Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Christiane Rochefort : et s’il n’en reste qu’une

p. 91-98


Extrait

1Avec gouaille et sincérité, deux de ses traits distinctifs, Christiane Rochefort dit quelque part ceci : Quand 68 est arrivé, je n’ai pas été étonnée. Je me marrais, je n’étais pas du tout surprise, tout était dans mon livre.

2Le livre c’est Une rose pour Morrison, un livre écrit en 1965, plein d’amour, de tracts, de grèves et de chansons de Bob Dylan. Il se termine par cette phrase : « Ce jour fut appelé, ce dernier jour de Mai, ce jour fut appelé (…) Commencement »1.

3Et en effet, les écrivains sont des canaris dans la mine, qui détectent le grisou, annoncent l’orage, ou d’autres événements. Christiane Rochefort est un super canari. On ne le sait pas assez. On l’a oubliée. Une des questions que je poserai ici, après avoir rappelé les enjeux de cette œuvre si particulière et si forte, c’est : pourquoi ?

4Alors oui, reprenons du commencement pour redécouvrir cette écrivaine visionnaire, tumultueuse, géniale, dont l’époque s’est débarrassée.

5Christiane Rochefort naît le 17 juillet

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques qui l’ont acquis dans le cadre de l’offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.