l’illustre modèle de notre auteur.

Notes

1 J. P. Fontaine, « Rodolphe le Maistre, humaniste et médecin tonnerrois (avec un poème oublié de Tristan L’Hermite) », Bulletin de la Société d’archéologie et d’histoire du Tonnerrois, n° 40, 1987, p. 15-22.

2 Les dates varient d’un auteur à l’autre : 1545, 1555, 1570 (cette dernière est peu probable dans le contexte).

3 Voir Jacqueline Vons, Le médecin, les institutions, le roi. Médecine et politique aux xvie-xviie siècles, Paris, Cour de France.fr, 2012, p. 17. Ouvrage numérisé inédit mis en ligne le 1er avril 2012 dans le cadre du projet de recherche « La médecine à la cour de France (xvie-xviie siècles) » : http://cour-de-france.fr/article2342.html.

4 AN, Minutier des notaires de Paris en date du 13 août 1600 : « Transaction entre Jean Le Maistre, avocat en la cour de Parlement et avocat du Roi en l’élection et grenier à sel de Tonnerre, y demeurant, actuellement à Paris, se faisant fort de Paul Le Maistre, conseiller, médecin et professeur du Roi en la faculté de Médecine de l’Université de Paris, et de Pierre Le Maistre, greffier au bailliage et comté de Tonnerre d’une part, et de Rodolphe Le Maistre, aussi médecin ordinaire du Roi, demeurant à Tonnerre, à présent à Paris, logé rue de la Harpe, d’autre part, frères, comme héritiers d’Etiennette Le Wyr leur mère. »

5 Réimpression sous le titre Préservatif des fièvres malignes de ce temps, à Pont-à-Mousson, en 1631.

6 Jean Héroard, Journal sur l’enfance et la jeunesse de Louis XIII, Paris, Didot Frères, 1868, II, p. 60-61, avec une note de l’éditeur commentant une remarque marginale d’Héroard à la date du 15 avril 1611 (« M. le Maistre, médecin du Roi, a recueilli ce qui s’ensuit pendant que je suis à Paris dès ce jourd’huy »). L’absence d’Héroard dure jusqu’au 30 avril.

7 Le Tibère français ou les six premiers livres des Annales de Cornelius Tacitus, Paris, imprimerie R. Estienne, 1616.

8 Doctrina Hippocratis : Aphorismi nova interpretatione ac methodo exornati […], Parisiis, Edmundus Martinus, 1613.

9 Voir Patrice Le Floch-Prigent, Philippe Bonnichon, Denis Pariente, « La mort du roi Henri IV (14 mai 1610). Analyse du compte rendu d’autopsie de Jacques Guillemeau », Histoire des sciences médicales, 2009, 43 (2), p. 177-184 (avec fac-similé du rapport paru dans les Œuvres de chirurgie, Paris, Nicolas Buon, 1612, http://www.biusante.parisdescartes.fr/sfhm/hsm/).

10 R. Le Maistre, Santé du prince, « Rapport des medecins sur l’ouverture du corps de mondit Seigneur », cf. infra.

11 Louise Bourgeois, Apologie de Louise Bourgeois, dite Bourcier, sage femme de la reine mère du Roi, et de feu Madame. Contre le rapport des médecins, Paris, Mondière, 1627, p. 4 : « [L’arriere-faix fut trouvé] sain et entier, ayant esté visité et examiné par Jacques de la Cuisse maistre chirugien fort expérimenté aux accouchements des femmes, et par les médecins presens, messieurs Vautier, Seguin, le Maistre, Tournaire, Brunier, Guillemeau, qui tous ont recoignu et confessé l’arriere-faix estre tres sain et bien entier. »

12 La mort de Monseigneur d’Orléans fait l’objet d’un seul paragraphe dans le Journal d’Héroard qui l’attribue à un « endormissement joint à quelques convulsions » (J. Héroard, op. cit. p. 88) et mentionne que le décès eut lieu le mercredi 16 novembre entre minuit et une heure. Le roi fut averti le jeudi 17 par le marquis d’Ancre. L’autopsie fut pratiquée le vendredi 18 « en présence de M. Antoine Petit, premier médecin du feu Roi, et M. Jean Haultin, médecin de Paris, par Elie Bardin, chirurgien à Paris, et Simon Berthelot, son chirurgien » (J. Héroard, op. cit., p. 89).

