Version classiqueVersion mobile

La Grande Illusion

 | 
Luc Vancheri

Chapitre 2. Le musée imaginaire d’un cinéaste

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le musée imaginaire de Charles Baudelaire couvre quelques siècles, de Cimabue à Manet, fait une place essentielle aux Italiens, compte une petite suite de Français dont il est le contemporain, Corot, Daumier, Delacroix, Guys, admet quelques Hollandais, Rubens, Rembrandt, Ruysdael et de plus rares Espagnols, Vélasquez, Goya. Malraux sait aussi que Baudelaire « ne vit les œuvres capitales ni du Greco, ni de Michel-Ange, ni de Masaccio, ni de Piero della Francesca, ni de Grünewald… »1 Ce musée-là s’écrit avec Les Phares, poème d’un homme qui a appris à aimer ensemble les fêtes galantes et les désastres de la guerre, la puissance pathétique de l’antique et la souffrance d’un dieu mourant sur la Croix. Mais il s’écrit aussi avec les Salons qui dispensent une esthétique au tournant d’une révolution technique, la photographie, contre laquelle se pensent la peinture et son credo poétique, l’imagination. Un siècle plus tard André Malraux y a ajouté la Coré d’Euthydikos, la Dame d’Elche, le M...

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search