Version classiqueVersion mobile

Naissance et petite enfance à la cour de France (Moyen-Âge - xixe siècle)

 | 
Pascale Mormiche
, 
Stanis Perez

Première partie : Prendre soin des princesses et des princes

« Tout paix et amitié ». La maison des enfants d’Henri II et Catherine de Médicis

Caroline zum Kolk

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Pour un observateur issu d’une société marquée, comme la nôtre, par le modèle de la famille bourgeoise et par la « révolution freudienne », qui attribue une place importante aux liens qui unissent parents et enfants, la manière dont on élevait les enfants à la cour des Valois peut paraître déroutante. Installés dans une maison à part, entourés de plusieurs dizaines, voire centaines, de serviteurs et compagnons, les enfants grandissaient séparés de la cour et de leurs parents qu’ils ne voyaient que périodiquement.

On peut se demander ce que représentent la paternité et la maternité dans ces conditions, et quels étaient les effets psychologiques pour les enfants. Des études récentes sur la psychologie enfantine et le phénomène de la résilience ont mis en cause le principe qui veut que la présence de la mère ou du père soit indispensable pour la santé psychologique des enfants. Ainsi, des orphelins de guerre ou de catastrophes naturelles ont atteint l’âge adulte sans traumatisme majeur ...

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search