Version classiqueVersion mobile

La Grande Illusion

 | 
Luc Vancheri

Chapitre 4. Des images en temps de détresse

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Film de son temps qui prend résolument position face à la crise politique et morale que traversent la France et l’Europe de 1937, La Grande Illusion n’en est pas moins un film à contretemps qui s’oppose au pessimisme d’une époque qui se sent menacée jusque dans ses fondements historiques et culturels. À lui seul Paul Valéry pourrait presque résumer le sentiment mêlé d’espoir dégrisé et de lucidité amère qui court entre les deux guerres. Depuis La Crise de l’esprit (1919) jusqu’à sa conférence du 1er juillet 1939 sur La Crise de la civilisation européenne en passant par ses Regards sur le monde actuel (1931) Paul Valéry n’a cessé d’assombrir son jugement sur l’Europe1 tout en projetant la formation d’un esprit européen qui prendrait le pas sur les nationalismes. Plus critique, Julien Benda2 condamne les passions politiques françaises dans La Trahison des clercs (1927) tandis que Bergson3 doute de l’homme moderne et sa capacité à maîtriser sa nature prométhéenne (Les Deux Sources de l...

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search