Version classiqueVersion mobile

La Grande Illusion

 | 
Luc Vancheri

Chapitre 1. Un film à contretemps

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La réception critique du film de Jean Renoir, La Grande Illusion, est un modèle de discordance des temps que ni les repentirs ni les remontages ne sont parvenus à corriger avant la fin des années cinquante. Accueilli de manière quasi unanime en 1937, le film est vivement critiqué en 1946 avant qu’André Bazin1 n’en fasse l’éloge définitif à l’occasion de la sortie de la version restaurée par Renoir en 1958. Remarquant que « le film a tenu le coup » et qu’à de rares détails près « le temps ne l’a pas marqué », Bazin loue son inestimable vérité. La Grande Illusion est véridique parce qu’il procède à « la réinvention de l’exactitude2 » en quittant le plan de l’archive pour celui du sens qui s’agrandit d’une disposition politique et morale. Chaque nouvelle vision semble vouloir confirmer le paradoxe bazinien d’une œuvre indemne des altérations que provoque son déplacement historique : on salue sa modernité, sa perfection formelle, son interprétation, sa mise en scène et, enfin, son inusa...

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search