Version classiqueVersion mobile

Ce que Mai 68 a fait à la littérature

 | 
Nelly Wolf
, 
Matthieu Rémy

Présentation

Nelly Wolf et Matthieu Rémy

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Comme le rappellent Jean-François Hamel et Julien Lefort-Favreau dans le numéro de la revue Études françaises consacré à la « littérature des années 68 », un consensus semble s’être établi autour de l’idée que Mai 68 n’a eu qu’un effet limité sur la littérature1. La déploration récurrente sur la stérilité littéraire de Mai 68 est en effet devenue un lieu commun corroboré aussi bien par les universitaires que les critiques ou les écrivains. Patrick Combes l’a signifié le premier, dans un ouvrage intitulé La littérature et le mouvement de mai 68, en 1984 : « La trace de Mai dans le champ romanesque est […] globalement pauvre, ses effets peu sensibles – ou ils restent à se manifester dans des œuvres à venir »2. Par la suite, l’éminente Kristin Ross écrit dans son livre Mai 68 et ses vies ultérieures : « Mai 68 n’a guère eu d’influence dans les sphères de la haute culture française, plus particulièrement en littérature »3. La même année, en 2002, Pierre Michon parle du « grand trou » où...

© Presses universitaires du Septentrion, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search