13 Le Maistre se réfère ici à la théorie physiologique galénique de l’évacuation (transpiratio) des vapeurs et humeurs nocives montant des régions inférieures à la tête, théorie encore bien présente au xvie siècle. Voir André Vésale, De humani corporis fabrica libri septem, Basileæ, ex officina I. Oporini, 1543 : « La tête peut être comparée au toit d’une maison bien chauffée, qui reçoit toutes les fumées et les vapeurs excrémentielles montant des parties inférieures », traduction de Jacqueline Vons et Stéphane Velut, La Fabrique de Vésale et autres textes, livre I, p. 26, en ligne : http://www3.biusante.parisdescartes.fr/vesale/debut.

14 Louise Bourgeois dite Boursier, Observations diverses sur la sterilité, perte de fruict […], Paris, A. Saugrin, 1617, p. 183-187. Sur les différentes éditions de cet ouvrage au xviie siècle, voir Valérie Worth-Stylianou, Les traités d’obstétrique en langue française au seuil de la modernité, Genève, Droz, 2007, p. 319-355.

15 Ce chirurgien-accoucheur est plusieurs fois cité dans les Œuvres de chirurgie de Jacques Guillemeau, dont la rivalité professionnelle avec Louise Bourgeois est manifeste dès 1609, avec la publication de son traité De l’heureux accouchement des femmes, Paris, N. Buon, 1609. Cf. V. Worth-Stylianou, op. cit., p. 366-374.

16 Voir François de Malherbe, « Épitaphe de feu Monseigneur d’Orléans », citée par Maria Green, « Les règles et le roi », dans Atti del congresso internazionale di linguistica e philologia romanza, Naples, 15‑20 avril 1974, publiés par Alberto Vàrvaro, Quattordicesimo II, Naples, Amsterdam, p. 520 ; sur la mort de ce prince, voir aussi Thomas Pelletier, Lettre de consolation à la royne mere du Roy sur la mort de feu Mgr le duc d’Orléans, Paris, François Huby, 1611.

17 Registres paroissiaux de Saint-Germain-en-Laye (registre communal de Saint-Germain-en-Laye, conservé aux archives départementales des Yvelines (BMS 1606-1613), p. 154 r°, n° 228. Si les baptêmes de gens ordinaires avaient lieu le plus vite possible après la naissance, ceux des princes de sang se faisaient en deux temps et demandaient un rituel précis. Plusieurs semaines, voire plusieurs mois pouvaient s’écouler entre la naissance et la cérémonie officielle du baptême, cf. Thalia Brero, « Le baptême des enfants princiers (xve et xvie siècles) », dans Paola Bianchi, Andrea Merlotti (éd.), Le strategie dell’apparanza. Ceremoniali, politica e società alla corte dei Savoia in età moderna, Torino, Silvio Zamorani editore, 2010, p. 17-38. Article réédité sur Cour de France.fr, le 1er février 2014 (http://cour-de-france.fr/article2935.html).

18 Lettre de François de Malherbe à Peiresc du 26 avril 1607 : « Nos nouvelles sont que M. d’orléans ait cuidé n’être que Mons. sans queue, le roi ayant dit, aussitôt qu’il fut né, qu’il ne voulait pas qu’il eût plus de dix mille livres de rente en fonds de terre et que, s’il servoit bien son frère, il lui donneroit des pensions. Toutefois, hier au matin, il dit qu’il voyoit bien que ce nom de M. d’Orléans étoit déja tellement publié dedans et dehors le royaume, par les dépêches qui y avoient été faites, qu’il n’y avoit plus d’ordre de le supprimer ; si bien que ce sera Monsieur d’Orléans, mais titulairement et non autrement. »

19 Tristan L’Hermite, Le page disgrâcié, I, 6, J. Prévot (éd.), Paris, Gallimard, coll. « La Pléiade », 1998, p. 392-393.

20 Dans ce monde médical en profonde mutation, la place des Guillemeau, père et fils, mérite d’être étudiée au sein des conflits professionnels comme sur le plan des pratiques thérapeutiques.

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site