Version classiqueVersion mobile

La Grande Illusion

 | 
Luc Vancheri

Chapitre 3. L’œuvre de combat et les communautés tragiques

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La Grande Illusion, tourné entre les mois de janvier et avril 1937, est présenté pour la première fois à Paris le 9 juin au cinéma Le Marivaux. Quinze jours plus tôt, le 25 mai, s’ouvrait l’Exposition internationale des Arts et des Techniques dans la vie moderne qui souhaitait faire du cinéma « l’un des plus précieux auxiliaires de la Pensée ». Cette expression que l’on doit à son principal artisan, Edmond Labbé, commissaire général de l’exposition, résume à elle seule la situation du cinéma à la fin des années trente. Si les avant-gardes ont œuvré depuis le milieu des années 1910 à l’esthétisation du cinéma, ce dernier n’en demeure pas moins le vecteur privilégié de toute communication de masse où l’édification politique le partage à l’éducation scientifique. On confie ainsi à Jean Painlevé, biologiste et réalisateur dès 1927, fondateur de l’Institut de Cinématographie Scientifique (1930) et de l’Association pour la Documentation Photographique et Cinématographique dans les Science...

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search