Version classiqueVersion mobile

Ce que Mai 68 a fait à la littérature

 | 
Nelly Wolf
, 
Matthieu Rémy

Vers l’image noire. Les formes courtoises du nihilisme dans les textes-films de Marguerite Duras de Détruire dit-elle à L’Homme Atlantique

François Dussart

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

En 1972, Roland Barthes, interrogé sur le sens et la portée de la contre-culture, observe que tous ces mouvements essaient de promouvoir « un nihilisme », en précisant aussitôt que, selon lui, « le nihilisme ne se confond pas du tout avec les comportements de violence, de radicalité destructive, ou plus profondément avec des comportements plus ou moins névrotiques ou hystériques ». Barthes définit le nihilisme avant tout en termes de langage :

[c’est] un type […] d’énonciation […] qui exige un effort d’intelligence et de maîtrise du langage. […] Les formes d’élaboration et d’action nihilistes que l’on peut imaginer actuellement peuvent paraître souvent discrètes, étouffées, marginales, courtoises même, mais cela n’empêche pas qu’elles puissent être plus nihilistes, en profondeur, que des formes d’action apparemment plus radicales1.

Nous allons nous demander dans quelle mesure les textes-films de Marguerite Duras – de Détruire dit-elle (1969) à L’Homme Atlantique (1981) – relèvent d’un...

Auteur

Université de Lille

© Presses universitaires du Septentrion, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search