Version classiqueVersion mobile

Ce que Mai 68 a fait à la littérature

 | 
Nelly Wolf
, 
Matthieu Rémy

Faire l’irrévolution

Nelly Wolf

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Mai 68 est un événement nourri de romanesque. Les écrivains y ont pris une part importante, à travers notamment la création du Comité d’action écrivains-étudiants, puis de l’Union des écrivains1. La littérature a fourni aux acteurs de la révolte des mots et un horizon d’attente (épopée, poésie, imagination) où projeter leur action. Pourtant – va-t-on répétant – avant longtemps, Mai 68 n’a pas fait grand-chose au roman. Ni dans cet « entre-deux-Mai »2 où se précipitent les bouleversements culturels et sociaux redevables à la contestation, aux revendications et aux grèves du printemps 68, ni dans les décennies qui suivent et mènent jusqu’à la fin du XXe siècle, l’histoire littéraire ne parvient à signaler, parmi les romans, une œuvre marquante ayant Mai 68 pour objet d’écriture. Le grand roman de Mai n’a pas éclos dans le sillage du mouvement.

Peut-être l’histoire littéraire a-t-elle ici lâché la proie pour l’ombre, négligeant au profit d’une chimère les livres réels qui se proposaient...

© Presses universitaires du Septentrion, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search